NOUS TENTONS DE REPRENDRE LE FORUM EN MAIN. SI VOUS ÊTES INTÉRESSÉS, MANIFESTEZ VOUS. ♥️
recensement ici ; http://h-s-sup.forums-actifs.com/t1228-recensement-de-relance#13877

Partagez|

A la lueur de de la barbapapa...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: A la lueur de de la barbapapa... Mer 6 Nov - 5:10

Il y a des jours où on ne pense à rien où on ne veux plus rien faire. Aujourd'hui je suis avachi sur mon tabouret dans un bar malfamé où le silence règne en maître. Je ne pense pas qu'un homme puisse tomber plus bas que moi je le suis. La seule et unique chose à laquelle je m'accroche c'est bien cette photo, oui cette photo où un petit garçon trône dans les bras de sa maman et qui sourit comme si la vie était source de joie et de bonne humeur... tu parle de joie pffff. Regarde moi, regarde et voie ce que je deviens. Un criminel qui fais mordre la poussière à des gens qui ne sont pas plus intéressant que moi. Tu vois tu ces gens qui jouent aux cartes, ils me regarde comme un animal de cirque après toutes les choses que ma colère c'est pue permettre. Voila ce que je suis. Et puis il serais temps de me trouver quelqu'un à qui parler plutôt que rêvasser avec ma conscience. Oui un ami ne me ferait pas de mal...mais encore il faudrait qu'il veuille bien de la bête que je suis. Tient, je ne les connais pas ceux là. En tout cas quelqu'un les a bien pourris. Pourtant dans ce quartier les bagarres ne sont plus très fréquente ces temps ci. Je me demande de quoi il parle, je n'ai qu'a passer leurs dire bonjour, amicalement bien sur.

-Bien le bonjour étrangers! Que nous l'honneur de votre passage en cette ruelle, vous savez peut-être que le coin est mal famé!

-Bien sûr qu'on le sait sombre...heu...monsieur. Un vaut rien nous a bien écrasés...pourtant on a pas l'habitude de ce genre de défaite.

Un petit groupe de fanfarons, voila ce qu'ils étaient. Ils ne valaient même pas la peine d'être éliminés.

-Et comment était votre agresseur; grand et musclé je présume.

-Non pas du tout. C'était un sale gamin, j'avais jamais vu des cheveux aussi rouge de toute ma vie.

Se pourrait il que...non impossible ce ne peut pas être lui.

-Vous parlez de...lui?

-Mais oui je reconnais cette sale tête! Attend que je l'écrase de tout mon poing tu vas...

-Désolé l'ami mais on n'insulte pas les gens comme tu le fais.

Si cet homme a bien dit vrai...

-Hé vous trois où se dirigé le garçon, vous avez deux secondes pour répondre.

-On en sait rien nous!

-Un!

-Vers la fête foraine! Il se dirigeait vers la fête foraine!

Bien, j'avais envie d'une barbapapa ça tombe bien!

-Tu as sauvé ta donne...

-Merci, je ne reviendrais plus je te le promet!

-Mais pas celle de ton ami.

Il fait froid ses temps ci. Frère je te rejoins et tu m'accepteras de grès ou de force! J'arrive!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mer 6 Nov - 7:07

Un groupe. Cette fois, mon nouveau contrat, c'est donner une leçon à une belle bande de fripouilles. En les laissant en vie. Hmm... cela pourrait s'avérer risqué. Mais pourquoi pas, après tout, je n'ai rien à perdre.

Un peu plus tard, dans la pénombre d'une chambre miteuse d'une planque pourrie...
Ils sont là. Comme des lapereaux terrés à l'approche d'un chien ou d'un renard. Je les entends respirer bruyamment, concentré sur une partie de poker que j'aperçois grâce à la petite mais suffisante fente de la serrure, je les observe se décrocher la mâchoire à force de rires gras et obscènes, je vois leurs fronts luire d'une sueur suintante, infâme, je vois leurs morphologies, leur être, ce qu'ils sont, et par dessus-tout le mépris qu'il mérite. Oui... Ces individus là, je les anéantirais comme de vulgaires mouches. Je les tourmenterais la nuit durant. J'en ai bien besoin, mes nerfs sont à vifs, quelque chose me noue l'estomac, une bête, un monstre inconnu, qui me fait monter les larmes aux yeux et par-dessus tout, qui me brûle de l'intérieur sans qu'aucune eau puisse éteindre ce mystérieux incendie.
Je sors mon épée de son fourreau sans un bruit, prêt à pulvériser la frêle porte de bois. Franchir le peu de distance nécessaire pour commencer à esquisser ma danse mortelle. Enfin, dans le cas présent, seulement nocive...
J'inspire lentement.
Le plus gros s'esclaffe. C'est le moment.
Tout s'enchaîne à la vitesse de l'éclair. Je n'ai presque plus à penser à ce que je fais, tant ce genre d'actions m'est devenu propre, comme une part de moi-même, qui me serait devenue innée.
Tuer comme on respire n'est pas pour moi. En revanche, punir pour survivre... Voilà qui est mieux. Or, tant de gens sont des ordures. Autant dire que j'ai du boulot ! Finalement, ce sont les criminels les héros de l'ombre, et non ces innocents étudiants de la SUP.
Voilà. C'est fini. Ils gisent à terre, désarticulés, mais en vie.
J'essuie mon épée sur mon pantalon, admirant le fil de la lame, la beauté de l'acier et la poésie du tranchant. A la vue de la pièce dévastée, je me sens vivant. Plus que jamais.
Je prends un jeton dans ma main, examine la mise. Pitoyable. Je le laisse tomber pensivement. Mes démons m'ont repris. Il est temps d'essayer de se trouver d'autres jouets.
Je range mon arme, et sors. J'hume l'odeur de la nuit à plein poumons. Pour rien au monde, je ne reviendrais à la lumière. J'aime pas les coups de soleil, et la biafine c'est pas pour moi.
J'erre dans le dédale de la ville, perdu sans l'être, laissant mes pas décider d'où ils veulent me mener.
Cette fois, c'est mon violon que je sors de son fourreau, laissant les notes frémir dans l'endroit désert, seulement peuplés de rats et de poubelles débordantes. Je laisse la mélodie envahir mon atmosphère, et y mets tout le combat que j'éprouve à l'intérieur de mes entrailles, prises d'un mal jamais éprouvé encore.
Je crois que c'est cette nuit, il y a trente, quarante, peut-être cinquante ans, que j'ai ouvert les yeux pour la première fois, dans un hôpital hors de prix de Washington DC.
C'est ton anniversaire Neil. Alors porte ton nom dans l'aube à venir.
Mon intermède achevé, je poursuis ma route.
Et c'est là que je tombe sur une affiche de fête foraine. Quoi de mieux pour célébrer ma venue au monde ? Je retiens l'adresse, et décide de m'y rendre en avant-première. Un siège de la grande roue acceptera sûrement de m'héberger en tant que lit cette nuit.
J'arrive devant la grille. Cadenassée. Je souris devant l'interdiction explicite qu'elle représente, et escalade la barrière de ferrailles.
Demain, je serais réveillé par la lueur de la barbapapa émanant du sourire émerveillé de gosses heureux dans leur ignorance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 8 Nov - 10:34

Vous plaisantez j'espère... devant mes beaux yeux vert profond se tenaient une multitude de gens. Je n'en avais jamais vu autant faire la fête. Des sourires à gogo, des fous rires, des friandises, des barbapapas... je ne me sens pas bien. Comment dire, une personne qui a vécu la moitié de sa misérable vie seul ne peut pas rire au éclat, c'est inhumain. Mais suis-je un humain. De toute les façons il faut que je rentre dans cette foule... quoi qu'il se passe je dois retrouver mon frère. Oui mais je pense qu'il y a un tout tout tout p'tit problème. Ou tu peux trouver quelqu'un ici! Ou! C'est complètement découragent. Je vais me payer un tour de grande roue et à la rigueur je le retrouverais si ça ce trouve. Qu'est ce qui m'a prit de monter dedans... j'ai un abominable mal de transport. Pitié arrête toi machine du diable! Supo de Satan! Seulement arrivé au premier quart... j'en peux plus! S.O.S! Naaaan pas possible, juste devant moi une touffe rouge écarlate. Faux espoirs ce n'est qu'une peluche oublié par un petit enfant. Il doit pleurer sans son doudou. Pauvre petit. Bon je sais que ce n'est pas trop permit mais je vais un peut regarder les nacelles.

-Haaaaaaa! Vous êtes complètement fou!

-Excusez moi mais n'auriez-vous pas vu un jeune homme au cheveux rouge écarlate?

C'est peut être un peut brute comme abord mais c'est tout moi ça! Muhahahaha!

-Mais de quoi vous parlez! Descendez immédiatement!

-Bon je n'insiste pas plus alors.

Pfff...les gens n'on aucune compréhension de nos jours. Dans cette nacelle, un enfant m'a jeté son ballon à la figure. Et celle là c'est pire, et garçon large et musclé a tenté de m'assigner un coup de poing. Sans succès (je le lui ai brisé). Allons voire dans celle-ci...personne, comment ça personne? Il y a un monde fou a vouloir monter et cette nacelle est vide. Un... bras qui dépasse... et du sang!?
Je n'y crois pas c'est lui qui dort avec un cadavre. Je savais que ça me surprendrais mais pas à ce point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 8 Nov - 21:46

Je sens de l'agitation autour de moi. Déjà le matin ? Fichtre. J'espère qu'on ne m'a pas encore repéré... C'est alors que que je reçus quelque chose de flasque sur la tête.
Tout devint noir.
Encore de l'agitation. Mais beaucoup plus tard dans la matinée j'imagine... J'ai la tête qui bourdonne et au moins une côte qui me fait souffrir. J'ouvre les yeux.
Et tombe nez à -censuré- avec (et sans aucun doute là-dessus) un inconnu.
Mort.
Depuis quelques heures seulement.
Mais c'est quoi ce pays où les gens se prennent des cadavres tombant du ciel sur le crâne ? Nan mais oh ! Tout autour des gens crient. Un espèce d'individu aux cheveux verts les effraie pour x raisons. Je parvins à entendre une "conversation" émanant de l'être bizarre :

-Excusez moi mais n'auriez-vous pas vu un jeune homme aux cheveux rouge écarlate?


