NOUS TENTONS DE REPRENDRE LE FORUM EN MAIN. SI VOUS ÊTES INTÉRESSÉS, MANIFESTEZ VOUS. ♥️
recensement ici ; http://h-s-sup.forums-actifs.com/t1228-recensement-de-relance#13877

Partagez|

A la lueur de de la barbapapa...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 14 Mar - 20:47

Je sentis la main d'Eva empoigner mon épaule. Cela faisait à peine quelques dixièmes de secondes que je l'avais repérée. Elle se déplace vite.

"Ah, c'est toi"

Manifestement, elle était surprise de tomber sur moi… Haha ! C'est pourtant pas si courant, un mioche dans les égouts ! Mais bon, vu l'état de colère dans lequel elle se trouve, il vaut mieux éviter de lui balancer une remarque sarcastique en pleine face. Cela dit, elle a l'air aussi un peu déçue… Je vois. Elle aurait sans doute préféré tomber sur Ran. Compréhensible, mais fâcheux. Ces deux-là ont tendance à m'oublier ou quoi ? Nan mais oh ! J'existe quand même !
La démons me ramène à la réalité en reprenant la parole :

"Je suppose que tu ne vas pas adhérer à l'idée, mais je vais tuer ton frangin."

Et elle me jette un regard empli de promesses sanglantes si j'osais ne serait-ce que lever le petit doigt pour compromettre son plan ou encore y présenter une objection. Gé-nial. Evidemment que ça ne me plaisait pas, qu'on veuille tuer ma propre famille ! Ou du moins le seul membre qui pourrait être cher à mes yeux, parce que pour ce qui est de mes parents, no problem. Je lui offre même le billet d'avion et la machette. Ou un mixeur. C'est bien les mixeurs aussi.

"Ran ! Viens ici. Tout de suite !"

Là encore, brusque retour à l'instant présent. Ouch, mes pauvre tympans délicats de musicien… Encore, la symphonie des cris de douleurs d'un agonisant fraîchement torturé, je dis pas, mais cette voix stridente frôlant l'ultrason d'alarme nucléaire, c'est insupportable. Saleté. Dire qu'en plus, elle croit me faire peur avec ses menaces de mort ! La bonne blague. Je ne suis pas aussi faible qu'elle le croit, et même si elle m'a sauvé la vie et reste à ce jour le seul moyen de perpétuer mon existence, je reste sceptique sur le fait de me laisser mener à la baguette durant toute la-dite existence. Si elle me prive de liberté, à quoi bon vivre ? Sérieusement, ça me gonflerait de servir de toutou pour les quoi, quarante, cinquante années à venir ? Oh tiens, j'ai une idée…

- Eva… Avant que tu ne tues Ran, j'aimerais que tu me laisses le cuisiner un peu… Ne serait-ce que pour obtenir des informations sur mon père et ma catin de mère. J'aurais un petit cadeau à leur faire…

Je lui glisse un clin d'oeil en prime. Elle ne pourra pas me refuser ce petit service quand même ! En tout cas, c'est dans son intérêt…
Malgré toute… euh… l'affection que je lui porte et la gratitude que j'ai à son égard, et malgré la promesse que je lui ai faite d'être son lèche-bottes attitré, je préfère devenir un paria et mourir plutôt que de sacrifier mon propre frère. S'il l'est vraiment. D'où l'utilité de l'interroger. J'ai eu une vie bien remplie déjà, pleine de meurtres, de vols, de petits et gros délits en tout genre, de combat, de personnes plus ou moins fréquentables et bienveillantes, qui ont plus ou moins comptées pour moi. Le vieux russe qui m'a appris à jouer du violon. La famille Smith qui m'a abrité quelques temps. MacFiller, mon premier employeur qui m'a demandé pour la première fois de tuer. Sarag, un type qui m'avait affûté ma première lame et enseigné quelques techniques. Oui, tout ça avait été un périple qui… me convient tout à fait. J'ai bien profité. La seule chose que je regretterait si je meurs aujourd'hui, c'est que je n'aurais pas eu l'occasion de jouer du violon. C'est tout.
Reste plus qu'à attendre et voir ce qui se passe maintenant. Carpe diem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 14 Mar - 21:36

Je me sens un peu bête à essayer par tous les moyens de les faire flipper et qu'ils ne trouvent rien d'autre à faire que de discuter. Un cadavre aurait pu tomber du plafond, ça leur feraient absolument rien. Le plan stratégique c'était dehors, là on est en duel! C'est peine perdue…
La démone décide de me broyer mes tympans de croco avec un cri frôlant la limite du possible.



L'INSTANT GRENOUILLE
Par R. Johnson feat Larousse.

On a cru longtemps, et à tort, que les reptiles étaient sourds. Les crocodiles du Nil possèdent, au contraire, une audition très développée grâce à une oreille interne dont la structure est comparable à celle des vertébrés supérieurs. Le tympan, très grand, est recouvert sur sa face externe par un volet mobile qui se ferme en plongée, comme les clapets des narines, afin de limiter les infiltrations d'eau. La qualité de l'oreille interne de ces reptiles leur permet de communiquer vocalement entre eux par des sons variés, ce qui enrichit leur vie sociale.

