NOUS TENTONS DE REPRENDRE LE FORUM EN MAIN. SI VOUS ÊTES INTÉRESSÉS, MANIFESTEZ VOUS. ♥️
recensement ici ; http://h-s-sup.forums-actifs.com/t1228-recensement-de-relance#13877

Partagez|

« Je suis dans une situation bien zarbos. » || Mary & Serren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: « Je suis dans une situation bien zarbos. » || Mary & Serren Mer 1 Oct - 4:22


« Je suis dans une situation bien zarbos. »Mary & Serren

Début de journée. Les retrouvailles avec André avait quelque peu … Déstabilisées la jeune fille. Cela faisait quelques jours maintenant qu'elle avait essayé de reprendre sa vie en main ; elle a rendu les clés de son vieil appartement tout pourri, dormant dans une des nombreuses chambres vides de l'école, le temps de retrouver un studio juste pour elle. Pourquoi avait-elle rendu cet appart' ? Simplement parce qu'il lui rappelait beaucoup trop de souvenirs. Ça, et elle craignait un peu de revoir débarquer de nulle part des anciens clients à elle : elle veut repartir sur de bonne base. Sortant un carnet de son sac, elle barre la case de la journée en cours. Elle comptait, page après page. Cela faisait au moins 3 mois qu'elle était clean. 3 mois. Cela lui semblait si long, et à la fois si peu, surtout lorsqu'elle le met en parallèle de sa longue « carrière » de toxicomane. Mais il faut bien commencer quelque part, et résoudre son addiction était la première étape. Bon. En contre-partie, elle avait reprit la clope et quelques substances douces ; plus jamais un sevrage violent, c'était le meilleur moyen pour replonger.

Tout en étant dans ses pensées, elle se releva du banc où elle était assise précédemment. Mais au faite, que faisait-elle ici, en plein centre-ville ? Déjà, elle essayait d'oublier ce qui avait pu se passer quelques jours plutôt, sous peine de craquer et retourner voir l'autre idiot. Deuxièmement, elle cherchait activement un nouveau travail, car désormais elle était définitivement rangée, et sans argent, impossible d'avoir son « chez elle ». Heureusement, il lui restait quelques maigres économies d'avant la bataille, ce qui lui permettait de manger et de sortir un peu. Et la dernière des choses, mais non moins la plus importante, elle cherchait quelqu'un. Oui, quelqu'un. Lorsqu'elle était retournée à la Heroe's, elle avait croisé deux personnes qui discutaient. Elle n'aurait pas prêté plus attention que ça à leur discussion si elle n'avait pas entendu un nom qui lui dressa les cheveux sur la nuque. « Serren ». Elle s'arrêta et, l'air de rien, continua à écouter la discussion.

De cette discussion, elle apprit, déjà, qu'il était de retour à la Heroe's et, ensuite, qu'il n'avait pour l'instant pas d'endroit fixe, enfin, à ce qu'il paraît. Ce qui rendait la tâche plus compliquée pour le retrouver. Mais qu'importe. Tout en se rongeant les ongles en réfléchissant à comment faire, la jeune fille était repartie, avec en tête une seule idée : Le trouver. Après tout ce qu'il s'était passé, elle avait envie de lui parler ; Damage, la Heroe's, Dark, tout. Elle se sentait à la fois heureuse de le savoir en vie et de retour, et en même temps elle craignait de le revoir … Elle avait peur de le trouver « changer ». Oh, pas en mal ou en bien, juste, elle avait peur que ce lien, cette relation presque familiale entre-eux se soit dégradé avec le temps. Peur aussi de savoir où il était, ce qui s'était passé pour lui durant cette longue et douloureuse année. Mais bon. Elle prendrait sur elle, et au pire, et bien … Elle saura à quoi s'en tenir.