What ???! Il est là pour me débusquer ? Mais c'est quoi ce type ? Un espion ? Un policier vert ? Je décide d'adopter la position de défense la plus efficace au monde pour quelqu'un piégé dans une nacelle aux côtés d'un type fraîchement décédé : la posture du je-fais-dodo-je-suis-innocent-me faîtes-pas-de-mal, suivie ensuite du bouh-t-y-a-cru-je-vais-te-défoncer-!. Seulement 65% d'efficacité mais... Qui ne tente rien n'a rien.

Je me roule donc en position foetale et patiente. Deux trois minutes, le temps que mon peut-être futur agresseur arrive à ma portée. J'entrouvre les paupières, histoire de garder un contact visuel avec le monde extérieur. Le spectacle qui s'y déroule me stupéfie.

Celui qui est allé à ma rencontre est devenu pâle, comme si toutes les couleurs du monde avaient décidé d'abandonner son faciès pour aller se poser sur les décorations festives des lieux. Il était blême, en état de choc, tout son corps tremblait au fur et à mesure que ses yeux allaient et venaient entre une (apparemment) vieille photographie et ma personne. Puis son regard se posa définitivement sur moi avant de se troubler. Il s'assit sur le rebord de la nacelle, hésitant, et me contempla sans rien faire, privé de la réalité avec ce qui se passait autour de lui. Je ne voyais plus que ses longues jambes démesurées, qui étaient agitées de soubresauts pour le moins... singuliers.

Plic, Ploc.

Deux gouttes d'eau me tombent sur la joue. Il pleure. Fièrement, en silence, en proie à une sensation que je reconnaissais sans peine : la souffrance de voir sa solitude enfin admise par sa propre conscience, et de se rendre compte qu'on peut y mettre un terme. J'avais expérimenté le même trouble lorsque mon vieux mentor tzigane m'avait recueilli. Je me décide à cesser de faire le mort, j'en ai déjà un qui me couvre alors...

- Hé, petit... C'est moi que tu cherche ? Allez reprends-toi ! Je suis là maintenant.

Je me sens gauche, maladroit. Je suis surtout très gêné. Mettre dans un aussi sale état quelqu'un qu'il ne me semble absolument pas connaître est assez troublant. Je m'assis à côté de lui et lui... lui passe un bras autour des épaules. Comme ça. Pourquoi ? J'en sais strictement rien, il me semble juste qu'en cet instant, je me dois de soutenir ce petiot qui tremblote comme une feuille au vent d'automne. Le silence commence à me peser. Je n'ose cependant pas partir. J'attends. Au moins pour savoir qui est-il. Et ce qui l'a poussé à partir à ma recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 10 Nov - 8:01

Que dire? Que faire? Je n'en savais strictement rien. Je n'avais jamais senti cette sensation. Enfin si, ces jours si loin où ma mère me berçait dans ses bras, la fois où mon père m'a apprit a faire du vélo, mes 7 ans... tant de choses que je mettais promis d'oublier de ma jeune enfance. Tout ce chamboules dans ma tête. C'est comme si j'avais quitté la Terre quelques instants pour me rappeler qui je suis vraiment. Je n'ai jamais tenté quoi que ce soit pour les autres, et tout d'un coup j'ai envie de me rapprocher de cette personne. J'ai envie que l'on s'intéresse à ma personne et je sens que...

-Hé, petit... C'est moi que tu cherche ? Allez reprends toi ! Je suis là maintenant.


Il m'a parlé. Que dois-je faire, que dois-je faire. Je me sens si petit si inexistant. Au point que je ne retient même plus mes larmes qui dégoulines sur mes joues pour en suite s'écraser sur le sol. Une enclume pèse sur mon coeur, c'est un poids insupportable et je dois me reprendre!? Des voies m'embrume et là, je me revois petit. Oui c'est moi ce petit garçon si solitaire dont personne ne veut. Ha mais si... juste à mes côtés...ce bon vieux Jonas. Mon meilleur ami d'enfance! Mon seul ami. Mais je reconnais cette petite musique! Le camion à glaces qui passe! Je peux encore me souvenir du bon goût de la glace chocolat du désert; c'était une glace au bon chocolat noir au coeur fondant caramel, et des petits pétales de chocolat au lait (un délice). Alors que Jonas lui prenait une glace citron et orange. Nous nous promenions côte à côte jusqu'à notre repère. Oui c'est cette petite cabane perché dans les arbres. Comment ça elle est petite!? Avec Jonas nous l'avions construite de nos propres mains. Pour en revenir a la cabane, on l'aimait beaucoup d'ailleurs (je crois qu'on l'a détruite depuis tout ce temps). On jouait aux cartes, aux billes et aux jeux de construction. Mais aussi, on observait les étoiles quand on faisait le mur. Mais un jour fatal, alors que nous faisions une expédition nocturne, Jonas voulait explorer une grotte qui se trouvait dans les parages. Elles avait été découverte l'autre jour et était maintenant en restauration. Oui, mon ami était d'instinct curieux, une curiosité qui causa sa perte. Il...je lui avais bien dis qu'il ne fallait pas se pencher mais...il glissa et tomba dans le gouffre. Le lendemain soir on retrouva son corps dans les abysses de la grotte et on prit comme seul responsable le petit garçon que j'étais. Ce n'était pas ma faute...ni la sienne. Mais le cruel avenir qui nous ai réservé à nous tous. On me parlait presque plus.... sauf pour me dire que j'étais un sale lâche qui n'assumait pas ses actions.             
Non je ne me conduirais plus comme un lâche, ce temps est fini. Je suis Basilik, le cauchemar des rues! Je n'épargnerais personne! Et personne ne me retraitera de lâche!

-Je...je ne suis pas...un...lâche! NON JE NE SERAIS PLUS UN LÂCHE! JAMAIS!


Et voila qu'il me regarde lui aussi me prend pour un fou, comme les autres. A moi qu'il me comprend tout comme Jonas le faisait. Je me tourne vers l'homme en lui adressant quelques paroles.

-Si tu t'appelle Neil Johnson... alors il faut que tu m'accepte... que tu m'aide, j'en ai besoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Lun 11 Nov - 0:00

-Je...je ne suis pas...un...lâche! NON JE NE SERAIS PLUS UN LÂCHE! JAMAIS!

Je sursaute. Le petit semble être complètement en train de divaguer. Le pauvre, il délire complètement. Malgré son exclamation, il ne me repousse pas, il reste juste là, à mes côtés, le regard vide. Puis, semblant revenir à lui, il rajoute, plus calmement :

-Si tu t'appelles Neil Johnson... alors il faut que tu m'acceptes... que tu m'aides, j'en ai besoin.


Puis pouf, il me tombe dans les bras. Hem hem. Embarrassant. Je suis censé faire quoi avec un cadavre à mes pieds et une soupe-au-lait sur les genoux ? C'est quand même pas comme si c'était normal de se retrouver dans une situation pareille !

Pff... Il allait falloir que je l'emmène avec moi ce gringalet. Pas l'autre, je laisserai les autorités se charger de ses obsèques parce que... j'y suis pour rien il m'est juste tombé sur la tête !
Avec résignation, je pris le type désespéré sur mes épaules et je sortais le plus discrètement possible de la nacelle, puis de la grande roue.
Des sirènes retentirent.
Raaah non ils n'allaient pas s'en mêler quand même ! Fichus policiers ! Impossible de s'enfuir de la fête pour l'instant, vu le tapage causé par l'individu qui fait office de sac à patate sur mes épaules pour me retrouver, des touristes ont dû donner sa description et je serais sans doute au minimum interpellé. Et puis il est lourd !

Je finis par prendre la décision honorable et courageuse qui consiste à... me cacher dans les buissons en attendant la nuit. Histoire de pas trop prendre de risques. Le temps passe lentement, je vois les passants se faire vider, la grande roue se faire encerclée par des journalistes et autres VIP des scènes de crimes/tapages/etc. Enfer et damnation.
L'autre dort toujours, probablement épuisé par ce trop-plein d'émotions. Il m'a appelé Neil... Neil Johnson. Comment... ? Je le fouille, et finis par ouvrir son poing, qu'il tient serré. A l'intérieur, un papier froissé. Non, pas un papier...
Une photo.
De moi. Petit. Souriant. Dans les bras de... Maman ?

Je m'en souviens. Mom m'avait amené au centre commercial pour fêter une bonne note à une dictée. J'avais tout réussi. Elle était fière, et moi aussi. C'est... Elle ne venait pas souvent me voir mais... Quand elle venait c'était merveilleux. J'avais voulu l'aider à porter son sac, parce que j'était un grand et je voulais le lui montrer, que j'étais un gentleman. J'avais fait la grimace, et j'ai pâli aussi. Mom a froncé les sourcils, d'habitude je ne réagissait pas comme ça. Elle s'est accroupie et m'a dit doucement :Montre-moi ton bras, sweetheart.
J'ai secoué la tête, je lui ai dit que c'était rien, que j'avais rien. Elle a prit sa grosse voix et m'a saisit par l'épaule.
Elle a regardé : il était couvert de contusions. Elle a plongé son regard dans le mien, ses yeux s'embuaient, et elle a murmuré en français : C'est Papa qui t'a encore fait mal ?
J'ai acquiescé timidement. Elle m'a pris dans ses bras et m'a promis que plus jamais ça n'arriverait. C'était deux semaines avant qu'elle ne quitte Mr Johnson, honnête citoyen américain. Oui, ce jour là, elle m'avait laissé faire les manèges du supermarché et pour m'amuser, m'avait emmené chez un photographe, qui nous avait tiré le portrait. Le cliché, Mom l'avait serré sur son coeur, avant de le mettre dans sa poche en m'embrassant sur le front.