Tout ça pour vous dire l'état déplorable de mes tympans. Heureusement que j'étais dans l'eau, sinon j'aurais carrément pu dire adieux à ma capacité auditive. Elle use d'une arme qui me dépasse… Que faire!? Ne pas se démoraliser, elle ne sait sans doute pas que c'est là l'un des points faibles de l'animal en lequel je suis métamorphosé.
Je décide de faire un plan de leur position respective. Je me dirige là où j'ai entendu le cri d'Eva. C'est un petit carrefour. Je n'aurais pas besoins d'user de ma mémoire, ils sont tout les deux ensembles. Maintenant qu'ils sont plongés dans cette discussion sans fin et qu'ils s'épient, il serait favorable d'attaquer de façon la plus sournoise possible.
Je sors mes griffes et me dirige vers Eva. Je fais ça de façon la plus discrète qu'il peut y avoir. Je me rappelle soudainement d'un film machiavélique… Je vais lui arracher le pied! J'immerge ma tête de l'eau et mord le plus fort possible le pied. Pas besoin de cours, tout le monde a déjà vu un crocodile attraper une gazelle le long d'une rivière. Le risque de se faire prendre est énorme, surtout quand on ne regarde pas l'eau. Je tire un coup violent. A ce moment, je ne sais pas si je le lui ai sectionné, j'étais trop dans le feu de l'action. Je me retire du carrefour en mode "torpille".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Sam 22 Mar - 6:41


Je n'en peux plus. Je veux le faire souffrir, lui arracher ses ongles un par un, lui briser chacun de ses misérables petits os, lui trancher tous les membres, pour que finalement, il succombe et meure de douleur et de souffrance.
Le gosse interrompt mes pensées, et me fait revenir à la réalité (Ciel ! Les perspectives de torture me paraissaient si merveilleuses !) en me demandant la permission de "cuisiner" son frangin.
Un rictus sadique défigure momentanément mon visage si divinement proportionné.
"Et tu veux que je t'aide à trouver de bons moyens pour lui soutirer la vérité, c'est ça ?, je demande, les yeux brillants de férocité.
Il me lance un regard, et je comprends qu'il désire effectuer cette tache seul. Un sorte de vengeance envers sa famille, d'après ce qu'il a l'air de dire.
J'hausse les épaules.
"Permission accordée., j'annonce, avant d'ajouter :
"Mais après, il est à moi."
J'aime bien les paricides. Je trouve ça très excitant de voir quelqu'un tuer et torturer les propres membres de sa pitoyable famille. Je ne vois donc aucune objection à ce qu'il aille rendre une petite visite faussement amicale à ses parents, et qu'il essaie de soutirer des renseignements par tous les moyens possibles à son frère. Dommage que ce dernier m'ait autant agacée, sinon j'aurais sans doute autorisé Little Devil à l'exécuter de ses propres mains.

Je continue de discuter avec le gamin, l'air de rien. En vérité, j'essaie surtout de l'allier indéfiniment à moi, m'attirant sa sympathie. Je suppose qu'ainsi, il ne voudra en aucun cas me trahir, non ?
"T'as pas un plan pour trouver l'autre abruti ?, je finis par demander, l'impatience commençant à monter d'un cran.
"Je propose que..."
Je ne termine pas ma phrase, voyant du coin de l'œil une forme s'approcher de moi. Instinctivement, je me décale d'un pas sur le côté.
...Pas assez loin, et pas assez vite, apparemment...
Un léger cri m'échappe, exprimant ma surprise.
Une douleur insupportable me lance dans la jambe, je me sens défaillir. Ma main s'accroche à l'épaule de mon compagnon, tandis que je tente de résister au mieux pour ne pas me mettre à hurler de souffrance et à donner satisfaction à cet idiot de Ran.
Je serre les dents, baisse les yeux vers les origines de mon mal. Mon pantalon est entièrement déchiré à l'endroit où j'ai été mordue et un sang épais coule en abondance le long de ma cheville.
Je grogne. La plaie a l'air plutôt profonde, et j'endure une souffrance terrible.
Je mords avec violence ma lèvre inférieure pour ne pas montrer mon désarroi et mes émotions face à cette situation. Je ne veux pas paraître faible.
Tous les muscles de mon corps se contractent tandis qu'une nouvelle vague de douleur se fait sentir. Inconsciemment, je fais apparaître mes longues griffes au bout de mes longs doigts fins, et les plante légèrement dans le bras du gamin, que je serrais avec force.

Je sens mon sang, chaud et odorant, couler à flot jusque dans ma chaussure. J'essaie de bouger le pied, je veux m'assurer qu'il est toujours là. En vain. Je baisse les yeux. Ouf, il n'a visiblement pas été arraché de justesse.
Je regarde Little Devil en essayant de contrôler ma voix et les tremblements qui me secouent toute entière.
Mes yeux lancent un message clair : Arrête de me regarder comme ça, je n'abandonnerai pas.
Je m'écarte de lui, et crie :
«Ran ! Si tu crois pouvoir m'avoir de cette façon, tu te trompes ! Je ne perdrais jamais face à un incapble comme toi ! »
Je lui ferais payer cet outrage à ma personne. Si j'arrive néanmoins à marcher sur mes deux jambes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 30 Mar - 7:09

Je sens les ongles d'Eva transpercer ma chair dans une douleur lancinante. Ouch, sacrées griffes ! Je frémis, puis baissais les yeux. A mon grand regret… Le pied de mon alliée était à moitié arraché, gisant dans une marre de sang, hors d'usage. Sans aucun doute affreusement pénible à supporter comme blessure. Dans d'autres circonstances, j'aurais été fier de mon 'tit frère… Mais là je dois avouer que… Je ne sais guère quoi penser.
Enfin bon.

