NOUS TENTONS DE REPRENDRE LE FORUM EN MAIN. SI VOUS ÊTES INTÉRESSÉS, MANIFESTEZ VOUS. ♥️
recensement ici ; http://h-s-sup.forums-actifs.com/t1228-recensement-de-relance#13877

Partagez|

« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Sam 27 Sep - 2:02


« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

Mary n'aimait vraiment, mais vraiment pas les hôpitaux. Après une semaine d'hospitalisation, la jeune fille ressortait par les grandes portes de ce bâtiment blanc et froid. Pourquoi était-elle ici, exactement ? Après la grosse bataille, après les combats acharnés et violents, la demoiselle avait grandement besoin de repos et d'être « réparée ». Oh, rien de grave ; une griffure par-ci, un gros bleu par là, quelques côtes un peu fêlés … Dans l'ensemble, physiquement, ça allait. Mais psychologiquement, elle avait flanché à maintes reprises. L'utilisation abusive de son pouvoir combinée à son épuisement physique faisait qu'après la fin de bataille, Mary avait été emmenée à l’hôpital, comme beaucoup d'élèves et certains professeurs. Et l'unique raison pour laquelle son hospitalisation avait été aussi « longue », c'était sa psyché, complètement chamboulée et retournée dans tout les sens.

Bref, les choses étaient plus calmes, plus tranquille maintenant. Il y avait eu beaucoup de pertes, surtout chez les Légendes, sans parler de l'école … Mais enfin, la menace était terminée. Le temps était passé à une vitesse hallucinante … Avant son hospitalisation, elle avait quand même été emmené chez certaines personnes le temps de se calmer, car dans son état il était presque dangereux de la laisser à l’hôpital. Mais là, elle se sentait presque … Apaisée. Son premier réflexe en sentant le vent de l'extérieur sur son visage fût de chercher son paquet de clopes, qu'elle trouva dans sa poche … Avant de se souvenir qu'elle voulait arrêter. Grand dilemme. Elle souleva les épaules ; ça serait sa façon de fêter la « victoire », tant pis, elle essayera une prochaine fois. Et surtout … Ce n'était pas aussi dangereux, pour elle, qu'une piqûre dans le bras. Elle s'alluma une cigarette, se posant sur les bancs devant l’hôpital.

L'heure tournait. Mais fondamentalement … Qu'est ce qu'elle pourrait faire, là, maintenant ? Son taudis était sûrement dans un état lamentable, elle n'avait plus beaucoup de nouvelles de la part de Rox' ou même Serren, encore moins de Brooke et compagnie … Subitement, elle se mit à penser à André. Qu'est ce qu'il lui était arrivé ? Elle ne savait pas trop, dans « l'euphorie » de la bataille, elle l'avait perdu de vue. Elle se surprenait à espérer qu'il allait bien, qu'il s'en était sortit. Pff. C'était ridicule. Sentant son palpitant se secouer, elle se mit en quête de le retrouver. Pourquoi, comment ? Elle ne se posait pas trop la question. Déjà, elle essaya dans certains coins, les coins craignos où il traînait parfois. Rien. Après quelques heures de recherches, voyant le soleil décliner lentement, elle tenta le tout pour le tout ; passer dans la chambre d'André à la Heroe's.

La Heroe's était … Un peu délabrée, mais elle tenait encore debout, de façon assez remarquable. Il y avait quelques élèves, quelques profs qu'elle ne connaissait que de loin et, dans l'ombre, elle passa sans se faire remarquer. Rapidement, elle trouva le couloir des chambres ; endroit peu connu de sa part, hormis pour André et encore, comme elle a son propre « appartement » (ou plutôt son propre squatte) … Elle entra dans un long couloir, parcouru de long mètres dans un silence brisé uniquement par ses propres pas, avant de trouver -Enfin- la porte de sa chambre.
Et là, le doute. Devait-elle frapper, ou entrer … Voir même partir ?
Elle se sentait idiote, à rester là, comme une plante verte. Merde quoi, elle qui peut être hargneuse -Ou totalement mollusque aussi, au choix-, elle se sentait mal à l'aise. Le bandeau sur son œil la gênait, et elle voulait l'enlever, car elle sentait des palpitations dans son œil. Doucement, d'une main, elle le retira pour le mettre dans sa poche … Et elle se sentait plutôt inchangée. Pour le moment.