Voilà que je tremble comme une mauviette, moi aussi. Tiens, il commence à s'agiter. Tant mieux. Je vais enfin savoir comment il a pu obtenir cette photo, cette fichue photo que ma mère avait gardé avec elle en m'abandonnant auprès de mon beau-père qui me détestait. Non... le plus intéressant, c'est de lui demander pourquoi. Si j'en ai le courage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Lun 11 Nov - 5:12

Après ce vide intersidéral, je me réveille dans un... buisson!? Pourquoi je suis ici moi? Que se passe-t-il? J'entend une alarme. Suis-je toujours à la fête foraine? Mais... j'entend seulement des hommes parler. Il me recherche. Pourtant je ne voit pas ce que j'ai fais, je n'ai seulement interpellé quelques personnes et gentiment en plus! Bref je suis le nez dans la terre et poursuivis par une demi-douzaine de flics... superbe situation. Tient! Je ne savais pas que j'avais trois bras moi. Ni deux têtes. Je crois que j'ai abusé de l'alcool hier. Je vais me rendormir tranquillement et demain je serais dans mon lit... oui c'est ça, dans mon lit.

Je sens une main qui me sert. Mais je ne sait pas pourquoi je n'ai pas envie de regarder. Bon réfléchissons, qu'est ce que je faisais hier soir? Il y avait le bar avec les malotrues... la fête foraine et la grande roue et... sky! Neil!

Je me relève ouvre les yeux et là, que vois-je, mon cher frère qui guète mes ravisseurs.

-Excuse moi, je ne voulais pas t'impliquer dans ce genre d'embrouille... j'm'appelle Ran Johnson... ton frère.

Je sentais qu'il n'était pas si différent que moi, je connaissais très bien ce regard, celui d'un homme qui a tout perdu, qui n'a jamais renoncé et qui a continué d'avancer sur son chemin parsemé d'embuches et de pièges quels qu'ils soient. Je vous parie tout ce que vous voudrez qu'il a goûté au poing de mon père et à ses fabuleuses gifles. Ou même son cocktail à base de balayette et cerise sur le gâteau, sa clef de bras secrète de génération en génération, ça vous passé au travers de la gorge! Qui sait, il ai peut être même devenu tout comme moi et distributeur de torgnoles. Mais quelque chose m'intrigue tout de même. Il me parle comme si j'avais une bonne dizaine d'années de moins que lui alors qu'il parait avoir entre quinze et seize ans. Et si il avait été conduit dans un labo pour élixir de jouvence et que l'expérience avait déraillé? Mais avec des "si" on mettrait Paris en bouteille, comme le dirais nos amis français. Tout cela est vraiment... très intéressant. Ou plutôt bizarre. Enfin bref. Que vais-je annoncer à Neil... si c'est bien lui. Jusque là je ne lui ai pas demandé. Jusque là il ne me l'a pas dit surtout. Mais bon il faut laisser le temps faire son travail, sinon à quoi bon vivre? Tout comme moi il ne parle pas. Aussi il faut bien dire qu'on n'a rarement ce genre d'évènement dans nos vies.

-Ce genre d'endroit n'est pas fait pour discuter... suis moi.

Je le conduisis dans une de mes ruelles dont j'ai l'habitude. j'espère qu'il sera plus bavard... même si je ne le suis pas plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mar 26 Nov - 7:37

Je le suis, sans trop savoir quelle raison me pousse à le faire. Mon frère ? Serait-ce possible ? Mais comment ? Nous sommes arrivés dans une sorte d'impasse visqueuse, dont l'eau de pluie déchue du ciel ruisselle dans les caniveaux, mêlée aux ordures. Une parfaite métaphore pour notre condition de criminel. Je n'arrive pas encore à reprendre le contrôle de mes pensées. La révélation est sans doute encore trop brutale, je suis encore sous le choc des évènements. Je dévisage mon prétendu frangin, dans l'optique de trouver sur son faciès une quelconque ressemblance avec quelqu'un de la famille... peut-être moi ?

On a la même forme de visage, si semblable à celle de Dady. Les deux fentes lumineuses éclairant son visage sont également identiques aux miennes, mince héritage maternel. Leur couleur diffère en revanche : vert vif, tout comme Mamy. Et puis... Il a des cheveux assortis. Teinture ou naturel ? Hum et qu'est-ce qu'il peut être grand ! C'est fort fâcheux. Il est censé être mon petit frère. Tss...

Je me décide enfin à meubler le début de vieux blanc gênant qui dure, duuuuure et expire en cet instant :

- Hem... Ran ? Tu es... mon frère ? Mais... nos... parents... sont ensemble ? QU'est-ce que tu fais là ? Comment... no pourquoi as-tu cette photo ? How did you get it ? Do you speak english or french ? Both ? Tu... Bon euh je vais pas t'assommer de questions mais... En fait si.

Mon coeur bat la chamade. Enfin c'est ce qui se produirait si j'en avais un. Je suis littéralement suspendu à ses lèvres, attendant impatiemment le moment où le flot de réponses tant convoité jaillira. J'ai hâte de connaître cette être. Hâte de lui dire tout ce que je n'ai jamais raconté à personne, tout ce que j'ai enduré, mes doutes, mes blessures, mes joies, mes exploits... Oui je veux parler et parler, parler et encore parler, pour me sentir vivant à ses côtés, plus jamais seul, faire un pas en avant, un pas dans la lumière : un pas dans la fraternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 29 Nov - 23:39

Je crois que tout comme moi, Neil cherchait quelqu'un à qui parler, partager ses joies et ses doutes, jouer et pleins d'autre choses que ferais deux bon copains. J'ai bien fais de garder cette photo avec moi. Mais maintenant je pense que je préfèrerais en faire une aujourd'hui ou demain pour marquer une nouvelle aventure. Il me regarde presque de la même façon que moi. Nous n'avons pas la pupille en commun mais nous avons la même expression de regard. J'ai un peut l'impression de me voir plus jeune...Mais c'est pas possible! On a presque 20 ans d'écart normalement. Bon, ce sera une question de plus a lui poser. C'est vrai par où commencer?

-Hem... Ran ? Tu es... Mon frère ? Mais... nos... parents parents... sont ensembles ? Qu'est-ce-que tu fais là ? Comment... non pourquoi as-tu cette photo ? How did you get it ? Do you speak english or french ? Both ? Tu...  Bon je vais pas t'assommer de questions mais... En faites si.

-Heu... Bon allons droit au but! Je suis bel et bien ton frère. Je parle français depuis des années mais je connais encore un minimum ma langue natale. Tes parents sont également les miens. Mais franchement je pense qu'un enfant n'aurais pas eu si mauvais père qu'on a eu non? Quand à cette photo... C'est tout ce qui me restait comme souvenir de mon ancienne vie. Maintenant je suis un vulgaire criminel. Mais c'était tout ce qui me restait à faire, que veux-tu qu'on fasse sans avenir.
Mais toi... J'ai toujours un peut de mal a... Gober que tu est mon frère. Je crois que tu sais de quoi je parle... De ton apparence.


Les questions se bouscules, j'ai du mal a garder mon calme. Mais maintenant il va falloir trouver un endroit où se reposer si non on est bon pour une nuit gelée. Je ne vais pas lui demander de payer une chambre d'hôtel non plus.

-Heu... Je veux bien parler encore mais je suis H.S. Tu connais pas un endroit où on pourrais dormir? Chez un ami peut être?

Demain sera un grand jour... Enfin je l'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 3 Jan - 6:15

HRP:
 


Cling ! Je suivit du regard la pièce de 10 cts qui virevoltait dans les airs, me concentrai d'un oeil amusé sur sa trajectoire aléatoire, et la rattrapai d'un geste vif et mesuré.
"Pile ! J'ai gagné !, annonçai-je un grand sourire aux lèvres. "Tu sais ce que ça signifie, non ?"
La femme se figea, pâlit, recula. Mes yeux rouges scintillèrent tandis que je me demandais de quelle manière j'allais m'y prendre pour la tuer.
"Pitié ! Je vous en prie, épargnez-moi !", m'implora-t'elle, alors que des larmes coulaient et coulaient à flot le long de ses joues décharnées.
Un petit rire à la vue de son désespoir m'échappa.
"Pourquoi ? C'est toi qui est en tort, ma vieille, non ? "
Elle avait délibérément tenté de me voler en m'attirant dans cette ruelle sombre accompagnée de trois de ses copines à l'état tout aussi misérable.
Je rejetai mes cheveux en arrière d'un geste désinvolte.
Tsss... Ces quatre tocardes n'avaient, malheureusement pour elles, pas compris que c'étaient elles, les victimes. "Tu rigoles moins, maintenant ! Tu ne me trouves plus aussi faible qu'avant ?, remarquai-je avec froideur.  Je détestais que de stupides humains se permettent de se moquer de moi. Et cette idiote ne s'était pas gênée pour le faire...
Un sanglot déchirant transperça le silence inquiétant de la ruelle tandis que je m'approchai lentement, tout lentement de la fille. Je penchai légèrement la tête, dents retroussées, prête à attaquer. Mes mains saisirent son cou crasseux, et appuyèrent, serrèrent, étranglèrent jusqu'à ce que son souffle se taise. Je souris, et laissai tomber le corps au sol.
"Bien fait, catin., ricanai-je avec une petite voix enfantine avant de lui tirer puérilement la langue.