- Avec ta permission…, dis-je toute en la soulevant pour la porter loin de l'eau sombre et nauséabonde - et accessoirement pour la mettre hors de portée d'un autre coup de griffe- et la déposait près du mur. Pas très salubre, mais plus safe. " Bon, passons aux choses sérieuses maintenant…" Je sortis mon épée de son fourreau, et restait à une distance prudente du bord de l'onde noirâtre, parsemée de déchets flottant dont je préférais ignorer la provenance. Scrutant la surface, je cherchais des yeux le crocodile. Puis, une idée me traversa l'esprit.

Accroupi, je dissimule mes gestes, attrape le bas de ma cape et le déchire sur toute sa longueur. Puis, je l'effiloche de manière à obtenir une bonne longueur de fil assez épais pour être résistant. Je promenais ensuite mon regard aux alentours, et dénichais un bâton assez grand, à deux pas. J'étends la main et le saisit. Rapidement, je sens que je n'ai pas beaucoup de temps. Je fouille dans mes poches et… Yes, ça y est !

Il y a deux semaines environ, j'étais allé à la plage, et avait mis du sable dans un petit sac, en guise de souvenir. Il allait m'être fort utile maintenant…

- Ran ! Ran ! Montre-toi !

Deux sphères globuleuses entourées d'écailles ressortent de l'eau. Priant pour que, dans le noir, je ne confonde pas ce que je pensais être les yeux du croco avec euh…je sais pas moi… des litchis périmés, je jetais le sable pour aveugler mon adversaire. J'estimais avoir trente secondes de champ libre désormais.
A toute vitesse, je plongeais, bâton, cape et épée à la main, fixais le bâton dans la sorte de boue visqueuse et collante tapissant le fond de l'eau, l'enveloppais avec la cape de manière à ce que l'on crût que ce soit une personne et me cachais dans l'eau, me couvrant la tête d'un sac usagé (?) ou autre - je ne veux pas savoir donc chut- et patientais.

Ran allait-il mordre à l'appât ?

Ou bien allait-il me démembrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mar 1 Avr - 6:44

Après la violence dont j'avais eu recourt cinq minutes plus tôt, j'avais décidé de me retirer avant une prochaine attaque. L'eau était vert âtre et des O.F.N.I (Objets Flottant Non Identifiés) vagabondaient à la surface. La douleur infligée à Eva l'avait laissé sans voix, mais il faut dire qu'elle avait du plomb dans la tête pour s'être maitrisé et ne pas avoir crié. Cette pauvre fille devait conserver une folie meurtrière qui lui rongeait les os et qui n'attendait qu'à être libérée. Mieux vallait ne pas la croiser pendant un an et se faire tout petit! Mais pour l'instant, elle m'avait énervé comme jamais et je pense vraiment que je serais en fusion si j'étais sous ma forme "normale".
Cette sensation d'être le prédateur c'est vraiment intéressant! Même si je suis en plein combat, ma posture me donne confiance. La confiance… Il y a bien longtemps que je n'avais ressentit ce sentiment. Pour ça, merci Eva et merci "grand frère".
Des pas se faisaient entendre, il s'agissait sans doute d'une personne petite ou maigre. A l'évidence, Neil. Tout les deux pas un bruit métallique sonnait, une arme blanche. Le bruit cessa. Je me rapprochais pour aller voir se que pouvait fabriquer mon frère. Il s'était posé pour déguster un sandwich? Ou peut être pour élaborer un piège diabolique, qui sait? Je me rapprochais tapis dans l'eau obscure, je n'eu pas la débilité de rejoindre la surface, si je le faisais je risquais de me faire repérer et embrocher par l'arme qu'il portait. Deux litchis pourris et une zone sableuse en dessous de moi gisait au fond de l'eau. Une silhouette se dessinait à une dizaine de mètre en face de moi dans l'eau… Heu, Neil tu est aussi stupide que ça ou c'est juste que tu ignore totalement que je sui un crocodile? Je vais pas repasser un cour sur les reptiles mais quand même, qui ne sait pas que le crocodile a une agilité époustouflante sous l'eau et est doté d'une vitesse qui est sans égale (merci que tout les hommes requins ne prennent pas part au débat…). Un bâton flottait sur l'eau avec une cape, là, encore une révision qui s'implique sur la poussée d'Archimède… Le bâton était à l'horizontale avec la cape qui dépassait légèrement. Si tu voulais que ça ressemble à un homme bouteille, on dirait plus le reste d'un petit voilier. Je défendais au fond du réseau, malgré ma discrétion, Neil me repéra avec simplicité. Que voulez-vous, on ne peut pas tout faire quand on est l'un des plus grands reptiles vivants! Il avait l'épée à la main, était-ce le signe d'un défi? J'aime la chair fraiche et le sang chaud, pour moi c'est comme une bonne glace! Heu… Ne cédons pas à la tentation du démon!!! Je me changeais en homme et avec les mains fit signe d'un temps mort. Je remontais à la surface.

-Tu… Tu es fou! Aller dans l'eau avec en face une créature aquatique ça relève du suicide! Ca va peut-être te sembler horrible mais dans ma tête de crocodile j'aurais bien gouter de ton… Enfin voilà, j'ai la dalle! N'essaye pas de me provoquer comme l'a fait ta copine, je n'ai pas envie de déchiqueter un membre de la famille juste avant de le retrouver.