Prenant une grande respiration, elle toqua à la porte, d'abord doucement puis, n’obtenant aucune réponse, elle frappa plus fort. Toujours aucune réponse. Elle posa sa main sur la poignée et, oh surprise, la porte n'était pas fermée à clé. Devait-elle entrer ? Après tout … Elle était là, autant tenter. Elle poussa d'une main la porte, et la chambre était plongée dans une pénombre assez sombre. Elle sentit cependant une première vague, comme une grande tristesse mêlée à une forte déprime, mouillant ses yeux de quelques larmes légères qu'elle enleva aussitôt de son autre main. Et là, de dos, elle le vit, dans un coin de la pièce. Elle entra, et dit de sa voix un peu roque, peu féminine

« Eh ben … Ça fait un moment qu't'as pas fait le ménage chez toi. Qu'est ce que tu fous dans le noir ? »

Ah non, Mary était toujours égale à elle-même ; pas subtile pour un sou.

© Lady sur Epicode


Dernière édition par Marilyne C. Owens le Mar 30 Sep - 10:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Sam 27 Sep - 10:15


« La force de l'amour paraît dans la souffrance.  »Mary & André

Après ses ‘retrouvailles’ avec Elliot le chieur de service, André avait recommencé à se sentir mal. Il détestait ça, vraiment. Ce sentiment de faiblesse, d’être un animal blessé, pire, prit au piège dans un enchevêtrement de mauvais souvenirs, ce n’était pas pour lui. Il ne pouvait pas résister à ça, d’un coup. Il y en avait eu trop pour lui pour qu’il fasse comme si de rien n’était. Ses yeux étaient las et sa respiration lourde. Depuis son arrivée dans cette ville, rien n’allait de toute manière. Entre l’Alien sociopathe qui avait tout bousillé, l’autre tordu de Dark Hours et son père qui avait essayé de venir le chercher en lui défonçant allégrement la gueule, André s’estimait déjà chanceux de ne pas avoir été psychologiquement brisé. Enfin, inutile de mentir, il n’en était pas loin non plus. Et c’était ça, au fond, qui lui faisait peur. Ne pas savoir quand il allait définitivement craquer. Ne pas savoir quand il allait chuter.

Pourtant, au fond, il savait que ce serait sans doute la meilleure chose qui puisse lui arriver ; se briser pour mieux tout reconstruire, pour se refaire de zéro, être clean et partir sur de nouvelles bases fraiches. Sauf que. C’était plus facile à dire qu’à faire, tout ça. Et surtout, c’était l’inconnu. Et l’inconnu, précisément, ça lui faisait peur. Car s’il savait ce qu’il quittait, il ne savait pas ce qui l’attendait au bout du chemin, s’il faisait le grand saut. Et s’il ne faisait que se prendre un mur, finalement ? Si tous ses efforts pour se débattre n’avaient servi à rien ? Non, il ne devait pas se dire ça, c’était trop défaitiste, ça ne lui ressemblait pas. Sauf que ses pensées ne voulaient pas tourner dans un autre sens pour le moment. Il en eut mal à la tête.

La première envie qu’il eut fut de se trouver un coin pour personne ne viendrait le déranger, en théorie. L’idée de sa chambre, à la Heroe’s, lui vint immédiatement à l’esprit. Mais comme il était épuisé et avec des cernes sous les yeux, il parvint à se mettre d’accord avec Fenrir pour que ce dernier prenne le contrôle de son corps afin de le ramener ‘en lieu sûr’. Le dieu se montrait plus docile, récemment. Le Russianov ne saisissait pas trop pourquoi mais soit. Il ferma les paupières et se mit en état léthargique, sachant qu’il se retrouverait le contrôle total de son unité une fois qu’il serait à l’abri.

Seulement, lorsqu’il rouvrit les yeux, ce fut pour se trouver en serviette de bain autour de la taille, humide de la tête au pire. Ah, Fenrir avait décidé de lui faire prendre une douche. Trop aimable de sa part. Pour le coup, le métis ne savait pas trop comment le prendre. Mais après un sourire un peu agacé, il rentra dans sa chambre, se sécha sommairement, enfila des habits de façon aléatoire et se coucha sur son lit, sans aucune classe. Il ne voulait plus qu’on le dérange. Il était bien là. Enfin, bien était un grand mot mais en tout cas, il se sentait un peu anesthésié de sa peine, la tête dans l’oreiller.

Il n’entendit –ou ne voulut pas entendre- les coups à sa porte, une vingtaine de minutes plus tard. Au final, il n’ouvrit réellement les yeux que lorsqu’un filet de lumière filtra depuis sa porte, laissant une silhouette se dégager au milieu de la clarté agressant ses iris. Il se redressa sur le bord de son lit, obligé de fermer un œil pour ne pas souffrir trop de la nouvelle luminosité. Il eut tout de même un sourire fin sur le bout des lèvres.

« Ah, Mary…. Bonjour. »

Il essayait de rester courtois et pas trop agressif non plus, ça ne lui aurait servi à rien. Et puis bon, il n’en avait même pas envie. Il était comme... Résigné.

© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Sam 27 Sep - 23:22


« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

« Ah, Mary…. Bonjour. »

Boboum, boboum. Son cœur s'emballe d'un coup. Elle était partagée entre le soulagement de le voir envie -Et presque intacte- et une grosse envie de pleurer. Meh. Clairement, cette envie de venait pas d'elle, à proprement parler. Même la chambre respirait l'envie de prendre un tabouret et une corde ; triste, sombre et incroyablement vide. Enfin à la fois vide et en bordel, comme s'il manquait un peu de vie dans cet espace. Apparemment il n'était pas revenu ici depuis fort longtemps. Boboom, boboom. Elle prit une grande respiration, puis se décala du rayon de lumière pour s'avancer vers lui, refermant la porte au passage, replongeant dans le noir complet la petite chambre de celui surnommé « La Bête ». S'approchant de la petite fenêtre, elle entrouvrit les rideaux, assez pour découvrir un rayon de lumière doublement plus grand que celui de la porte, mais pas assez pour rendre le garçon complètement aveugle.

En se retournant, elle vit que le jeune homme était … Complètement torse poil. Ah. Okay. Bon on va calmer tout de suite les ardeurs là, bien sûr elle n'avait plus vu d'homme légèrement à poil depuis un petit moment -Le temps passe vite quand l'apocalypse s'abat dans une ville-, m'enfin quand même quoi, elle ne va pas se laisser perturber par « si peu ». Bref. Elle prit une chaise, dont elle poussa les différents affaires posés dessus d'une main, la traîna près de la fenêtre, et s'assit dessus. Elle le fixa, longtemps, avec ses grands yeux bicolores, installant un climat un peu étrange, comme si elle tentait de lire en lui … Mais inconsciemment. Elle le fixait juste parce qu'elle ne savait pas quoi dire. Sincèrement, cette ambiance pesante commençait déjà à l'emmerder profondément. Sortant de nouveau son paquet de clope, elle entrouvrit la fenêtre légèrement, faisant entrer une petite brise un peu tiède.

« J'peux ? Tiens si tu en veux une ... »

Tout en disant ça elle posa le paquet à côté du jeune homme. Sortant son briquet, elle alluma sa clope puis posa sa main contre l'appui de fenêtre, laissant la fumée s'échapper au dehors. Bon. Qu'est ce qu'elle pouvait dire, maintenant qu'elle était là ? Déjà, elle pouvait se « réjouir » qu'il ne l'ait pas foutu dehors dès qu'il l'avait vu … Chose qu'elle aurait pu comprendre, surtout vu leur relation plus que tendu et ambiguë. Et surtout … Son manque de réaction en la voyant la déstabilisait. Sincèrement elle s'attendait à tout … Sauf à ça. Comme si André avait abandonné et quelque part, cela collait avec les sentiments qu'elle ressentait. Elle tourna de nouveau les yeux vers lui et, comme une aiguille dans le cœur, elle entendit un nom résonner dans son esprit.
Ah. Oui. Forcément.

« Mmmh … Euh … Ça pas été facile ces derniers temps … Non ? »

Et. Merde. Ça lui allait vraiment pas d'être … Sociable. Elle venait probablement de mettre les deux pieds dans le plat du cœur d'André. Bien. Mais en même temps elle n'arrivait pas à faire la sourde oreille à ce qu'elle ressentait. La bataille lui avait apporté au moins une chose, son pouvoir était devenu bien plus contrôlable, bien plus « calme ». Elle pouvait l'intensifier plus facilement, bien qu'il restait assez instable surtout lorsqu'elle est en colère ou réellement triste et affaiblie. Mais pour le moment, ça allait, à peu près.

« Je sais que depuis que tout ça s'est calmé … On s'est pas vraiment recroisé. Et je tenais à m'excuser pour certains trucs un peu con que j'ai fais ou dit avant toute cette merde. Ouai, ouai je crois que c'est le mot, désolée. »

Boboom.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 2:46


« La force de l'amour paraît dans la souffrance. »
Mary & André

André était comme un naufragé, perdu en plein ténèbres épais et desquels il ne percevait ni son, ni lumière. Presque. Quelque part, il ne voulait pas abandonner comme ça, se résigner. Ca ne lui ressemblait pas. Il le savait mieux que personne. Mais c’était comme si ses jambes refusaient de le porter plus avant, pour aller ne serait-ce qu’effleurer la lueur qu’il apercevait au loin, du bout des doigts. Non, ça lui était impossible. Dans l’état actuel des choses, de toute manière, il ne pourrait pas se redresser par ses propres moyens. Il avait même songé au suicide, c’est dire. Ça l’avait dégouté de lui-même, soit dit en passant.