Je sortis de l'impasse où j'avais été fourré avec un pas nonchalent, et me dirigeai avec assurance en direction de la fête forraine qui battait son plein.
Un type que j'avais rencontré dans un bar l'autre jour m'y avait invité pour "faire plus ample connaissance". Ben voyons.
Je sortis mon miroir de poche de mon sac à main, et entreprit de me recoiffer tandis que j'essayais tant bien que mal de retrouver mon chemin. Je n'avais pas l'habitude de cet endroit, et tout me poussait à croire que c'était un vrai labyrinthe. Je tournai à gauche. Puis à droite. Puis continuai tout droit. Et entendis enfin des chuchotements qui brisaient le silence dans lequel j'étais plongée.
Je m'approchai, bouche en coeur pour demander innocemment mon chemin.
Il y avait là un type aux cheveux verts accompagné d'un gosse au cheveux rouges.
Le gosse aux cheveux rouges qui justement...
"Encore toi ?!", m'étranglai-je.
Je m'approchai, mue par la curiosité.
Je ne savais pas ce qu'il fichait ici, mais une chose était sure, ce n'était pas pour échanger des cartes Pokémon en plein soir.
"Ta maman ne t'a jamais appris qu'il ne fallait pas suivre les inconnus qui promettent des bonbons, petit ?", raillai-je.
Je me plaçai à coté du pédophile et le dévisageai, amusée. Je croisai mes bras, et lâchai :
"Vous me mettez au parfum de vos petites affaires illégales ?"
Ça promettait d'être intéressant tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Sam 11 Jan - 9:15

- Ah oui... Mon apparence... C'est compliqué je t'...

La fin de ma phrase fut inaudible. Elle était là, devant moi. La vieille peau gobeuse d'yeux. Mon premier baiser aussi... Une haleine mortel, dirais-je. Sa bouche bougeait d'ailleurs. Ah. Elle devait être en train de me parler sans doute. Me parler ? Je secouais la tête. Le temps reprit son cours.

-Vous me mettez au parfum de vos petites affaires illégales ?

Ouch. Déjà que je suis perdu, si Eva commence à se mêler de mes affaires familiales, ça va devenir chaud. Quoique je dois avouer qu'elle ferait une bonne man... Houla faut que je me calme toute cette fraternité ça commence à me rendre guimauve. Allez, courage, inspire et réponds lui :

- Hum, en vérité, je viens d'apprendre que j'avais un petit frère... Enfn peut-être. Eva, je te présente Ran...

Inconsciemment, tout en déclamant ma tirade, je serrais mon petit talisman : l'oeil desséché que je portais en collier. C'est dingue à quel point cette harpie pouvait me stresser ! Puis, repensant à la question de mon cadet, je quémandais d'une voix que je voulais assurée :

- Au fait est-ce que... tu accepterais qu'on... que nous... squattions chez toi quelques temps ? En bonne et cordiale criminalité bien sûr.

Allez hop ! Je venais d'achever un petit contrat, je devrais pouvoir la remercier gracieusement au besoin. Finalement, cette nuit s'annoncerait plutôt intéressante. Enfin, je parle des révélations bien-sûr. Halala...
Manquait plus qu'à patienter un peu pour avoir la réponse de la gente dame pas si gente que ça... Mais je suis certain qu'elle a un bon fond. Sinon pourquoi m'aurait-elle sauvé ? Tiens, ça aussi c'est une question à poser. Vivement la suite des évènements.

La vie est un long fleuve tranquille n'est-il pas ?

HRP : Désolée c'est court c'est nul c'est moche c'est baaaaah... Mais j'ai pas le moral donc ça se ressent. Voilà voilà. A bientôt :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 12 Jan - 0:25

Une jolie fille se présenta, une certaine Eva, à vrai dire ce n'était pas forcément le moment d'intervenir, en pleine retrouvailles quand même... D'après l'expression de mon frère, elle n'était pas forcément une fille à fréquentée. Mais bon maintenant qu'elle est là, je vais pas la repousser.

- Hum, en vérité, je viens d'apprendre que j'avais un petit frère... Enfn peut-être. Eva, je te présente Ran...

Hé ho j'ai pas le droit de me présenté maintenant! La prochaine fois qu'il fait ça je...heu...fais rien!

-Mademoiselle...

C'est pas tout mais on est sensé faire quoi maintenant?

- Au fait est-ce que... tu accepterais qu'on... que nous... squattions chez toi quelques temps ? En bonne et cordiale criminalité bien sûr.

Criminalité? Ce sont tout les deux des criminels? Autant pour moi. Si je comprend bien, je vais dormir avec cette... heu... Eva? Mouai ça me dit rien qui vaille tout ça. Son regard est si froid, on pourrait douter de son humanité. Je suppose que je dois doit l'aider à la convaincre.

-S'il te plait! Si il n'y a pas de lit pour nous deux je peux dormir parterre, ça me dérange pas.


Cette journée est tellement guimauve et barbapapa c'est n'est presque nerveux. Limite, ça va déteindre sur ma vie quotidienne. Je me sens si faible. Demain je boxerais quelqu'un, ça me fera le plus grand bien! En attendant je verrais ce qui se déroulera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mar 14 Jan - 22:10


J'ai toujours voulu et espéré que certaines personnes sur cette planète me vouent un culte digne de ma démesure.
Je veux dire, ça fait des siècles (trois pour être plus exacte) que je tue, torture, fais du mal à quelqu'un, que ce soit mentalement ou physiquement, et ce dès que j'en ai l'occasion. Pourtant, jamais je n'ai été repérée. C'est vrai que je fais tout pour rester discrète dans ma vie "publique", mais même. Mes meurtres ne manquent pas d'imagination, j'en arrive même parfois à créer des oeuvres d'arts avec les dépouilles de mes victimes. Et suis-je pour autant une criminelle reconnue dans le milieu ? Non. On préfère parler de politiciens, d'aléas naturels ou même d'économie plutôt que d'évoquer mon incroyable créativité, relayée aux faits divers sans importance. Surtout au vingt-et-unième siècle, où chaque habitant de la planète semble avoir déjà tout vu et tout connu.

Néanmoins... néanmoins ce gamin, Little Devil ou quelque chose dans le genre, avait l'air de... me respecter ? Je fixais son collier ratatiné et moisi, reconnaissant l'oeil que je lui avais bien gentillement laissé. Je laissai apparaître un léger sourire sur mon magnifique et doux visage. C'était bon pour mon ego, ça. Très bon, même. Je décidai que j'aimais bien ce gamin. En partie, du moins. Et puis en plus il avait l'air d'avoir peur de moi. Et j'appréciais cette impression.

J'écoutai sa petite tirade, sourcils froncés. Je ne savais pas exactement ce que Cheveux-Verts lui avait raconté, mais en tout cas ce type n'avait pas l'air très net. Parce que il y avait l'air d'il y avoir baleine sous gravillon.
"Euh... mec, excuse-moi de gâcher tes espoirs d'avoir une famille heureuse et soudée, mais ça m'étonnerait que ce gars soit ton petit frère... Te vexe pas, mais il a l'air beaucoup plus vieux que toi, hein...", remarquai-je, levant les yeux au ciel.
Je me tournai vers Mister Pédophile et le dévisageai sans gêne.
"Ran ? Ça craint comme prénom. Moi c'est Eva.", marmonnai-je.

Je continuai de me contempler dans mon miroir, ne prêtant que peu d'attention aux deux imbéciles qui devaient sûrement essayer de se chercher un Papa et une Maman pour avoir leur jolie petite famille niaise et stupide. Ou alors le type bizarre, Ran, devait être en train de chercher un moyen d'attirer le nain dans un coin encore plus reculé afin de lui faire des choses auxquelles je ne voulais même pas penser. En tout cas, rien qui ait quelque chose à voir avec moi.
Je lissai machinalement le bas de mon t-shirt noir, me demandant si je devais partir ou essayer de négocier pour qu'ils me montrent la direction de la fête forraine.
Sauf que... sauf qu'ils me posèrent LA question fatidique. Celle que je n'aurais jamais été capable d'imaginer, celle qui supposais d'avoir le cerveau en compote pour y avoir seulement pensé.  
"QUOI ?!", m'exclamai-je, n'essayant même pas de masquer ma stupéfaction et mon incrédulité. "Mais vous êtes complètement malades ! C'est pas un hôtel chez moi ! "
Cheveux-verts s'enfonça encore plus en me suppliant presque, ajoutant qu'il serait même prêt à dormir sur le canapé. Ben voyons.
"C'est hors de question.", répétai-je d'une voix autoritaire.
Je jetai un regard en direction du mioche. Bon. À la limite, lui je pouvais. Il m'avait promis d'obéir à tous mes ordres contre mon aide à se sortir de son espèce de maladie bizarre, et ça pourrait m'être utile.
Je le désignai du menton : "Toi, tu peux squatter. En échange de quoi tu fais la cuisine, le ménage et tu dors par terre sur un paillasson."
L'autre par contre, sa tête ne me revenait pas. J'étais certaine que je ne pouvais pas lui faire confiance. Il serait sûrement capable de me planter un couteau dans le dos.
Je le fusillai de regard :
" Toi par contre tu peux te toucher pour espérer pouvoir venir dormir dans mon appart', mon gars."
Voilà, comme ça c'était dit clairement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mer 15 Jan - 10:15

La réponse d'Eva avait été cinglante. Si je jouais les bons petits toutous, je pouvais m'abriter à la niche, mais pour ce qui est de Ran, it is out of the question. En même temps c'est un inconnu, même si ça me coûte de l'admettre. D'un côté, ça montre que je suis un privilégié également, et ça c'est très, très intéressant.
C'est ça oui, elle t'a quand même dit que c'était à condition de faire la bonniche. Reprends-toi, t'as une dignité enfin !
Inspire, expire, inspire, expire. Concentre-toi et ré-flé-chis.

- Hmm je comprends. C'est déjà généreux de ta part de m'accepter, même avec contraintes. Et introduire un parfait inconnu chez toi, c'est vrai que ce n'est pas respectueux.

Houlà mais c'est quoi ce lèche-bottisme ! J'ai vraiment un problème avec cette fille, c'est pas croyable. Bon, oui, je sers le mal, le Diable est l'incarnation du mal et Eva une de ses images. Et j'ai toujours manqué d'amour maternel. Donc puisque c'est la seule femme à avoir jamais fait un vrai geste pour moi... Non, stop, faut que j'arrête, point final. Je suis un homme, criminel confirmé de surcroît. J'ai une dette envers la harpie, c'est vrai, mais c'est pas une raison pour la traiter divinement. D'autres doivent déjà être à ses pieds pour ça...