Je formulais cette longue phrase avec amusement mais je n'arrivais pas à admettre que mon frère avait failli passer à la broche de mon instinct carnivore.J'inspirais calmement mais mon coeur battait à tout rompre. Pourvu qu'Eva ne décide pas de nous rejoindre et arrive à nous retrouver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 13 Avr - 4:56


Cette souffrance lancinante continue, encore et toujours, d'envelopper ma pauvre jambe, de plus en plus douloureuse.
Mon associé, se doutant sûrement que quelque chose ne tourne pas rond (quelle perspicacité !), me prend dans ses bras et m'entraîne à l'écart.
Je pousse un juron, et lui lance un regard noir.
Je veux participer à la bagarre.
Je ne supporte pas de passer pour une faible, et d'être mise à l'écart. Je suis une femme, je suis blessée, ma force physique en tant qu'humaine n'est pas franchement impressionnante, et alors ?
J'ai des atouts non-négligeables, moi. Si je l'aurais voulu, j'aurais pu les tuer tous les deux d'un seul geste de la main.
"Hé ! Me laisse pas là !", je crie à l'attention du minus tandis que ce dernier se casse après m'avoir posée sur le sol, dans un coin isolé.

Une bonne dizaine d'insultes, de plaintes et de réclamations à son égard plus tard, je me rends compte qu'il est parti bastonner Ran tout seul, sans m'attendre. S'il croit que cette petite égratignure de rien du tout (du moins, c'est ce que j'essaie de me persuader) m'empêchera d'étrangler l'autre abruti de mes propres mains, ils se trompe très lourdement.  
Je déchire le bas de mon Jean afin de voir avec plus de précisions ma blessure. Il faut bien que j'essaie de faire quelque chose pour me soulager, non ?
Je grimace légèrement en sentant le contact froid et pollué de l'air lourd régnant ici, et jette un coup d'oeil à mon mollet.
En voyant la plaie, un rire strident et nerveux sort des tréfonds de ma gorge. Du sang visqueux coule en abondance le long de mes chevilles, recouvrant une ouverture béante, où on peut aisément deviner les traces de crocs qui m'ont été infligées. En voyant la profondeur de la blessure, ma chair mise à vif, mes muscles déchirés, je manque de m'évanouir.
Positivons. Ça aurait pu être pire. Je pourrais ne plus avoir de pied, et être condamnée à porter un jambe artificielle pour le reste de mon existence. Quelle horreur.

En temps normal, j'adore voir ce genre de plaies, un peu comme un grand admirateur d'art apprécie de se rendre à différentes expositions où de nouvelles oeuvres sont montrées à ceux qui seraient dignes de les contempler. Mais cette fois... c'est affreux. Ce genre de truc, c'est drôle que quand ça arrive aux autres.
Je serre les dents, et à l'aide d'un bout de mon T-shirt, que j'ai négligement déchiré, dévoilant sans pudeur mon ventre plat, j'enveloppe la source de mon mal. Cette compresse de fortune sert plus à cacher ce truc immonde qu'à vraiment soulager ma douleur.
Je me relève, pousse un petit gémissement tandis que je pose mon pied à terre. Gémissement qui se transforme en cri étouffé lorsque je daigne faire quelques pas en boitillant tant bien que mal.
Impossible de me rendre quelque part de cette manière.
Heureusement pour moi, j'ai un certain atout qu'il ne m'est plus utile de cacher à ce salaud de Ran, puisque sa mort ne serait tarder. On ne me blesse pas sans conséquences.  

Je laisse mon corps reprendre ses instincts naturels qui lui ont été conférés. Mes vêtements se déchirent, ma peau se durcit, mes sens s'aiguisent.
J'ouvre mes ailes, et m'envole avec précipitation vers le haut, afin d'avoir une certaine vue d'ensemble et de pouvoir repérer où se cachent les deux frérots.
Intérieurement, je me félicite d'avoir pensé à bander ma jambe et de ne pas exposer ma blessure au contact mordant des frottements de l'air tandis que je m'éleve de plus en plus vite.
Je plisse les yeux. J'aperçois un mouvement près de l'eau. Ce doit être eux.

Avec une vitesse à en faire pâlir d'envie un pilote de Formula 1, je m'élance en leur direction. Ma douleur, je dois l'avouer, me déséquilibre un tantinet, et plus d'une fois je me vois intérieurement m'écraser au sol, mais heureusement, j'arrive sans encombres devant eux.
Je bats mes ailes avec vigueur afin de ne pas avoir à me poser inutilement, et me place au-dessus de leur tête, prenant garde, cette fois, de ne pas m'approcher un peu trop de l'eau. On peut m'avoir une fois, mais pas deux. Et puis ce liquide croupi risque de me causer plus de mal que de bien.
Je lance un petit clin d'oeil au "Petit Démon".
"Alors, mon chou, je t'ai pas trop manqué ?"
Mon visage reste impassible tandis que je lance à l'autre avec une certaine lassitude :
"Il en faut plus pour m'éliminer. Et puis, je tiens à signaler que j'ai déjà vécu pire que cette petite morsure de tapette."
C'est vrai, ça. Je suis déjà morte de la façon la plus ignoble qui soit, je vous rappelle. Mais peu importe, là n'est pas la question.
Son regard se fait étrange. C'est vrai qu'il ne savait pas jusqu'à maintenant que je pouvais me transformer en une créature aussi spectaculaire. Mais je suppose qu'il fera rapidement le lien entre Eva et celle que je suis véritablement. Et puis, au pire, peu importe, car sa mort est de plus en plus imminente.
"Tu te crois toujours en position de supériorité ? Détrompe-toi, mon petit. Je suis beaucoup plus forte qu'un satané lézard, moi."
Je ricane de façon cruelle, et plonge mes yeux noirs d'encre dans les siens.
"Et sache que tu ne perds rien pour attendre !, je m'exclame, avant de m'élancer vers lui, de lui asséner un coup de mes griffes plus aiguisées que des rasoirs, et de remonter dans les airs  tout aussi rapidement.
Alors, on fait moins le malin maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mer 16 Avr - 8:30

- Tu m'étonnes que tu n'ai pas envie de me dévorer… Enfin bref.