C'est ainsi que pendant quelques jours, elle se promenait en ville, demandant aux passants s'il n'avait pas vu quelqu'un qui lui ressemblait. Au début, elle n'avait pas trop trop de piste, et puis, quelqu'un lui a parlé d'une ambassade qui était, la plupart du temps, un passage obligatoire pour les gens qui revenaient depuis aussi longtemps, surtout si c'était des personnes rattachées à la Heroe's. Alors, de temps en temps, elle passait devant, n'osant pas entrer -Et encore elle n'est pas sûre d'avoir le droit- pour en savoir plus. Jusqu'à présent, il faut le dire, la chance était pas beaucoup avec elle et elle patientait parfois une heure ou deux pour rien. Et puis, ce jour là, alors qu'elle se posa non loin de la dite-ambassade, une dizaine de minutes plus tard, elle vit un homme en sortir. Le cœur battant un peu, elle reconnu tout de suite l'allure un peu bizarre de Serren -Il avait définitivement pas changé-, ses cheveux, sa peau et surtout ses yeux.

Et là, dilemme ; que devait-elle faire ? Le suivre ? Non c'était peut-être un peu trop creepy et angoissant. L'appeler ? Sa voix semblait comme devenue muette. Lui lancer quelque chose pour attirer son attention ? Ouai, autant le suivre, ça serait moins dangereux et surtout encore moins étrange que de lui balancer son sac sur la tête. Mais alors qu'elle réfléchissait intensément, elle le vit commencer à partir un peu plus loin et, sans se poser plus de questions, elle se mit à courir derrière lui, pour finalement arriver dans son dos, lui tirant doucement la manche pour attirer son attention. Puis, dans un raclement de gorge, avec une voix presque timide -Un comble pour Mary-, elle demanda

« Euh … Serren ? »

Ça c'est de la punchline.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : L'anonymat c'est l'art de ne rien dire non ? (a)

FC
▌SUPER: Shark
▌POWER: Annihilation de pouvoir
▌LEVEL:
21/100  (21/100)


MessageSujet: Re: « Je suis dans une situation bien zarbos. » || Mary & Serren Sam 4 Oct - 22:45

OMG
I FUCKING KNOW YOU !
ft Mary ______
Après un an de départ, faut toujours repartir de bonnes bases. Vous savez, Serren n'a pas la nationalité américaine, il n'y est resté que deux ans dans sa vie, et encore ! Serren reste un citoyen d'Arabie saoudite, alors le passage à l'ambassade de part son statut de héros du quotidien et de la guerre, est devenu un de ses rendez-vous incontournables... Surtout pour trouver un logement. Il n'a toujours pas de logement, non. Il siège toujours au même hôtel, là où il a emmené Brooke. Et pour les curieux, si vous voulez savoir ce qui s'est passé... bah rien. Vous saurez pas. La nuit a été endiablée.... ou pas ? Suspens. Bref. Je suis pas là pour vous raconter sa nuit, ni son quotidien, ce n'est pas marrant. Je vous raconte ça, car c'est ce petit rendez-vous habituel qui lui permet de sortir un peu, et surtout de revoir du monde. Aujourd'hui, il a rendez-vous avec le porte parole du gouvernement saoudien. Gouvernement, gouvernance, bref pensez-y ce que vous voulez. C'était juste à propos de ces papiers, des pièces d'identités et des modalités de sa nouvelle vie. Bref, des trucs ennuyants que  je ne vais pas faire partager, parce que le temps de tout vous expliquer, vous dormirez déjà avec de la bave sur votre clavier. Le rendez-vous a bien duré une bonne heure. Entre café et cigarette, les deux hommes se sont quittés par une poignée de main. Serren avait donc prit ses affaires, son manteau style motard et son bonnet qu'il garda dans sa main et était parti directement.