On ne pouvait cependant pas –trop- lui en vouloir pour cela. Il avait tout accumulé en lui et maintenant, tout explosait comme un barrage qui aurait céder face au poids de milliards de litres d’eau. Le Russianov avait ses faiblesses, comme tout le monde. Et là, de repenser à sa mère disparue, à tous les gens qu’il avait perdu et plus récemment à Xia, ça l’avait achevé. Etrangement, le fait de n’avoir pas pu être d’une aide probante durant la bataille l’avait également affecté plus qu’il ne l’aurait pensé. Logiquement, il n’aurait pas dû se sentir concerné par les problèmes des gens d’ici. Il l’avait toujours dit, que ce n’était là qu’un regroupement de monstres et rien de plus, que ça ne servait à rien d’essayer de devenir un héros ou quoi que ce soit dans ce genre. Il avait martelé ces mots, ces phrases, si fort que maintenant, il se les reprenait ne pleine face. La théorie n’était pas toujours la meilleure des options et André comprenait petit à petit, maintenant, qu’il s’était attaché à ce lieu et aux personnes qui y vivaient. Tout ça à cause de Xia. Elle l’avait abandonné. Il le vivait comme une très douloureuse trahison et, à vrai dire, y repenser ne lui fit que davantage de mal encore. Il secoua la tête, tâchant d’éclaircir son esprit.

Il appréciait d’autant plus la présence de Mary qu’il avait eu étrangement envie de la voir, récemment, sans pour autant pouvoir – ou vouloir – se l’expliquer. Ça aussi, ça restait un mystère. Bon, il avait tenté de lui envoyer un message mais son portable l’avait trollé sans jamais l’envoyer m’enfin.

L’important c’était que leurs chemins se recroisent maintenant. Il réalisa qu’il aurait peut-être du ranger sa chambre, au final mais même s’il l’avait voulu, il savait que la majorité des choses qu’il aurait entreprit aujourd’hui se seraient soldées par un échec. Tant pis, autant ne pas regretter. Cependant, se sentant étrangement ma à l’aise d’être ainsi torse nu devant l’américaine, le métis attrapa l’un de ses T-shirt et l’enfila, masquant par la même occasion la cicatrice croisée qui marquait son torse, porte d’entrée de Fenrir dans son corps.

Il se mit debout et se rapprocha de la jeune femme, l’écoutant lui parler. Hum, que dire à par l’évidence même ? Andr2 ne savait pas. Il refusa aussi poliment que possible la cigarette, argumentant qu’il voulait essayer d’arrêter. Qui lui avait mis cette idée saugrenue dans la tête, déjà ? Il ne s’en souvenait même pas. André changeait. André voulait changer. Mais c’était difficile et douloureux. Il déglutit, ne croisant le regard vairon de Mary que lorsque celle-ci l’étonna de par ses ‘excuses’. Ah oui, c’est vrai, depuis la mission Atlantide qui avait été un échec, ils ne s’étaient plus revus.

« Pas grave je… je ne suis pas mieux, au fond. »

Il se racla la gorge, essayant de continuer la discussion. Il en avait envie.

« Tu… as réussi à retrouver tout le monde ? »

Lui, beaucoup de gens de son entourage avait disparu. Diana, Nikki et même sa tante, Katherine. Impossible de savoir ce qu’elles étaient devenues. Et ça l’angoissait. Plus qu’il n’aurait jamais voulu l’admettre, en fait. Ses yeux devinrent encore humides à leur souvenir.

© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 3:30


« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

Refusant sa proposition, la jeune fille remit son paquet dans sa poche, en silence. Bon. Cela la surprenait, il faut le dire ; elle qui a toujours connu l'odeur un peu enfumé autour du jeune homme, cette odeur particulière quand elle repartait sans même un mot de chez lui, après « tout ça » c'était étrange de l'entendre dire ça, de se trouver là, à discuter comme si tout allait « bien » alors que non, rien allait. Du tout. Mais elle n'ajouta rien, si ce n'est un geste de la tête puis repousser discrètement sa main encore plus loin, passant carrément à l'extérieur, empêchant la fumée d'entrer dans la chambre. Elle tourna la tête lorsque le jeune homme se rhabilla, comme consciente qu'elle le mettait mal à l'aise ; non en faite elle le savait, elle l'avait sentit. Ce don pouvait se révéler parfois très pratique et d'autre fois un peu envahissant. Mais bon. Elle pourrait simplement remettre son bandeau … Mais elle n'avait pas envie de retourner à la « Mary qui a peur de son pouvoir ». Elle sentit que la présence d'André se faisait plus proche, et elle remerciait le ciel que la chambre soit dans la pénombre, car en vrai elle devait ressembler à une tomate avec des yeux bicolores.