Je repense à son insinuation, comme quoi parce que Ran fait plus vieux il ne serait pas mon frère. Ah oui, c'est vrai, elle non plus n'est pas au courant, même si elle sait que mon sang n'est pas normal et que je porte en moi une maladie destructrice. Devrais-je lui dire ? Peut-être. Et puis pourquoi pas après tout ? C'est l'une de mes rares... comment dit-on déjà... amies ?

- Ah et tu sais, Ran est sans doute réellement mon petit frère. Faut pas se fier aux apparences, j'suis comme toi, enfin presque... Je sais pas trop comment te l'expliquer mais... J'ai muté et du coup je ne vieillis plus en apparence. Et si tu acceptes de nous aider à trouver un endroit sûr, mon présumé proche pourrait me prouver qu'il est vraiment ce qu'il prétend être et toi tu en saurais un peu plus sur moi, ton coéquipier. Je sais que tu n'y gagnes presque rien, voire pas du tout, mais je t'en prie... Tu es la seule harpie que je connaisse et j'ai toujours rêvé de savoir si ces créatures vivaient dans un nid ou... enfin tu vois.

Oui, je sais, c'est pitoyable. Mais j'en suis réduit à ces arguments pour tenter d'obtenir gain de cause. J'me sens misérable, vraiment, j'ai envie de fuir la vague de honte qui m'envahit en m'enterrant cinq, voire six pieds sous terre. Mon humour est vraiment... nul. 0.

Après tout, j'y peux rien moi, si je n'excelle qu'en criminalité... J'ai été élevé comme ça, si si !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Jeu 16 Jan - 8:46

Je ne sais pas trop quoi faire. D'un côté on me prend pour un gars immonde de l'autre un faiblard. Et encore je résume. Mais pitié dans quoi je me suis fourré. Ok, j'ai retrouvé mon frère et je suis au côté d'une charmante jeune fille ( dommage qu'elle ne soit pas brune ). M'enfin il m'ignore là... Je me sens petit, petit, petit... J'ai la palme du regard noir mais je ne peux pas regarder la "harpie" plus de 5 minutes sans être glacer jusqu'au sang. Hé bien je penses que mes retrouvailles s'arrête ici enfin quoique...

-Désolé mais... Je crois que je ne serais pas le bienvenu chez certains et toi tu en fait partie Eva. Tu es une prédatrice certes mais même les méchants ont le droit d'avoir du coeur. Je ne vais pas insister là dessus.

Je regardais froidement la jeune fille. Je crois que j'aurais encore affaire avec elle aujourd'hui, simple intuition. Elle aura le dernier mot alors je compte sur cette criminel. Je suis quand même bien content d'avoir eu des réponses à mes questions. Et peut être que Neil sera entraîné par ma piteuse décision. Enfin bref c'est à eux de voir.

-Je te laisses le choix Eva.

Je n'attend pas vraiment de réponse et tourne les talons commençant à m'enfoncer dans la noirceur de la nuit. J'espère tout de même avoir une petite intention. Je fais petit là non? Je suis vraiment pas dans mes états...
Ho mais tient tient pour me revigorer j'ai peut être la solution au problème.
Je me retourne.

-J'ai cru comprendre que vous étiez solidaire entre criminel, meurtrier et tout le reste je me trompes? J'ai donc là une petite proposition bien modeste. Eva tu as la classe et tu inspires la terreur sur ton passage. Tu ne verra aucuns inconvénients à ma proposition sauf si je me suis trompé sur toi. Voilà donc ma proposition très honnête; faisons un duel frères contre... heu... méchante fifille?

Je crois que je viens de mettre le feu au poudre, voyons leurs réactions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 19 Jan - 4:59

Continue, gamin. J'adore quand tu me parles sur ce ton si respectueux et adorateur.
En même temps, je dois dire que c'est plutôt mérité. Après tout, je suis Satania. Et je t'autorise même à passer une nuit sur mon illustre paillasson, si ça ce n'est pas une preuve de ma grande générosité, je ne sais pas ce qu'il te faut.
Je rejette mes magnifiques cheveux d'un geste étudié  en arrière. Le mioche a bien compris mes conditions, et n'insiste même pas pour que Mister Pédophile s'incruste dans mon chez-moi.
Tant mieux, je ne l'aime pas. Et je n'aime pas les oeillades qu'il me lance. Monsieur essaie de faire son mec dangereux en faisant les gros yeux, mais il ne se rend tout simplement pas compte que sur lui, c'est tout à fait ridicule. Surtout qu'il n'est même pas capable de regarder une pauvre fille belle et innocente (du moins en apparence) telle que moi plus de quelques secondes sans détourner le regard. Pitoyable.

Le petiot commence à me donner des explications plus que confuses. Je n'y comprends pas grand chose, malgré mon intelligence supérieure.
"Qu'est-ce tu veux dire par "je suis comme toi" ? Pourquoi tu dis ça ? Je ne sais pas si tu rends compte que je ne suis pas du tout comme toi. "
Non, non et non. Il est impossible qu'il soit lui aussi un démon. Je l'aurais senti. Nous savons toujours reconnaître quelqu'un de notre espèce. Nous dégageons quelque chose de spécial que nous pouvons nous seuls facilement repérer. Un peu comme les chiens qui entendent les ultrasons inaudibles pour l'oreille humaine. Même les métis peuvent être identifiables si nous sommes assez habitués à en côtoyer. Pourtant, ce gosse ne fait pas partie de ma race.
Il ne fait peut-être que référence à sa soi-disante capacité à ne pas vieillir, mais dans ce cas, il ne peut pas savoir que c'est également mon cas.
"Je ne vois pas pourquoi tu me compares à toi. Je n'ai pas muté, et je vieillis, moi."
Ou plutôt, je vieillissait. Mais il n'a pas besoin de savoir que ce n'est plus le cas, je préfère garder ça pour moi.
Ah, et sa mutation dont il me parle expliquerai peut-être pourquoi il a un goût et une odeur si ignoble. Juste d'y repenser, ça me donne la nausée. Beurk. Enfin, il faut tout de même dire que c'est grâce à ça que je ne l'ai pas tué, donc il ne devrait pas blâmer son espèce de maladie.
Enfin bref, voilà que maintenant il se met à plaider en faveur de son détestable frangin. Et en utilisant des arguments qui me donnent encore moins envie de l'héberger.  
Je le fusille de regard, et lâche d'un voix froide :
"Je ne suis pas une harpie."
Je pense que ça se voit, non, que je ne suis pas une vieille mégère avec un corps d'oiseau ?
J'en ai déjà rencontré une aux Enfers (si vous voulez mon avis, on croise de tout là-bas…), et honnêtement, je trouve vraiment insultant d'être comparée à ça.
Et puis qu'est-ce qui lui est passé par la tête de me demander si j'habitais dans un nid ? J'ai toujours vécu dans des maisons, moi. Enfin, mis à part au début de ma vie de démon, où je restais dans une forêt comme un vulgaire animal, mais ça ne compte pas.
Je suis tout ce qu'il y a de plus civilisé.

Heureusement pour moi, le type bizarre a l'air de se rendre compte qu'il me dérange, et après m'avoir sorti une petite tirade digne d'un Walt Disney puant de niaiserie, tourne les talons et commence à s'en aller.
"Ouais, c'est ça, casse-toi.", je ne peux m'empêcher de lui lancer.
Merde. Le voilà qui se retourne et revient vers nous. Je lève les yeux au ciel, n'essayant même pas de cacher mon agacement, tandis que monsieur me lèche les bottes.
Bon, bon. J'avoue que ça me flatte. Mais rien de nouveau dans ce qu'il dit que je ne sache déjà.
Je le coupe :
"Dégage. J'ai dit qu'il était hors de question que tu viennes. Et puis, qu'est-ce que t'en sais que je suis une meurtrière ?"
...J'espère que le mioche n'est pas allé raconter à tout le monde que je ne suis pas aussi clean que je le laisse penser.
Il continue sur sa lancée, et annonce vraiment ce qu'il avait derrière la tête.
J'ouvre des yeux ronds.
Un défi ? Tu me lances un défi ?"
J'en reste sur le cul. Je n'aurais jamais cru que ce type a tête de pervers intello aurait assez de couilles pour me proposer un truc pareil.
Un grand sourire apparaît sur mon visage, et j'annonce solennellement, les yeux pétillants d'excitation :
"Très bien. J'accepte."
Je penche légèrement la tête sur le coté et ajoute :
"Par contre, le nain est avec moi. Je le désigne du menton.
Il me doit obéissance, de toute manière."
Je suis certaine de gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 31 Jan - 9:59

Oh.
Mon.
Dieu....

Je me trouvais face à un choix cornélien. Mon frère potentiel contre ma sauveuse d'un jour, à qui je dois une reconnaissance éternelle. Comment trancher ? Je sentais l'épée de Damoclès frôler ma nuque dans un souffle froid et cynique, presque narquois. Mais pourquoi, POURQUOI faillait-il toujours que je me mette dans des situations bizarres ? Fichtre diantre. Oh, ça y est, j'ai une idée...

Je hochais la tête, bras croisés, observants mes deux vis à vis. Détaillant leurs statures, leurs attitudes, leurs expressions... Je souris. Oui, de toute évidence, ce serait de bons adversaires. Mais pas assez... Je pourrais les maîtriser tous les deux sans trop de problèmes, les mettre chaos et les transporter durant leur inconscience à l'adresse d'Eva, dont l'emplacement de son domicile devrait être noté quelque part sur elle... Cependant, serais-je capable d'affronter sa colère ensuite ? ... Je ne pense pas. Et la trahir alors qu'elle m'a accordé un peu de répit avec ma "maladie", ce serait honteux. Or, j'ai des principes. Comment procéder...

Le problème est que je tiens aux deux, et par conséquent, ne souhaite réellement la victoire de personne. Mes mains sont liées... sachant que l'une d'elle appartient à Eva. Je suis entravé par mon serment, comme le rappelle l'oeil desséché à mon cou. Je ne suis plus qu'un chien chien servile désormais, même si j'ai eu la liberté de choisir mon maître. Ça me donne une raison de vivre....

Holaaaa on se calme ! Eva, ma raison de vivre ? Pff, c'est absurde enfin. Faut que j'arrête avec mes envie d'avoir une môman parce que ça va dégénérer ! Ridicule.