Sur ce, je m'extirpais de l'amas de déchets agglutinés près de moi avec dédain, lame à la main gauche. Ran n'avait pas l'air tout à fait dans son assiette. J'allais attaquer lorsque…
Un clin d'oeil.
Et le croco se trouva affublé de multiples plaies au faciès. Ouch, peu agréable sans doute. Craignant soudainement que les choses prennent un tour funeste trop vite, je lançais à cette chère harpie :

- Hé, tu me le laisses vivant hein ? Au moins le temps de lui poser deux trois questions…

La sauvagerie fulgurante d'Eva était frappante. Mais moins que sa nouvelle apparence… Une démone. Impressionnant. Je ne sais pas pourquoi, mais tout stress m'avait abandonné. J'étais vide. Totalement dépourvu de la moindre émotion. C'était étrange…

Des gouttes de sang perlent d'une cage, face à mes propres barreaux. Je pleure, j'ai peur, l'odeur est insupportable, ma chair me brûle, la morsure des aiguilles me transperce, je hurle. Face à moi, une petite fille se fait greffer des parties reptiliennes. Des cris. Ses yeux roulent dans ses orbites. Sa bouche se tord. Quelques spasmes, puis… Rien. La greffe a échoué. Annie. C'était mon amie. Elle aimait tant le soleil. Et maintenant elle est condamnée à l'ombre.
Des mains me saisissent. Non, non, non, non je ne veux pas ! Laissez-moi tranquille, je…


Je reprends pied dans le monde réel. J'ai un goût immonde dans la bouche. Je réalise que j'ai perdu connaissance pendant un bref instant, je suis trempé des pieds à la tête. Mon épée, en s'échappant de mes mains, a gratifié ma jambe d'une belle estafilade. Je secoue la tête, reprend ma lame. Ma gorge est anormalement sèche, et j'ai un de ces maux de crâne… Je ne sais pas si je vais réussir à me concentrer. Néanmoins, c'est avec fermeté que je frappais, avec le pommeau de mon arme, le sommet du crâne du croco lacéré. De toutes mes forces.

J'espère que ça va l'assommer, que cette histoire ait enfin un terme.


HRP : Je m'excuse sincèrement de la longueur de ce message. Mais j'ai bac blanc demain, et après je pars en week end pour Pâques, donc je me devais de répondre aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 27 Avr - 20:54

Je me retrouve les pieds décrochés du sol et mes épaules tenaillées par… Eva? Pas de doute c'est elle, mais franchement, même si j'ai rien contre les écailles je la trouve monstrueuse, un vrai démon!

-C'est ce qui s'appelle adopter un look d'enfer!

Je ne savais pas si c'était vraiment le moment de décrocher une blague de piètre envergure, même pour détendre l'atmosphère… Je tentais un sourire forcé, elle, me réprima un rire à en faire trembler le diable en personne. Puis retrouvant son calme elle m'adressa une phrase puis me lacera de ses griffes. Je retombais au sol. Neil essaya de prendre ma défense, si on peut appeler ça défendre… Enfin bref, elle continuais à se ruer vers moi, à force je m'adaptais à ses techniques et après plusieurs coups parés, je lui pris ses bras les écarta et lui infligea une morsure  terrible à l'épaule. Elle n'émit qu'un hurlement étouffé et me repoussa avec ses jambes. Je m'étalais de tout mon long à terre. Mon frère vint vers moi. J'eu une brèche d'espoir, mais il ne fit qu'en rajouter avec un coup d'estoc avec l'épée. Malheureusement pour lui je n'étais qu'un peu sonné, mais c'était juste assez de temps pour que la harpie me projette sur la parois. J'étais maintenant plongé dans une rage inexplicable. Ce qui devait arriver, arriva. Je perdis contrôle de mon corps, me changeant en un amas d'écaille et de muscle de trois mètres, les yeux rouges vifs comme lorsqu'on vous les aspergent de gaz irritant. Je poussais un cri puissant. Puis portais un coup de poing rapide avec mon bras disproportionné sur Eva, cette dernière qui anticipa de justesse réussi à se projeter sur le côté, mais le poing frappa la jambe handicapée du pied à demi-arraché. Emporté par la puissance du coup, mon corps rentra dans le mur voisin et traversa également celui d'après.
Tout ce que je peux faire c'est regarder mon corps de gorille écailleux à l'instinct carnassier démolir le bâtiment. Je ne veux pas les tuer par la faute de mon "pouvoir", surtout pas mon frère… Tout ce que je leurs souhaite c'est de repousser le monstre que je suis dans l'oubli avant que je ne fasse la même erreur que les autres fois dans les autres villes…

HRP: Désolé, je n'avais pas remarqué que ma soeur avait terminé de répondre! ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mar 29 Avr - 9:02

(Désolééée pour ma réponse toute pourrie T-T )


"TU PEUX TE GRATTER POUR QUE JE LE LAISSE EN VIE !", je rugis à l'attention du gamin, qui, avouons-le, a l'air plutôt content de me voir. En même temps, qui ne serait pas ravi de pouvoir contempler un créature telle que moi ? Ma beauté démoniaque n'est-elle pas légendaire ? Et encore, je ne parle pas de ma puissance indéfinissable...
J'enchaîne avec une rapidité fulgurante une séries de coups destinés au croco, qui, et je le regrette, s'habitue rapidement à mon rythme et en profite pour esquiver et me mordre. Encore.  J'étouffe un cri  tout en pressant mon épaule sanguinolente, et le repousse violemment avec mes jambes. L'avantage de mon pied à moitié arraché -si on peut qualifier ça d'avantage-, c'est que mon corps semble être totalement insensible aux autres blessures.
"Va crever !, je grogne avec fureur.