« Pas grave je… je ne suis pas mieux, au fond.

Je pense qu'au vu de ce qui s'est passé, on ne va pas faire un concours de qui est le plus pathétique ; personne ne gagnerait et personne ne perdrait. »

C'était dit d'un ton un peu sec, mais pas vraiment envers lui, plutôt … Une impression générale. Tout le monde avait « perdu » dans cette guerre ; des proches, de la famille, ou même simplement des dégâts physiques et mentaux. Oui, Dark était mort, oui, la menace était loin maintenant, mais lorsque Mary était dans son lit d’hôpital, elle se demandait parfois à quoi cela avait servit, si ce n'est de protéger ce qui reste de l'école et rendre hommage à la mémoire de Damage. Combien de personnes étaient mortes, blessées ou affaiblies aujourd'hui ? C'était, dans son esprit, à la fois triste et réaliste : personne ne peut gagner totalement dans un combat. Personne. Et c'est justement cela qui empêche parfois les Hommes de se faire la guerre, la peur de perdre. Alors qu'elle digressait dans sa tête, elle sentit André se poser près de la jeune fille, qui tourna les yeux vers lui. Elle l'avait vu, André fuit littéralement son regard, mais elle fit comme si de rien était.

« Tu… as réussi à retrouver tout le monde ? »

Silence. Elle porta sa cigarette aux lèvres, avec des gestes lents et un peu mécaniques, relâchant la fumée vers la fenêtre avant de se tourner de nouveau vers lui. D'une voix toujours aussi roque, et un peu basse, elle dit ainsi

« A vrai dire … Tu es la première personne que je vois depuis que j'ai été emmené à l’hôpital. Voir même depuis que je me suis réveillée après la bataille. »

De nouveau, elle laissa un léger silence s'installer, avant de reprendre

« Après … Après la mort de Dark Hours, j'ai sombré dans un état de fatigue avancé. J'ai tellement puisé dans mon pouvoir que j'ai littéralement tout lâché ; mon corps avec. C'était dur, je me souviens de rien si ce n'est que j'étais encore plus lamentable que quand je suis en manque. Une putain de tâche. Je … Je crois que c'est Roxane qui m'a emmené quelque part, le temps que je sorte de tout ça, puis j'ai été emmené à l’hôpital. Depuis j'ai pas de nouvelle, rien, que dalle. Je sais même pas s'ils ont survécu à leurs blessures. »

Mary n'avait jamais autant parler depuis bien longtemps et … Cela faisait du bien. Elle savait que parler de cela à quelqu'un qui était déjà au fond du trou n'était pas la meilleure idée du monde, mais elle avait besoin de parler à quelqu'un. C'est tout. Et pourquoi André ? Elle préférait ne même pas y penser, pas pour le moment. Elle porta de nouveau sa cigarette aux lèvres, puis elle se tut, comme pour retarder ce qui lui brûlait les lèvres.

« Écoute … Je sais que je n'aurais peut-être pas dû venir. T'as perdu beaucoup plus que moi dans cette bataille ; j'ai pas d'attaches et plus de famille, là où toi t'avais quelqu'un. Mais … Je m'inquiétais de savoir ce que tu étais devenu, voilà. »

La bombe était lâchée, les sujets qui fâchent étaient abordés.

« Et … Je suis désolée pour ta copine. »

Peut-être même un peu trop abordés.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 5:45

C'est un SOS, je suis touché, je suis à terre
Entends-tu ma détresse, y'a t-il quelqu'un?
Je sens qu'j'me perds

Je suis tombé tellement bas
Que plus personne ne me voit
Combattu le vide et le froid, le froid
J'aimerais revenir, j'n'y arrive pas
J'aimerais revenir

Je suis rien, je suis personne
J'ai toute ma peine comme royaume
Une seule larme m'emprisonne
Voir la lumière entre les barreaux
Et regarder comme le ciel est beau
Entends-tu ma voix qui résonne?




« La force de l'amour paraît dans la souffrance.  »
Mary & André

Il ne s’était pas attendu à ce genre de chose lui tombant sur le coin de la gueule. Quand bien même il n’aurait plus dû être surprit par rien, André avait tout de même tiqué aux mots de Maryline. Enfin, déjà, la froideur apparente de sa première réponse lui avait coupé un peu l’envie de continuer la conversation – si tant est que l’on puisse désigner cette chose de la sorte- mais il avait décidé en fin de compte de passer outre et avait préféré se dire que, finalement ce n’était pas si incohérent que ça, une réaction pareil. Un mois auparavant, sans toute cette merde en puissance, il aurait sans doute réagit de la même manière. Sauf qu’en peu de temps, il avait changé du tout au tout. Lui-même ne savait plus trop prédire ce qu’il allait dire ou faire.