J'enserre nerveusement la poignée de mon arme secrète. J'allais devoir être sournois, jouer sur les mots et ne léser ni ma famille, ni celle auprès de qui je suis le vassal, en somme : agir à la Russianov. Le vieux tsigane aurait été fier de moi... Dommage que y ait pas de vodka dans le coin.

- Ok. Tu n'es pas une harpie, je ne suis pas un nain. Et je vieillis aussi, t'inquiète pas, mais pas d'une façon courante. Bref.

Je dégainais mon épée. Aaaaah, la nostalgie de l'escrime... Je fis miroiter ma lame, ému, et me metais en position, un pied légèrement devant l'autre, genoux fléchis, bien campé sur mes appuis. J'suis de la vieille école, il est pas né celui qui me fera transgresser le protocole. Observer, puis agir en tirant enseignement de ses observations, là est le secret. Oui, comme vous pouvez le constater, j'ai un plan en tête. Un noir dessein, digne des plus machiavéliques êtres de notre espèce. Après tout, ne suis-je pas un monstre ? Tout comme Ran et Eva. Nous sommes monstrueux, humains déchus, alors pourquoi respecter des normes humaines ? Parce que ça nous rassure ? Pff.

Vous êtes bien naïfs.

La vérité, c'est qu'on ne sait rien. Point final. Faut vivre au jour le jour pour être heureux, ceux qui pensent trop souffrent, et finissent pas arrêter leur route d'eux-mêmes. Faut arrêter de fuir, faire face à ses démons.
Ran est l'un des miens.
Eva aussi.

- Hé bien, si vous le voulez bien, commençons je vous prie !

Les commissures de mes lèvres s'étirèrent de quelques millimètres vers le haut. Hmm, quel exploit, c'est la première fois depuis un bon bout de temps. Quelque chose me dit que la suite des évènements va être digne de la plus grande attention....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Ven 31 Jan - 23:09

Je suis mal, très mal... Je penses qu'à la sortie de ce combat la seule phrase qui pourra sortir de ma bouche sera "Ouch panpan cucul". Comment je me débrouille moi! Bon aussi faut dire que je suis pas très optimiste mais en même temps un... Gars avec une épée et une fille complètement fêlée. Qu'est ce que je suis sensé faire, accepter et me faire laminer où ne pas accepter et me faire laminer? Je penses que la solution numéro une est préférable, au moins je mourrais avec honneur et dignité. Mais quel enfer. Heureusement, ils ne savent pas de quoi je suis capable. Mais en même temps moi je suis incapable de savoir de quoi eux sont capables! Raaaaaaah mais quel enfer quel bordel!

-Heuuu... On peut pas faire un coup mon frère est avec moi, un coup il t'accompagne? Et Neil tu pourrais pas remettre ta arme blanche dans ton fourreau par le plus grand des zazard! Ayez pitié! Encore, juste Eva, ça irait parce que voilà mais à deux contre un c'est pas très loyal.

Mais en plus je ne peux pas attendre grand chose de deux criminels. Mais le truc le plus bizarre c'est cet oeil au cou de Neil. C'est flippant. Je suis dans un doute extrême. Enfin bref si je résume il faut que je sorte les griffes. Et depuis quand on commence un combat sans l'accord d'un des participants! Aucune politesse. Vraiment...
Je décide donc de muter un de mes bras. Des écailles solides apparaissent et des griffes à la place des ongles. Mon sang se refroidit à une grande vitesse.

-Je commences doucement mais je préviens, ça va être douloureux (pour moi)!

Je me mets en position défensive, près à contrecarrer un coup. Je suis anxieux... Je reste la tête haute, mais des frissons m'envahissent. Je ne peux pas me concentrer avec le sourire carnassier de la fille et le regard si sérieux du garçon. Brrrrr. C'est mon deuxième combat le même soir. J'ai intérêt à ne pas me fatiguer rapidement. Il faut absolument que je restes sur mes gardes et que j'économise mon énergie pour la fin. Mon "amélioration" me permettra de tenir plus longtemps que la normal. Si je me fatigue trop mon corps va dégénérer. A qui de faire le premier pas?


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Jeu 6 Fév - 9:54

À la vue de l'épée du gosse, je ne peux m'empêcher de lâcher un petit ricanement. Petit ricanement qui se transforme bien vite en un gros rire bien bruyant à la vue de la tête de Cheveux-Verts. J'hésite presque à sortir mon portable et à le prendre en photo, histoire de pouvoir le lui rappeler et le ridiculiser si un jour j'ai le malheur de le recroiser.
Ce qui risque sûrement d'arriver lorsqu'on voit à quel point cette ville est petite.
Bon, tout dépend du point de vue, c'est vrai. Mais pour moi, qui ai vécu dans toutes les grandes capitales d'Europe, Heroe's city me parait fort misérable. Heureusement qu'il y a pas mal de gens dignes d'intérêt, sinon je peux vous assurer que je me serais bien vite ennuyée.

Ran, tout pâle, essaie de négocier pour avoir le petiot dans son équipe. Haha, t'as cru que j'étais juste et équitable moi, ou quoi ?
Je fais une petite moue innocente, et affirme de ma petite voix séductrice et candide :
"À deux contre une fille comme moi ? Ce serait me surestimer, non ? Et il est de votre devoir d'être gentleman, n'ai-je pas raison ?"
J'ajuste un peu mon décolleté pour accentuer mes propos de demoiselle en détresse, et les regarde tous les deux, la larme presque à l'oeil. Avec cette technique que j'ai passé un certain temps à perfectionner, je suis certaine de les amadouer et d'obtenir ce que je veux.
"De toute manière, Little Devil, tu as promis. Promis de faire TOUT, absolument tout ce que je te demanderais. Et si tu me désobéis, je me permets de te rappeler ce que tu risque de devenir par la suite. Un cadavre. Un mort. Un corps sans vie. ", je précise, histoire d'être bien claire.

Je fouille dans mon sac, me demandant si j'ai ici quelque chose susceptible de me servir d'arme. Un miroir, une brosse à cheveux, une trousse à maquillage et un foulard plus tard, je me rends compte qu'il va falloir y aller au corps à corps.
Ce n'est pas réellement que je n'aime pas me battre à mains nues, mais je mettais promis de ne pas abîmer ma tenue pour mon rendez-vous. Tssss. Tant pis, l'autre abruti sera sûrement heureux de me voir arriver à sa foutue fête forraine toute débraillée, mes fringues toutes déchirées dévoilant plus mon corps qu'elles ne le cacheront. De toute façon, avec ce que j'ai prévu de faire, elles ne seront pas d'une très grande utilité, hihi. Erm, je m'égare.
Je m'éclaircis la voix, et lâche :
"Nous n'avons pas délibéré les termes du contrat. "
Boarf. C'est vrai que ce n'est pas compliqué à deviner, mais je préfère tout de même savoir à quoi m'attendre.

Je n'ai même pas le temps de terminer le cours de ma pensée, que Mister Pédophile-qui-en-fait-n'en-est-pas-un me coupe dans mon élan de proposer un concours de dissection sur les corps des filles qui ont essayé de me voler qui traînent quelque part dans ces rues.
"Bordel, mais c'est quoi cette famille de...", je m'étrangle, n'essayant même pas de terminer ma phrase.
Pourquoi son bras prend cette forme bizzaroïde ? Par les feux de l'Enfer. Je suis entourée de mutants psychopathes. À coté, même moi ai l'air presque normale.
Je fronce les sourcils, prise dans de profondes réflexions. Soyons stratège.
Je recule, faisant mine d'être bouleversée. Autant lui donner de fausses idées sur mon compte, pour ensuite mieux lui botter le cul, tout en espérant pour que le morveux n'aille pas tout cafter.
Un pas derrière l'autre, je me dirige lentement vers un coin d'ombre, mes yeux rivés sur ses prunelles.
Je m'arrête. Je continue mon petit manège. Baisse la tête, me mordille les lèvres, faisant croire à une pseudo-résignation.
Dans un faux élan de défense, j'empoigne le couvercle métallique d'une des poubelles qui traînent tout le long de la rue et qui dégagent leur odeur pestilencielle.
Je fais trembler mes bras, mimant être sous l'emprise d'une peur terrible.
J'attends qu'il ose m'attaquer de front pour ensuite répliquer et enfin lui montrer ce dont je suis en réalité capable.
Je jette un coup d'oeil rapide au gamin. J'espère qu'il ne retournera pas sa veste au dernier moment. Non. Il n'a pas le droit. Il fera tout pour me défendre si l'autre ose s'approcher un peu trop près de ma personne.
À nous deux, nous ne pouvons tout simplement pas perdre.
[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Sam 8 Fév - 4:02

Mais qu'est ce que c'est que ces réactions ? Déjà, mon frangin a des écailles. Ok. Va falloir que ma mère se calme niveau adultère parce que... Non, plus sérieusement, c'est quand même assez stylé. Je l'envie un peu. Par contre, depuis quand Eva se met en valeur comme ça ? Avec ou sans décolleté, une promesse est une promesse de toute façon, je suis obligé de ne pas la trahir. Question d'éducation. Même si la mort ne me fait pas si peur que ça, j'ai eu une belle vie, bien mouvementé, et si mon corps se fissure, c'est peut-être parce que justement il en a ras-le-bol de stagner à l'apparence d'un imberbe juvénile et qu'il a envie de donner sa démission, ce qui, entre nous, est compréhensible. J'ai plus de quarante ans quand même... On devrait m'appeler Môssieur !
Ah, et puis c'est par respect pour ma démone de sauveuse que je me retiens de rire devant son émotion surdoué ! Qui croirait à ça ? On est pas loin d'Hollywood, certes, mais est-ce une raison pour nous accabler de l'interprétation de la petite américaine sexy et niaise qui prend peur pour n'importe quoi ? Bon. C'est vrai que Ran ne la connaît pas, donc évidemment, elle a pu croire ça stratégique. Et vu qu'il a moins d'expérience que moi... Ça pourrait marcher.