Il prend une clope dans les escaliers, sortant du domaine de l'ambassade sous la juridiction de son pays. Remettant son bonnet sur sa tête, il observe un peu les lieux. Il a de la chance que ce soit ici, et non on ne sait où aux États-Unis... Déjà là il se fait chier avec 15 minutes de transport en commun, alors imaginez deux heures. Bref, ce n'est pas important. Sa cigarette allumée, il commence à s'en aller, repartir chez lui à pied. Flemme de prendre le bus. En plus ça pue toujours dans les transports vous avez déjà remarqué hein ? Sans parler des racistes qui agressent tout ce qui bouge. Lui n'avait jamais eu de problème, mais en général, t'entends des trucs qui se passent dans un bus, t'as même plus envie de monter dedans une fois. Ainsi notre ex-soldat commence à se barrer quand soudainement, quelque chose lui tire le bras. Il sursaute limite, clope au bec. Il se retourne, et puis ... Et puis remarque une fille aux cheveux noirs. Le jeune homme fronce les sourcils. Et puis d'un coup, de sa grosse voix, il sort hyper étonné : "Putain Mary c'est toi ?!" Et là c'est l'effusion de joie et de stupéfaction ! Et non ma petite fille il t'as pas oublié ! Comment t'oublier, c'est comme si t'étais sa petite soeur, t'es comme de la famille pour lui. La première chose qu'il fait c'est de te prendre dans ses bras. "Oh putain mais Mary... Mary putainnnn !" Ok c'est très enfantin comme réaction, mais ça lui fait si plaisir de te revoir. Non vraiment je te jure ! Il la sert très fort contre soi, comme pour signer son bonheur de la revoir. Bon j'avoue que pendant un an, il n'a pas vraiment penser à te donner de nouvelle, qu'il a limite oublier, mais te revoir lui fait un chaud au coeur de ouf. L'arabe finit par lâcher la petite pour la regarder plus longuement. Elle n'a pas changé. Toujours le même style, quoiqu'elle a un peu grandit depuis la dernière fois. Quand est-ce la dernière fois d'ailleurs ? Il ne s'en souvient même pas... Il sourit et la regarde encore, cette fois-ci dans les yeux... comment elle l'a retrouvé ? Comment a-t-elle su qu'il était de retour en amérique ? Qu'est-ce qui s'est passé en un an pour elle ? Pleins de questions se tamponnent dans sa tête comme des bulles. Le jeune homme fini par pincer ses lèvres, le passage de l'hystérie passé : "Ça te dis de boire un café ? Comment ça on pourra discuter plus à l'aise ? Je te l'offre !"

Comme au bon vieux temps, quand il était encore là pour tout ces enfants, qu'il a abandonné du jour au lendemain. Quand il en repense, oui, il a un peu de regrets... Comment ne pas en avoir ? Quand on voit que tout le monde nous attends finalement à au bercail, alors qu'on s'attendait à la solitude, on finit par croire qu'on connaît vraiment des gens. Et qu'ils tiennent à nous. Il finira peut-être par être l'enfant de deux pays. Bizarre. Lui qui détestait les États-Unis étant adolescent, il faut dire que beaucoup de chose ont changées... Et toi alors ma chère Mary ? Qu'est-ce qui a changé dans ta vie aussi ?

Le jeune homme finit par emmener la jeune fille dans un café pas loin, finissant sa clope sur le chemin. Ils s'installent à une table. Le silence s'est un peu installé mais c'est temporaire. Mary et lui était très proche, c'était de la famille, et la famille a toujours quelque chose à dire, quelque chose à demander. Mary semble bouillir de questions, comme Serren à son égard. En un an il s'en aie passé des chose, ça s'est sûr. Le serveur arrive et prend les commandes. Un café pour Serren, il laisse Mary décider ensuite. Le serveur repart avec un sourire de politesse et laisse les deux jeunes gens à leur discussion. L'arabe passe une main dans ses cheveux blancs, ses yeux d'or sondant le sol. Il retire son bonnet par la même occasion et le met sur la table. C'est mal poli de ne pas l'enlever lui a dit quelqu'un un jour. Le silence n'est toujours pas rompu quand l'arabe repose ses yeux sur son ancienne élève. Il lui sourit, mais aucun son ne sort de sa bouche. Que dire après tant de moments d'absence ? Il ne sait pas.. Il ne sait vraiment pas. Si, finalement une question lui vient : "Alors, quoi de beau à raconter ?"