Alors que je suis sur le point de me relever -avec une certaine difficulté, je vous l'accorde-, je vois le petit aux cheveux rouges sang s'approcher, et lui asséner un coup de la garde de son épée sur la tête. Un rire sort de ma gorge.
"Allez-y, battez-vous. J'adore les fratricides. ", je ricane avec légèreté, espérant me délecter du spectacle qu'ils semblent sur le point de m'offrir.
Voyant mon esclave hésiter à lui porter un coup fatal, je lève les yeux au ciel, et me précipite sur Ran, le plaquant contre un mur.
Un rictus sadique défigure mon visage.
"Vas-y, achève-le.", je lance avec agressivité à Little Devil.
Aucune réaction de sa part.
Tant pis pour lui, il passe son tour.
Je susurre, d'une voix séductrice emprunte de cruauté :
"Alors, mon chou, comment je vais te bien pouvoir te tuer ? Rapidement ou après une longue et douloureuse torture ?"
Un large sourire apparaît sur mes lèvres, faisant apparaître mes crocs aussi pointus que dangereux.  

Tout à coup, je sens et je vois le corps de Ran se transformer, grossir, devenir plus menaçant. J'hausse un sourcil. Intéressant. Peut-être n'est-il pas aussi nul que ce que je pensais.
Il se dégage de mon étreinte, et m'envoie de son poing devenu impressionnant un coup magistral, que je parviens à éviter de justesse, et qui détruit le mur sur lequel il était au préalablement plaqué.
Je grimace légèrement, me rendant compte que ma jambe plus ou moins handicapée a été touché. Un vague de douleur, que j'essaie de contrôler, me fait trembler des pieds à la tête.
Je bats des ailes avec puissance, pour le retrouver pratiquement collée au haut plafond des égouts.
Je profite de ce court instant de tranquillité et de sécurité pour resserrer mon bandage de fortune imbibé de sang aussi noir que de l'encre de chine, et, déchirant encore mon pauvre T-shirt, me fais un garrot situé au mollet afin de stopper l'hémorragie. C'est dangereux de faire ça, et je le sais pertinament, mais je compte en finir rapidement avec Ran, accourir aussitôt chez moi et soigner cette plaie plus ou moins correctement.  Donc, ainsi, pas de risque de perdre mon pied -j'espère-.

J'observe la scène, positionnée en hauteur, et je me demande si intervenir encore une fois ou non.
Bah. Soyons fous..
Je plonge sur Ran, et atterris sur ses épaules.
De mes mains musclées et fortes, j'empoigne sa gueule, que je tente de maintenir fermée, histoire d'éviter une nouvelle morsure, et souffle un petit : "Abandonne." à son insu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Jeu 1 Mai - 6:49

Et la harpie se jeta sur le reptile.
Comme l'allégorie de l'Aigle se jetant sur le Serpent du Mal pour le vaincre.

Sauf que… Je tenais à pouvoir parler avec Ran. Heureusement pour moi, les égouts semblaient décidés à me donner un coup de main. Le corps de mon prétendu frère étant massif et très lourd, l'impact de sa collision avec le mur était la fragilisation de celui-ci. Lorsqu'Eva se jeta sur lui, une fissure lézarda rapidement sur les flancs bétonnés. Le temps que les deux combattants s'en aperçoivent, une énorme canalisation de détacha du plafond et… les heurta. Les laissant assommés, à la merci de n'importe quel être aux mauvaises intentions .

Hmm…

Je soupire. Y a qu'à moi que ça peut arriver, des situations comme ça. Tss. Je m'approche des deux endormis forcés, puis avec une moue flemmarde, j'en mets un sur mon dos et prends l'autre dans mes bras. Je grimace légèrement. C'est pas léger léger. J'espère juste que y aura pas trop de passants dehors, parce qu'un gosse avec une démone dans les bras et un crocodile sur le dos… Vouala quoi.
Je ferme les yeux deux secondes et réfléchis en mode TGV.
Où aller ?
Hmm…
Bon, je n'ai pas le choix. Va falloir aller dans la Cabane. J'espère juste que y aura pas de squatteurs…
La Cabane, c'est un ensemble de planches cubesque situé à la cime d'un arbre dans le parc avoisinant à la fête foraine. Un ancien repaire de drogués, complètement camouflé. Si on ne connaît pas son existence à la base, impossible de le repérer. Mais je déteste y aller, il y règne une ambiance glauque et c'est une vrai cage à lapin. Avec un air à peine respirable. Et puis hisser les deux larbins en haut ne va pas être une partie de plaisir.
Cependant, vu leur état, c'est ma seule solution.

45 minutes plus tard et au moins autant de litres de sueur…

Je suis essoufflé, exténué, vidé. Ran et Eva sont toujours inconscients et gisent comme deux marionnettes dont on aurait coupé les fils sur le plancher de la planque. Les planches sont couvertes de graffitis obscènes ou informes, effectués par les drogués durant leur transe. Heureusement, il n'y a personne ce soir.
Soudain, mon cerveau m'envoie un tilt :" Hep petit, si tu laisses ces deux-là libres de leurs mouvements ensemble, ils vont s'entretuer…"
Pas faux.
Je décide de les attacher sommairement avec des bouts de tissus et les mets dans les coins opposés de la pièce. En faisant attention de ne pas aggraver leurs blessures.
Je vérifie ensuite leurs têtes, histoire de m'assurer qu'ils ne sont pas dans le coma. Une fois ceci fait, je m'assois à côté de Ran, et le pince légèrement, dans l'espoir de le réveiller.