Bien bien bien. Puisqu'on joue tous un rôle dans ce combat, autant interpréter la comédie jusqu'au bout. Il est hors de question que je me salisse du sang d'une alliée tout comme il est non-négociable que je fasses un fratricide. Alooooors, il est temps d'ouvrir le bal. Advienne que pourra !
Fichtre. J'allais oublier le soi-disant contrat. Qu'est-ce qu'ils peuvent me taper sur les nerfs avec leurs palabres ! Quand on lance un combat, on fonce, on assume, et on avise après. C'est bien plus facile de négocier après avoir dégommé son adversaire, tout le monde sait ça enfin !

- Hmm... Je ne sais pas ce que souhaite précisément Ran, mais il me semble que...

Oh mon dieu, mais l'enjeu de ce contrat est ridicule en fait ! Je peux pas dire ça avec sérieux, c'est trop absurde.
Peinant à contrôler un début de fou rire, je repris la parole :

- Euuuh... enfin je crois avoir compris que... l'enjeu du combat c'est pouvoir discuter en sûreté chez toi... Ou si tu connais une bonne planque... Tu pourrais nous l'indiquer... Enfin je crois que c'est ça, peut être que je me trompe hein parce que euh...


Argh j'espère bien que j'ai mal compris oui ! Mais qui m'a fichu une famille pareille ! Raaaah, c'est gênant comme situation, nom de Dieu ! Si nos ancêtres nous voyait... Demander comme récompense à un duel le droit de loger chez une jouvencelle ! On aura tout vu. J'suis un criminel c'est vrai mais bon... Ok ok, c'est pas non plus une fille tout à fait normal, c'est vrai. Donc quitte à être nos-norme, autant l'être jusqu'au bout. Na.

Je contemplais mon frère, intrigué par sa carrure. Wow. Je donnerais n'importe quoi pour être aussi grand. Et puis cet air reptilien ça me fascine. Oui, c'est un méchant fort prometteur. Un criminel avec de l'avenir. Je peux bien lui reconnaître ça. Tss, si j'en viens à être jaloux de Ran, c'est décidé, j'abandonne mon sursis, je prends ma retraite et...
Et quoi ? T'as pas d'épargne, vieux. T'es à la rue, rappelle-toi. C'est même pour ça que tu dois te battre pour pouvoir en savoir plus sur tes proches. Minable. Quand t'as un toit, c'est seulement parce que t'as fait les yeux doux à un couple stérile, et qu'ils ont bien voulu t'accueillir chez eux. Et en récompense, toi, généralement tu les tues ou tu les voles. Ou les deux, quand ce sont des ordures. Ouaip. C'est mature comme attitude dis donc. Tu dépends tout le temps des autres. Si ça se trouve, après, tu squatteras chez Ran pour l'immense plaisir de vivre en parasite. C'est quoi le but dans tout ça ? Tu dis que t'aimerais être grand, mais tu te comportes pas comme si tu en étais un, tu mérites pas qu'on te traite en adulte, c'est comme ça.
Regarde.
Tu t'embarques déjà dans une combine pour perdre aucun de tes squats potentiels. Bravo, belle mentalité !

Hep, conscience, tu veux bien aller te faire foutre s'il te plaît, et avec le sourire ? T'es gentille mais, si je m'accrochais pas chaque jour, tu serais pas là. Alors au lieu de me faire des reproches, rends-moi un servie : tais-toi. Avec Neil t'aurais pu l'ouvrir. Mais là, c'est même pas la peine. Allez, cordialement, vas tourmenter quelqu'un d'autre, je suis pas d'humeur.

J'ai une bataille à gagner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 9 Fév - 2:13

Il est drôle lui! L'enjeu? Il demande quel est l'enjeu après avoir dégainé son arme? Enfin c'est vrai que même moi je sais pas trop, enfin si! L'enjeu c'est de... dormir chez une fille. Mais c'est n'importe quoi cette histoire! Je vais me donner à fond pour dormir chez une demoiselle un peu dérangée mais c'est pas un monstre. Et puis pourquoi elle enlève des boutons de ses habits? Si elle pense m'attendrir... Hé bien ça marche, je vais pas le caché! Il manquerait plus que ce soit une jolie brune! Je délire moi. J'ai mon frère qui veut ma peau et une sauvage qui n'a pas peur de se retrouver nue devant tout ces gens, c'est un scoop!

-Je crois que l'enjeu est de loger chez ta copine mon gars... Pffff ça délire ici!

Et puis j'ai une petite flemme de démarrer la bataille, voire de la faire. Je veux pas choquer les pauvres innocents qui nous entoure. Ils doivent nous prendre pour des guignols d'une troupes de théâtre, des clowns. Je suis à la limite de me dérober. Ca doit faire dix minutes que tout le monde nous regarde sans un mot. Je serre mon poing pour faire un peu intimidant. Je me demande si Neil me regarde comme ça parce que j'ai la pure classe avec mon style reptilien ou il m'analyse. Si c'est le cas il faut que je commence et vite. Et pourquoi Eva se met dans ce trou? Quel esprit guerrier c'est incroyable... Je me tourne vers les spectateurs.

-Dégagez il n'y a absolument rien à voir! Que vous soyez pervers au point d'épier la jeune demoiselle à demi torse nu ou bien que vous êtes des amateurs de combats extravagant allez vous en pour votre sécurité. Le premier sur ma route je l'écrase, je vous préviens!

Mais qu'est ce qu'ils sont collant... Ils ne bougent pas d'un poil! Ils commencent à y avoir la masse de gens et des policiers vont pas tarder! Une initiative vite! Ha je sais...

-Je sais pas pour vous deux mais je trouve que cet endroit devient irrespirable avec cet foule de gens! Suivez moi, c'est moi qui suis tout seul alors accordez moi le terrain!

Je retire une plaque d'égout et descends par l'échelle. Maintenant je suis dans mon terrain de jeu, je vais leur proposer un cache-cache à ces gugus! Je déchire mes vêtements et me transforme complètement. Je glisse sans un bruit dans l'eau. J'entend quelqu'un descendre. Venez à moi les petits. Mon plan? Neutraliser la demoiselle et le nabot sans les tués, les attacher et attendre qu'ils me supplient de les détacher et je pourrais enfin dormir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Mer 19 Fév - 9:07

(Désolée, c'est fait un peu à l'arrache, mais je voulais répondre absolument ce soir ;) )


Je n'y crois pas. Cet abruti compte réellement me provoquer en duel pour squatter mon modeste chez-moi. J'hausse un sourcil. Il croit vraiment  que je vais le laisser faire ?
Même s'il a l'immense chance de gagner, ce qui m'étonne fortement, il peut se mettre le doigt dans l'oeil pour venir dans mon appartement.
Étrangement, Ran oublie de mentionner ce qu'il adviendra si je remporte le défi.
Tant mieux, ça me laissera le champ libre.  Je laisserai parler mon imagination, débordante pour tout ce qu'il s'agit de tortures et autres.

J'enlève d'un geste ample la veste qui recouvrait mes épaules, et baisse encore d'un cran mon décolleté.
Je fais mine de me mordiller sensuellement les lèvres sous l'effet d'une certaine frayeur et appréhension. Évidemment, en mon fort intérieur, il n'en est rien.
Ah, je dois bien avouer que la perspective d'un combat égaie et donne un peu d'action à ma journée !  
Quelques passants nous regardent avec curiosité.
Une jeune fille innocente (ou presque) et un pauvre gosse désorienté contre un type à la peau recouverte d'écailles, il y a de quoi augmenter notre cote de popularité, à moi et à l'autre nain.

Le binoclard a enfin l'air de se rendre compte qu'il passe au milieu de tous ces curieux pour un gros méchant et décide de s'éclipser.  Par les égouts. Oui, oui, par ces canalisations dégueulasses qui contiennent des rejets humains. Il doit avoir des penchants un peu étranges.
Après une remarque lourde de sous-entendus sur ma tenue (à demi torse nu, moi ?), il se faufile dans son trou via la petite échelle descendant jusqu'aux profondeurs de la ville.
Je m'approche, et contemple endroit répugnant dans lequel il s'est fourré. Bon, je l'avoue, il m'est déjà arrivée d'aller dans des lieux plus sales que celui-ci dans ma vie, et honnêtement, la propreté d'un endroit m'importe assez peu. Mais je dois continuer ma comédie.
J'adresse un petit clin d'oeil à Little Devil tandis que je fais mine de refermer la plaque d'égout derrière lui.
"Haha, ça serait marrant qu'il se retrouve coincé ici tout seul.", je m'exclame.
Je me racle la gorge, regarde du coin de l'oeil le gamin qui me sert à présent de serviteur. Il n'a pas l'air de trouver ça très drôle. Bah, si on ne peut plus rigoler...

Les gens autour de nous commencent à nous fixer de plus en plus étrangement.
Je prends le petit par le bras, lui glisse un rapide "J'te charge de trouver une excuse valable pour tous ces tocards." à l'oreille, et me glisse à mon tour dans l'espèce de tuyau recouvert de moisissures.
Je continue ma petite comédie, et avec une voix des plus niaises et pleurnichardes, lance :
"Oh, non ! Je vais salir mes jolis habits ici ! Et je suis sûre qu'il y a plein de bestioles et d'insectes là-dedans !"
La pointe de mon pied chaussé de bottines à talons touche enfin la terre ferme. Pas très pratiques ces chaussures pour un combat... M'enfin, même menottée les mains dans la dos et les yeux bandés, il n'y a pas d'autres issue possible que mon irrémédiable victoire.

Je lève la tête et crie au gamin :
"Bon, tu te bouges un peu ? J'ai peur, moi !"
Moi, terrifiée ? Haha, la bonne blague. C'est tellement peu crédible le ton que je prend traduit plutôt un sorte d'ironie. Bah, tant pis. De toute manière, dès que Cheveux-verts attaquera, je répliquerait aussitôt.
D'ailleurs, en parlant de lui, il s'est planqué où ?
"Youhou ? T'es mort, Ran ?, je ne peux m'empêcher de crier à la volée.
Je croise les doigts pour qu'il soit toujours dans le coin. Je ne veux pas que mon casse-croûte se soit fait la malle, nous avons encore tellement de choses à faire ensembles ! Allez, reviens par ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutation
avatar


▌LOCALISATION : C'est pas drôle si je vous le dis ;)

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
22/100  (22/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 2 Mar - 20:38

"J'te charge de trouver une excuse valable pour tous ces tocards."