Ouais ça fait un peu conversation msn genre je ne sais pas quoi te dire. Mais c'est très dur de retrouver les mots après tant d'absence. Je sais je me répète, mais on appréhende toujours les réactions de l'autre, on a peur que la complicité soit mise à rudes épreuves... On a toujours ce moment de doute et de questionnement pour savoir si la personne en face est bien la même. Serren a posé la question en premier et il est bien content. Non, car après la conversation avec Brooke, bah. Il a pas vraiment envie de parler de ce qu'il a vu oui. Je sais, ça revient à chaque fois que vous lisez un de mes sujets, mes amis, mais c'est vrai ! C'est chiant de toujours dire la même chose, de se forcer à se remémorer des choses -quoique se forcer, c'est plutôt penser à des moments en particuliers sur des moments qu'on se ressasse toute la journée-... Bref c'est revivre un bout d'enfer. Mais bon. C'est Mary. Pour lui, c'est comme une soeur innocente et pure. Il lui épargnera les détails, s'ils viennent à en parler. C'est bien Serren, t'oublies son pouvoir, mais c'est beau d'y croire qu'elle n'en saura rien...
coop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Je suis dans une situation bien zarbos. » || Mary & Serren Lun 6 Oct - 6:13

[HS : pardon pour le pavé ;w; *hug*]


« Je suis dans une situation bien zarbos. »Mary & Serren

« Putain Mary c'est toi ?! »

Poum. Son petit cœur se mit à battre très vite. Il l'avait reconnu. Sur son visage, un énorme sourire se dessinait, et sur celui de Mary aussi, les yeux d'un coup presque pétillant. Après cette longue année, Serren se souvenait encore d'elle. D'un coup, la petite angoisse qui s'était logée dans son cœur s'envola très très loin pour laisser la place à une joie sans nom. Lorsqu'il prit la demoiselle dans ses bras, elle serra ses petits bras menus autour de lui, comme une petite fille qui n'aurait pas vu son frère depuis très très longtemps. Et soudain … Un énorme flash apparu dans sa tête. Elle ferma les yeux d'un coup, toujours dans les bras de Serren, mais d'autres images lui venaient en tête. Des souvenirs … Qui ne sont pas les siens. Des bruits de bataille, de guerre, des gens qui mouraient sur un terrain désertique. Des sentiments qui fusaient de toute part ; la tristesse, la rage, la colère, l'angoisse, la peur … Et une ambiance presque jubilante à peine perceptible. Tout se mélangeait pour finalement s'arrêter d'un coup, aussi subitement que cela avait commencé.

A ce moment précis, Serren relâcha son étreinte et, se remettant à plat sur ses pieds, Mary se sentit un peu mal, mais elle réussit à le cacher en souriant le plus possible, se focalisant sur Serren. En quelques secondes, les sensations disparurent, mais Mary savait. Comme une grande claque dans le visage, elle a prit de plein fouet tout ce que Serren a pu vivre pendant son absence. La guerre. La mort. Une grande, très grande tristesse. Mais elle fit tout son possible pour ne plus y penser pendant quelques secondes, en se concentrant sur le visage de Serren. Lorsqu'il la relâcha pour la regarder avec tendresse, elle se sentit un peu honteuse, avec ses vieux vêtements et son gros sac qu'elle transportait partout ; le seul et unique sac qu'elle possède, remplit du peu d'affaires qui lui reste. Mais en même temps, elle se sentait soulagée de le voir, heureuse de sentir ses grandes mains sur ses épaules, comme avant. C'était agréable de revoir ceux qui nous manquaient.

« Ça te dis de boire un café ? Comment ça on pourra discuter plus à l'aise ? Je te l'offre !

Si tu me l'offre, alors … J'accepte ! »

Elle tira la langue, pour souligner la plaisanterie. Même s'ils devaient rester là, debout devant l'ambassade, pour rien au monde elle ne partirait ; après toute cette recherche et cette attente, encore moins ! S'accrochant à son bras, toujours avec son sourire de gamine -Le genre de sourire que lui seul, ou presque, connaît-, elle sentit une drôle de sensation l'envahir … Sûrement le genre de chose que l'on ressent lorsqu'on rentre chez soi après longtemps. Elle, elle n'était pas partie, mais pour autant sa vie lui semblait un peu vide depuis la fin de la bataille : la Heroe's était encore bien amoché, et elle n'avait revu que peu de monde. De tout ceux qui comptent pour elle, elle n'en a vu que très peu … Et le fait d'avoir Serren -Qui lui semblait un poil plus fatigué qu'avant son départ- près d'elle, de revoir son sourire parfois un peu idiot, souvent réconfortant faisait battre son cœur avec douceur et joie.