"Allez, debout toi, faut qu'on parle…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Jeu 1 Mai - 20:26

Après m'être écrasé de tout mon poids sur le mur, emporté par mon coup puissant mais maladroit et après avoir subit un énième assaut d'Eva, j'observe une fissure gagnant du terrain de seconde en seconde. Il ne se passa que quelques tours d'aiguilles pour que le mur ne s'effondre sur ma tête hybride. Sur le coup, je perdis connaissance, se fut le noir complet…

"Allez, debout toi, faut qu'on parle…"

J'ouvris les yeux, Neil se tenait devant moi, il avait profité de mon moment d'inconscience pour me ligoter ainsi que la harpie qui avait, apparemment, mal reçue le mur sur la figure, avec son filet de sang noir s'écoulant de la bouche à la fin du menton. J'observais les lieux d'un oeil inquisiteur.

-J'adore la décoration de ta maison, ils sont si… Intéressant.

Une question me travaillait. Comment Neil, avec son corps de gamin et à l'apparence fragile avait réussit l'exploit de me soulever en ma forme hybride? Aurait-il des super-pouvoirs? Sans aucun doute. Je suis curieux d'approfondir cette théorie!
Si on y repense, tout ce remue-ménage pour dormir quelque part. C'est du grand n'importe quoi. Heureusement que le démon est ligoté car je pense que je n'aurais pas fait long feu dans le cas inverse, quelle veine! J'aurais bien aimer discuter avec Neil dans un endroit, comment dirais-je? Plus normal. Mais on fait avec ce qu'on peut. Une grande et longue discussion allait commencer maintenant, le moment des révélations est venu!

-Neil? Pourquoi tu es… Petit?

Heu, je sais pas si je devais commencer par cette question, c'est un peu brutale! Je meurs d'envie de connaitre la réponse à ma question, ça va être fascinant! Maintenant que j'y pense, mon frère est peut être le fruit des recherches du bloc n°5, le projet de "l'éternel", projet qui avait été jeté aux oubliette car il était trop dangereux à appliquer sur le corps humain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 25 Mai - 1:18

-Neil? Pourquoi tu es… Petit?

Je souris tristement à cette question. Haaaa, il fallait bien qu'il me la pose un jour… J'inspire, puis articule ma réponse lentement, d'une voix rauque :

- Hem, hé bien, disons que… Daddy, tu le connais, il est assez spécial hein. Alors… Lorsqu'il a su que j'étais pas de lui, mais d'un type avec qui ma mère avait batifolé entre temps, il m'a détesté. Et dès que Maman n'a plus eu la force de rester avec lui et que son amant lui a proposé de partir avec lui, elle s'est évaporée, en m'oubliant totalement.
Et depuis ce jour, Daddy a voulu se débarrasser de moi. C'est pourquoi il m'a vendu à un labo plus ou moins secret qui cherchait des cobayes. Tu peux pas avoir idée de tout ce qu'on m'a fait subir. Injections, expositions à des rayonnements, tests de résistance à la douleur et autres, tant de tortures…
Jusqu'à l'expérience finale. On a remplacé mon sang par un liquide bizarre, et je crois que j'ai plus vraiment d'organes, juste des trucs métallique, enfin mon coeur je sais que c'est une sorte de boîte étrange, tiens, regarde !


Je lui montrai à ces mots mon torse, en ouvrant ma cape puis en défaisant la chose qui me servait de bandage à cet endroit. Je frémis. Malgré le traitement procuré par Eva, les chairs ne s'étaient pas refermées, et autour d'une surface métallique enfoncée sous la peau des crevasses violacées pleines de croûtes boursouflées sillonnaient l'endroit. Brr.
Je repris mon discours :

- Donc vouala… On va dire que… Je reste jeune en apparence depuis qu'on m'a fait muté. Je garde l'apparence d'un gamin de 16 ans alors que je dois avoir 35-40 facile. Bizarre non ? Toujours est-il qu'après l'atrocité qu'on m'a fait subir, j'ai pris la poudre d'escampette, et j'me suis barré dans un autre Etat. J'ai subsisté en mendiant, en manipulant, en me faisant recueillir puis en abandonnant ces familles qui voulaient prendre soin de moi.Après j'suis tombé dans la criminalité. Un jour, j'me suis même retrouvé en Russie, et là j'y ai connu un vieillard formidable qui m'a appris beaucoup. J'l'aimais énormément. Mais il est mort donc bon. J'lui ai piqué son violon. Hem désolé, je sais plus trop ce que je dis, enfin bref je…
Ah oui, j'avais zappé : Je me fissure de plus en plus, donc j'penses que j'ai plus beaucoup de temps à vivre. Si je respecte autant Eva, c'est parce que pour l'instant, elle est la seule à détenir un antidote temporaire. Elle a beaucoup fait pour moi, tu vois ? C'est pour ça que j'ai besoin de savoir si on est vraiment frères. Parce que je ne veux pas la trahir. J'ai pas envie de choisir entre vous deux, mais… Enfin tu vois quoi.
Je parle beaucoup trop, à ton tour maintenant. Dis-moi Ran, quelle est ton histoire et qu'est ce qui te dit qu'on est frangins ?