Fenrir parut se réveiller à ce moment-là, lui tirant une grimace inconfortable. Il avait l’impression que ses côtes s’étaient brusquement soulevées et c’était pour le moins… désagréable. Mais il prit sur lui en dépit de la douleur qui se diffusait maintenant en lui et sentit son sang battre plus vite et plus fort dans ses veines. Au fond, il aurait voulu hurler sa peine, mais il ne pouvait s’y résoudre. Comme si quelque chose chez était rouillé. Ou au moins un peu bloqué. Sauf qu’il ne savait pas quoi. Peut-être que savoir lui ferait encore plus mal que son actuelle situation alors il ne trouvait pas le courage de combattre la stagnation. Il ne put réprimer un frisson. Il souffla fort.

L’américaine était décidément très bavarde. André ne l’avait jamais connu comme ça, auparavant. Ce n’était pas foncièrement un mal. Le silence peut-être d’or mais dans le cas présent, il tue plus qu’il ne panse. Ainsi, il apprit que l’empathique s’était battue au péril de sa vie. Et lui, qu’avait-il fait ? Oh, certes, il avait attaqué aussi, mais sans réfléchir. On avait voulu le ramasser complétement sonné contre un bâtiment à moitié détruit qui menaçait de s’effondrer sur lui mais il s’était sauvé, encore. Le crâne à moitié en sang, il était allé vomir de la bile un peu plus loin, ne parvenant pas à accuser le choc qu’il s’était pris sur le coin de la gueule. Il ne se souvenait même plus de qui l’avait mis dans un tel état pour dire vrai. Et il ne voulait pas savoir, ça aussi. Il se sentait déjà suffisamment pathétique de n’avoir pu faire davantage et d’avoir perdu celle qu’il pensait aimer, mais si en plus il se souvenait de tout maintenant, quelque chose lui disait que ce n’aurait pas été la meilleure chose susceptible de lui arriver.
Justement, en parlant de Xia, voici que Maryline y fait allusion.

Désolée ? Ah, ça arrache un sourire amer et un soupir du même acabit au Russianov. Franchement, ce n’était pas un peu hypocrite, tout ça ?

« Tch, comme si son sort pouvait t’intéresser… »

Il s’éloigna alors un peu. Dire qu’il avait été heureux de voir l’Owens. Finalement, elle n’aurait peut-être effectivement pas dû venir, se disait-il. André prit place sur le rebord de son lit, encore. Le souvenir du visage de la métisse dans le crâne, il se prit la tête entre les mains.

« …Si encore je savais qu’elle était morte ou qu’elle ne voulait plus me voir, je serais fixé, je crois… »

Et puis un sanglot. Et un autre.

« Mais je ne sais même pas… »

Et encore un autre. Faiblesse. Craquage. Fissure de l’âme.


© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 6:17

Dans les jeux de l'étreinte
Dans les maux les complaintes
Dans la contestation,
Les fausses rebellions,
Dans le faux, dans le vrai,
Dans la sécurité
Ne me laisse pas
Ne me laisse pas.



« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

« Tch, comme si son sort pouvait t’intéresser… »

Aïe. Comme un coup dans la mâchoire, la jeune fille crissa des dents subitement. Ouai, c'est pas très agréable, mais en temps, il n'avait pas tord. Pourquoi avait-elle dit ça ? Peut-être parce qu'elle voyait qu'André n'allait pas bien, qu'elle ne savait pas quoi dire, comment le réconforter, simplement. Et au fond, oui, elle ne s'intéressait pas à cette fille. Pour autant, elle ne la détestait pas ; elle représentait juste tout ce qu'elle aurait aimé être : jolie, douce, agréable, mystérieuse … Pas comme Mary, qui encore aujourd'hui n'arrive pas à croiser son regard dans la glace sans hurler ou se dégoûter. Quand elle se voyait, elle voyait « Mary la junkee », « Mary la prostituée », « Mary sans famille et sans repère », celle que personne n'aime en faite, même pas elle-même. Lui, il l'aimait, probablement, et c'était réciproque. Putain, qu'est ce qu'elle déteste les couples, qui ne sont que des reflets de sa propre solitude. Elle sentait l'étreinte autour de sa cigarette se resserrer petit à petit, ses dents se crispaient et son souffle devenait irrégulier. Mais elle encaisse, elle le peut, elle le doit.

« …Si encore je savais qu’elle était morte ou qu’elle ne voulait plus me voir, je serais fixé, je crois… »

Boboom.