Je n'ai même pas le temps de protester qu'elle entame sa petite comédie de demoiselle en détresse et totalement superficielle. Yerk. A vomir tellement c'est nauséabond, ça empeste la niaiserie. Mais je n'ai pas le temps de critiquer ses performances d'actrices, va falloir que je fasse mes preuves en tant qu'orateur…

- Hemm… Bonsoir… Veuillez circuler s'il vous plaît vous êtes ici sur le lieu de tornade d'un film ! Il n'y a donc rien à voir ! Allez, du vent !

- Oh maaaaaiiiis ouiiiiii je reconnais la fiiiille c'est une mannequiiiin hiiiiii !!!!

- Oui oui, bon allez, partez maintenant !


- Okay, mais que si tu prends une photo avec noooouuuus hihi ! S'il teuh pplaaaaîîît !



Argh. Une star de cinéma ferait sûrement plaisir à ses fans pour ça mais… Qu'est-ce que je déteste qu'on me prenne en photo ! Bon. Tant pis.
Après une dizaines de réclamations comme celle-ci, c'est Eva qui me sert une voie de sortie sur un plateau d'argent :

"Bon, tu te bouges un peu ? J'ai peur, moi !"

- J'arrive ! Excusez moi mesdemoiselles messieurs, le devoir m'appelle !

Et je saute à la James Bond dans la bouche égout. Charmant.

Tout est noir à l'intérieur, heureusement que dehors il fait nuit, comme ça le contraste n'est pas trop saisissant, mes yeux s'habituent vite. J'entends la voix lointaine d'Eva appeler Ran. Dieu qu'elle marche vite la démone ! Bon. J'avance furtivement pour la rattraper. Je parviens à un croisement. M**** !

-Eva ? Ran ?

J'interroge l'écho de tout son susceptible de me guider. Aucun indice. Je pouvais quand même pas me lancer au hasard comme ça, je risque de perdre définitivement la trace des autres… D'un autre côté, qui ne tente rien n'a rien mais… Oh et puis zut, j'ai jamais été doué pour tout ce qui est course d'orientation moi ! Je me creuse la tête pour me sortir de ce choix cornélien. *active ses neurones*

Dans la tête de Neil :
{request} ---> *loading…* ----> {cerveau magne toi ça urge}---->* Please wait a few seconds…loading…*---> {cerveau, à la prochaine attaque de zombie, t'y passeras crois-moi, t'es vraiment pas fichu de m'aider}----> * Et alors ? Va te faire voir c'est moi qui te maintiens en vie, j'fais c'que j'veux d'abord ok ? Pour la peine : loading…* (etc etc…)

Puisque c'est comme ça, on va la jouer au hasard. Am,stram,gram,pique et pique et colégramm, bourre et bourre et ratatam… (oui je fais la plouf ET ALORS ? U MAD BRO ?) Côté gaaaauuuucheeee let's go. J'ai carrément l'impression de faire un laser game. Allez savoir pourquoi.

HRP : Désolééée c'est moche c'est baaaaah mais je voulais absolument répondre avant de partir en vacances vouala ! J'vous nem  luv\\'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌LOCALISATION : les égouts, les bars malfâmés et les ruelles.

FC
▌SUPER: Basilik
▌POWER: Mutation
▌LEVEL:
6/100  (6/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Dim 2 Mar - 23:29

J'aime me balader comme ça en mode "Predator" dans les égouts pour rechercher des case-croûtes au bord de ces rives. La lumière instable et le bruit des gouttes qui tombes sur le sol donne un côté film d'horreur. Et puis sous cet forme de carnassier je deviens mettre de mes victimes, comme si elles ne pouvaient plus rien contre moi.

-Eva? Ran?

Eva est déjà loin, et mon frère déambule inconsciemment. Je sors de l'eau et reprend ma forme de base. Je me dirige près d'un conduit, loin des deux autres imbéciles qui m'appelle sans avoir conscience que grâce à ça je devine leur position. Je colle ma bouche au conduit et prend une voix caverneuse.

-Vous n'avez pas conscience de ce que vous faites…

Je vais un peu plus loin.

-Ici c'est mon terrain de jeux…

Je continue de faire du tuyaux à tuyaux.

-Et vous vous n'êtes plus rien…

Les appels ont cessé, je replonge dans l'eau sous ma forme reptilienne et approche de Neil en silence. Il n'a pas l'air terrifié non il est plutôt calme. Pourtant, parler dans des tuyaux d'aération creux ça a toujours fait son effet. Enfin bref, jouons sur le stress. Ca me permettra d'avoir une faille dans sa vigilance. Il marche d'un pas sur mais lentement. Je me positionne derrière son dos à 100 mètres dans le noir et transforme ma tête. Je pousse un cri sauvage. Neil se retourne vivement et observe les parages. Je me remets dans le bain et me met loin des deux ennemis. Je cours dans tout les sens en émettant des cris horrifiants. Je laisse tomber parfois des cailloux près de mes cibles, puis continu à courir dans tout les sens en riant, en se moquant, et le plus effrayant en chantant.

-"Il était un petit naviiiire, il était un petit naviiiiire! Qui n'avait ja ja jamais navigué…"

Je replonge à chaque fois qu'une de mes proies s'approche trop. Plus rien plus un souffle plus un son. Mon tour de passe-passe à duré 30 minutes. Maintenant je reste tapis dans l'eau…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : Dans une impasse, attendant sa prochaine victime.

FC
▌SUPER: Satania
▌POWER: Transformation en démon
▌LEVEL:
14/100  (14/100)


MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa... Sam 8 Mar - 11:09


"Les mecs, c'est pas drôle. Arrêtez de vous cacher, merde.", je m'exclame avec mauvaise humeur.
Que Ran se pisse dessus et se planque, ça c'est compréhensible et je m'en fous.
Son frère (?), en revanche, c'est une autre affaire. N'est-il pas sensé être mon esclave personnel et obéir au moindre de mes désirs ? Il pourrait au moins avoir l'obligeance de me suivre...
Je continue d'avancer dans ses couloirs sombres et humides en scandant leurs noms, en vain.
Je tourne à un embranchement, et, blasée, je fais une pause et m'assois sur le sol crasseux. S'ils veulent me voir, qu'ils me cherchent. Je ne suis pas leur baby-sitter, ce n'est pas mon boulot de leur courir après.

...Non, en fait, je déteste rester assise sans rien faire. J'ai l'impression de me rouiller les articulations.
Je me relève rapidement, époussete mon Jean.
Je tourne la tête. Il me semble avoir entendu un bruit quelque part. Qui ? Où ?
Une voix caverneuse répond à mes interrogations silencieuses.
Ran qui se prend pour le fantôme des égouts ? Haha.
"Mec, tu me fais pitié.", je ricane à la volée. J'ajoute d'une voix stridente, histoire de continuer encore un peu ma petite comédie :
"De toute façon, je ne peux pas me cacher, c'est rempli de rats dans ce trou !"
Je souris, campée en position de combat. Viens par ici, je t'attends, idiot.

Un cri lointain parvient à mes oreilles. Je sursaute.
Qu'est-ce qu'il se passe, bordel ?
S'il a osé faire du mal à Little Devil, je le bouffe. Pas que sa vie ait une quelconque valeur à mes yeux, mais tout simplement parce que ça me ferait rager de l'avoir sauvé de la mort avant qu'il n'ait pu correctement me remercier.
Je cours en direction de ces bruits étranges, prête à me battre.
Mes chaussures martèlent le sol, mon souffle donne une atmosphère angoissante à l'endroit, les cailloux que je me prend en pleine face font en sorte que... Hein ? Quelqu'un est en train de me lancer des cailloux ?
Je m'arrête. Me retourne. Regarde de tous les côtés.
Un rire strident me répond.
Je ne réponds pas, essayant d'en déterminer la source.
Une petite chansonnette moqueuse enveloppe mes oreilles.
Puis, plus rien. Le silence.
J'hausse un sourcil et continue d'avancer, de plus en plus enragée. Je déteste lorsqu'on se moque de moi.
Et je déteste jouer au chat et à la souris. Du moins, quand je ne suis pas la prédatrice.

Je me remets à avancer, lorsqu'une affreuse comptine pour enfant parvient jusqu'à mon ouïe. Je serre les dents. Ce type est... énervant. Horripilant. Exaspérant. À éliminer au plus vite.
Mon pas s'accélère, motivé par cette volonté profonde de le découper en petits morceaux.
Il continue, continue à me chercher pendant un laps de temps me semblant interminable. Je tremble de rage.
" Vas te faire.... Enfoiré ! Je te chope, tu meurs", je finis par exploser.
Je serre les poings.
Je suppose qu'il doit être heureux, à présent qu'il m'a fait sortir littéralement de mes gonds. Mais qu'il ne vienne pas chialer après.
Je me mets à courir. Je veux l'attraper, lui faire payer son atteinte à ma personne.
J'aperçois une ombre. Je me précipite sur elle, empoigne son épaule.
"Ah, c'est toi, je soupire à la vue du nain.
Je suis déçue. J'espérais avoir trouvé l'autre idiot.
Je lève les yeux au ciel et annonce sérieusement :
"Je suppose que tu ne vas pas adhérer à l'idée, mais je vais tuer ton frangin.
Je lui lance un regard lourd de sous-entendu, dont le message est clair : si tu t'opposes à moi, tu meurs aussi.
"Ran ! Viens ici. Tout de suite !", je crie, un air menaçant sur le visage.
Que la véritable  bataille commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la lueur de de la barbapapa...

Revenir en haut Aller en bas

A la lueur de de la barbapapa...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Fête Foraine
 :: Cirque
-