Mon dieu j'espère que je ne l'ai pas assommé avec tout ce discours…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 25 Mai - 2:14

Attentif, je l'écoutait des deux oreilles sans me préoccuper de la menace qu'Eva représentait. Finalement, son histoire valait le coup d'être entendue. Elle était triste et similaire à la mienne.
J'éprouvais une profonde rage envers mon père, qui, conscient de ses actes m'avait réservé le même sort qu'à mon frère.

-"Daddy"... Comme tu l'appelle... N'est qu'un enfoiré!

Emporté par ma colère, je ne prenais nullement le soin de parler à voix basse.

-Tu souhaite entendre mon histoire? Si j'avais à te répondre brièvement, je dirais que c'est la même que la tienne, mais tu remplace le rayon des boites à pic-niques par celui des crocos hystériques.


Ma réponse ne rendait pas enthousiaste Neil. Lui qui s’apprêtait à entendre un récit qui bouleverserait sa vie, fit la grimace.

-C'est bon, je blague! Bon, tu ne devais pas t'y attendre mais notre mère à finit par rejoindre une nouvelle fois notre père. Ils se réconcilièrent et passèrent une nuit... Mouvementée! 9 mois et des poussières plus tard, on célébra ma naissance. On me raconta que seul mon père resta de marbre à cet événement. Peut être qu'un fin de compte, je suis le fruit d'un bête accident de contraception. Mais bon, revenons à nos moutons. Ce saligaud de Daddy se mit à boire, beaucoup, pour finir par me considérer comme son sou-fifre. Et puis, un jour que maman partit pour sans doutes ne jamais revenir, Daddy passa un coup de téléphone étrange. Le lendemain, des hommes en noirs me jetèrent dans la banquette arrière, et là je comprit que mon avenir n'irait pas plus loin que celui d'un petit esclave du XIXème...
Comme toi, on me soumit à divers tests moins affreux que les tiens heureusement, tout ça pour que moi, j'en inflige en assistant des scientifiques. J'ai croisé une fille, Anny, si mes souvenirs sont bons. La petite était l'une de ces personnes à subir le projet "Goliath" un dérivé du châtiment qui est le tient le tient, elle décéda d'une intoxication et d'une infection aux poumons dans le bloc de cardiologies. Je sais comme ce doit être pénible, j'en suis désolé Neil. On me posta 5 ans après dans un centre de biologie animalier, je travaillait sur la résistance des écailles des crocodiles... Comme tu peux le voir, ça ne m'a pas réussi! Je déclenchais un massacre dans le bâtiment après quoi, on me mit dans une cellule d'Arizona. Et me voilà devant toi! Tu sais tout maintenant. Je te laisse pour preuve de ma parole cette photographie prise sur le buffet près de la cheminée dans notre ancien foyer.


J'imagine que cette fois, il n'aura pas à me demander des détails! Je voulais aidé mon frère alors avant même qu'il me réponde je lui proposais mon offre des plus chaleureuse et tendais ma main!

-Neil, je te propose de mettre nos pouvoirs à l'unisson. Je veux te sauver. J'ai des amis dans le labo qui pourront t'aider. J'avoue que j'ai gardé la peur qui me trônait dans ma tête étant petit mais nous sommes deux maintenant! Je t'en pris!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mar 27 Mai - 4:42

Okay. L'humour du frangin laisse un peu à désirer…
Il me raconte sa vie, à son tour. Bel échange de procédés !
Puis, il commence à délirer :

-Neil, je te propose de mettre nos pouvoirs à l'unisson. Je veux te sauver. J'ai des amis dans le labo qui pourront t'aider. J'avoue que j'ai gardé la peur qui me trônait dans ma tête étant petit mais nous sommes deux maintenant! Je t'en pris!

Houlalalalalalalalalalalalalala….
Je déglutis. Bruyamment. Mais il est vraiment taré lui ! Moi ? Retourner dans un labo ? Il va pas bien dans sa petite tête, faut croire que son cerveau a dû prendre un coup durant les expérimentations !

- Wait. Tu t'emballes un peu trop vite là… Hem. Même avec une armée, j'irais pas ! T'es fou ? Et puis genre tu as des amis dans un labo !
Et puis qu'est-ce qu'ils pourraient bien faire ? J'ai plus de sang ou presque, et plus d'organes ! J'suis foutu, les miracles j'y crois pas…


Je veux pas le décevoir, mais là… Ca va trop vite. J'me sens pas capable de revenir en arrière pour tenter de… d'être normal. C'est plus possible, j'me suis fais une raison depuis longtemps. J'ai même calculé : je ne verrais probablement pas la fin de l'année suivante. Si Eva n'avait pas été là, je serais peut-être déjà refroidi. Donc bon, j'ai eu le temps de cogiter. J'ai eu une belle vie bien remplie, plus que n'importe laquelle d'un binoclard de bonne famille fils à papa et citoyen modèle. J'me sens un peu vieux, vidé. Et découvrir que j'ai un frère qui a trois fois moins mon âge, ça m'aide pas à rajeunir.

Tout le monde meurt un jour, c'est comme ça.

- Ecoute Ran… Le prends pas mal, mais pour l'instant, la seule chose que je veux, c'est coffrer notre père. Si tu as des infos…

Oui, ce sera l'héritage que je laisserais à ce monde pourri : une ordure en moins.

J'attends avec hâte le moment où, d'une voix parfaitement calme et claire, je le regarderais droit dans les yeux, et lui dirais :

Hi Daddy. Remember me ? I'm the dirt you've created. But I still love you. Want a proof ?



Ow… Sorry… I've nearly forget to kill you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa...

Revenir en haut Aller en bas

A la lueur de de la barbapapa...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Fête Foraine
 :: Cirque
-