« Mais je ne sais même pas… »

Crac. D'ici on entendait le bruit que faisait le cœur d'André, et ce bruit résonna dans la tête de Mary. Trop de choses tournaient, encore et encore ; Xia, sa famille, le combat, la tristesse, la rage, la haine, et surtout un défaitisme latent et palpable même sans son don. Plus rien ne bougeait autour d'eux, comme si le temps ralentissait petit à petit. Mary fixait André, assit sur le lit, le visage dans les mains, les larmes sur les joues, et elle sentait son cœur qui ratait des battements, comme lorsqu'on rate une marche dans les escaliers. Il faisait un bruit terrible, une mécanique mal huilé, et elle ne comprenait pas ce qui se passait. Dans l'instant, elle voulait partir, rester, le consoler, hurler, pleurer et en même temps frapper fort, où que ce soit. Mais ses jambes semblaient lourdes, immobiles, recroquevillés contre-elle, comme pour se protéger de ce qu'elle ressentait.

Merde. Merde. C'était pas le moment de craquer. Mais les sentiments d'André mêlés aux siens la rendait folle, surtout qu'elle ne sait pas ce qu'elle ressent. Pourquoi elle s'inquiète pour cet idiot, ce gars qui n'était -A la base- qu'un petit dealer qui faisait son malin, qui profitait d'elle comme elle profitait de lui et de son réseau ? Pourquoi elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir les larmes qui coulent lorsqu'elle le regardait pleurer ? Et puis merde, elle craque, elle lâche, encore.
Dans un mouvement rapide, elle lâcha sa cigarette qui tomba dehors, puis attrapa André par les épaules, et, avec une force totalement démesurée, elle le plaqua contre le mur, dans un grand boum presque synchronisé avec son cœur.

« PUTAIN. T'imagines même pas … Combien … Combien … »

Les larmes se faisaient torrent sur son visage, et elle secouait André contre le mur, le tenant de toute ses forces par les épaules. Elle continuait, haletant, sanglotant comme lui, avant de relever les yeux vers lui, des yeux animés par une profonde tristesse et en même temps une espèce de flamme étrange

« T'imagines pas … Combien ça fait mal … De te voir pleurer ... »

Boboom.

« De te voir pleurer … Sur une autre … Alors que j'uis là … J'UIS VENUE POUR TOI DUCON. »

Elle serra les dents. Elle regrettait déjà ce qu'elle venait de dire, et pourtant … Merde, elle le pensait au fond d'elle-même. Son cœur débordait, et petit à petit il répandait partout le trop plein, sans prévenir, sans qu'elle puisse le contrôler. Ses sentiments, son don et cette ambiance l'avait poussé à bout, comme si des dizaines de milliers de piques lui perçaient le cœur. Elle arrêta de secouer André, relâchant son étreinte sur ses épaules et posant son front sur son torse -Dieu qu'il était plus grand qu'elle. Elle pleurait, et sur son crâne elle sentait les larmes de l'homme qui la mettait dans un tel état.

« Qu'est ce qui faut que je fasse, hein … Je veux pas profiter de toi, alors que tu vas mal … Mais putain, je peux plus … Je peux plus faire semblant, André. Je suis fatiguée. »

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 7:19


« La force de l'amour paraît dans la souffrance.  »
Mary & André

Alors là, si on lui avait dit ce qui allait se passer dix minutes avant, André n’y aurait pas cru une seule seconde. Pire, il aurait ri au nez de la personne qui lui aurait fait un tel aveu, justement. Malgré sa nature empathique, il ne possédait pas de don exacerbé comme Maryline et en ce moment, la déprime prenait le pas sur tout ce qui faisait qu’il était lui. Il ne pouvait plus raisonner convenablement, il ne pouvait plus réfléchir. Il n’y avait plus que son instinct pour fonctionner encore quelque peu. Et pour le moment il était bien incapable de savoir quand s’arrêter, quand fermer sa grande gueule pour ne pas blesser autrui autant que lui l’était. Les vannes de sa peine étaient grandes ouvertes et il peinait à les refermer. Non, en fait, il luttait vainement à contrecourant, sans savoir si maintenir la tête hors de l’eau était encore utile à quelque chose.

Pourtant, même ne se laissant couler, il pouvait toujours ressentir la douleur. Et là, d’être projeté contre le mur le plus proche et secouer par les épaules n’était pas franchement quelque chose d’agréable. En dépit de cela, en dépit de ce qu’il ne comprenait pas, André sentait son cœur et ses poumons faire un bond dans son thorax. Comme si, brusquement, perdu au milieu d’un océan de noirceur, il entrevoyait la lumière d’un phare pour le guider. Et à chaque secousse, la lueur paraissait se rapprocher. Le Russianov était perdu entre deux eaux, deux mystères. Il capta enfin ce qui se passait lorsque la tête de l’américaine se posa sur son torse.