Silencieusement, Serren et Mary entrèrent dans un petit café, quelques rues plus loin. Elle attendit que ce dernier finisse sa clope -Elle qui se retenait parce que son paquet commençait à être vraiment vide-, puis ils s'installèrent à une table, un peu isolé de ceux déjà présents. Elle posa son gros sac à côté d'elle, puis elle retira sa veste, dévoilant des bras toujours aussi blanchâtre, maigre et marqués par la bataille. Si elle avait été seule, jamais elle n'aurait enlevé son manteau, même s'il faisait super chaud, car elle a peur de montrer ces cicatrices pas très jolie-jolie. Mais avec Serren, elle n'y avait même pas pensé, elle était naturelle et sans complexe. Alors qu'elle le regardait, toujours avec un sourire en coin, elle se rendait compte que le silence s'installait. Par quoi commencer ? L'année avait été si longue et dense … Et elle redoutait un peu le moment où on en viendrait à parler de ce qu'il avait vécu, lui, durant un an.

« Alors, quoi de beau à raconter ? »

Petit sourire. Elle prit une petite respiration puis, prenant le bonnet de Serren qui était posé sur la table, elle jouait avec entre ses mains -En y faisant attention, promis- tout en répondant.

« Oula … Je t'avoue que je ne sais pas par où commencer. Je pense que tu as sûrement entendu parler de ce qui s'est passé ici. Disons qu'après ton départ, et l'arrivée de Dark et Carnage, j'me suis retrouvée un peu prise dans la bataille … Au début je … J'avais un peu peur d'y participer. Jusqu'à présent, je n'ai jamais rien défendu, si ce n'est mon propre intérêt. »

Elle reprit son souffle et à ce moment-là, un serveur vînt vers eux prendre leurs commandes. La jeune fille prit quelques secondes pour réfléchir.

« Euh … Je vais prendre un chocolat chaud. J'en ai pas bu depuis un bon moment ! Et toi ? »

Une fois la commande passée, Mary reprit avec une voix qui se voulait neutre et détendue … Mais ne le cachons pas, elle ne se sentait pas très à l'aise à parler de tout ça … Ça reste assez récent et difficile.

« Je me suis battue. Je pense que j'ai fais de mon mieux, pour protéger l'école, protéger … Tout le monde, en faite. Je me suis rendue compte que je tenais à tout ça … Et j'ai essayé d'être le plus utile possible. J'ai pris beaucoup dans la bataille, physiquement et mentalement. J'ai utilisé mon pouvoir à tout va, à tel point que par moment, j'avais l'impression de ne plus ressentir mes propres émotions. Une fois la bataille terminée, et mon état stabilisé, j'ai passé une semaine à l’hôpital le temps de guérir, et depuis … J'ai quasiment vu personne. »

« Quasiment » hein. Lorsqu'elle aborda le sujet de l'hôpital, elle se souvient d'un coup du jour de sa sortie, et elle ne pu retenir un rougissement furtif mais assez visible. Elle essaya de le cacher en mettant le bonnet de Serren pour le faire sourire. Mary qui fait l'idiote ? Ça ne lui ressemble pas beaucoup, même avec Serren, et cela la rendait encore plus suspecte.

« Et puis … Non rien. Sinon, toi … Ehm … »

Elle hésitait à dire « Quoi de neuf ». Pourquoi ? Parce qu'elle savait d'avance, et qu'elle avait peur que Serren le prenne mal … Ou qu'il lui mente. Alors, elle prit une grande respiration, puis avoua d'une toute petite voix timide et gênée

« J'allais te demander ce qui s'est passé pendant ton absence, pour toi mais … Mais … Disons que … Tu vois quand tu m'as pris dans mes bras … »

Elle pointa du doigt son œil vert, avec un air coupable. Puis, elle posa son autre main sur l'avant-bras de Serren, comme pour s'excuser et le réconforter, un peu.

« … Je suis désolée. »
© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Je suis dans une situation bien zarbos. » || Mary & Serren

Revenir en haut Aller en bas

« Je suis dans une situation bien zarbos. » || Mary & Serren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Rue commerçiale
 :: Cafés
-