Elle paraissait si… fragile, là, tout de suite. Si perdue et prête à se briser en mille morceaux. Le métis prit une grande inspiration. La déprime commençait à s’évaporer brusquement. Les larmes continuaient de strier ses joues et pourtant, il avait envie d’agir, pour la première fois depuis le début de la fin des récents évènements. Tout doucement, il remonta ses bras et entoura Mary entre eux. Il ne savait pas vraiment comme s’exprimer, alors il se dit que laisser filer les mots qui voulaient bien sortir de sa gorge serait encore la meilleure des solutions. Et tant pis pour la suite. Tout ce qui comptait, c’était maintenant. Juste maintenant. Il aviserait ensuite.

« Je… J’suis désolé Mary. J’pensais pas… »

Il ne pensait pas à quoi ? Difficile à dire ou à cerner. André n’était pour le moment sûr et certain que d’une chose, c’était que la présence de la jeune femme lui faisait un bien fou. C’était peut-être triste à dire, mais depuis qu’ils avaient rongés la distance qui les séparait, l’expatrié sentait son corps se réchauffer, fibre par fibre. Et ce n’était pas désagréable. Bien sûr, le souvenir de Xia persistait mais… mais André n’avait plus envie de se morfondre. Pas dans l’instant. Pas alors qu’elle était là, avec lui. Non. Il ne voulait plus.

« Tu t’es battue, toi, tu as eu l’occasion de prouver ta valeur, de protéger les gens. Moi je… Je n’ai même pas pu me battre vraiment. Juste une fois. Et je me suis fait lamentablement écrasé. T’es forte. Plus que moi. Crois-moi, Mary. Et je pense que tu as donné suffisamment de toi pour le moment. »

Il resserra son étreinte, juste un peu.

« …Reste ici te reposer si tu veux. »

Il parlait naturellement, sans chercher à se restreindre.



© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 8:01

Whatever I feel for you
You only seem to care about you
Is there any chance you could see me too?
Cause I love you



« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

« Je… J’suis désolé Mary. J’pensais pas… »

Et non, tu pensais pas, alors qu'elle, elle pensait trop, beaucoup trop. Un jour peut-être arrivera-t-elle à s'aligner un peu avec les autres, à ne pas avoir l'impression de marcher trop vite ou trop lentement par rapport au reste du monde. Peut-être qu'elle apprendra à ralentir ce débordement de sentiments, elle qui ne ressentait plus rien depuis des années, elle qui avait abandonnée l'espoir de vivre, d'avoir une famille, d'aimer, d'avoir le droit de flancher, de pleurer, simplement. Elle pleurait, bien sûr, certains soirs, mais dans son coin, seule, comme toujours. Et pourtant … Et pourtant. Elle avait le droit de dire qu'elle allait mal, de pleurer en libérant son cœur du surpoids de ses émotions. Mais elle s'en empêchait, masochiste qu'elle était et qu'elle est. L'étreinte d'André autour d'elle refit battre son cœur vite, très vite, trop vite … Son propre poids -Alors qu'elle avait tant perdu ces derniers mois- lui semblait d'un coup trop lourd pour ses petites jambes fatiguées, mais elle tenait tant bien que mal. Et pour le moment, la sensation des bras d'André ne lui était pas si désagréable que dans ses souvenirs.

« Tu t’es battue, toi, tu as eu l’occasion de prouver ta valeur, de protéger les gens. Moi je… Je n’ai même pas pu me battre vraiment. Juste une fois. Et je me suis fait lamentablement écrasé. T’es forte. Plus que moi. Crois-moi, Mary. Et je pense que tu as donné suffisamment de toi pour le moment. »

L'étreinte se resserrait légèrement, mais Mary n'avait pas mal, non, c'était plutôt comme d'être dans du coton. C'était vraiment agréable, bien plus que son lit d’hôpital.

« Je me suis battue … Mais je savais d'avance qu'on perdrait tellement. Regarde l'école, regarde nous un peu … Et après ce qui s'est passé pendant la mission … Je suis contente de te savoir sain et sauf. Et je sais … Que tu as combattu certains de tes démons et ça, c'est déjà pas si mal, hein ? »

C'était une question rhétorique. Mais elle était sincère ; elle savait ce qui s'était passé, car les flashs, les fragments des souvenirs d'André lui était parvenu. Elle savait pour son père, pour tout en faite, mais elle n'osait en parler, de peur de le brusquer, de l'énerver ou pire … Ses larmes, étrangement, continuaient à couler mais plus lentement, comme si elle commençait à se sentir un peu mieux. Mais ses sentiments étaient encore confus ; elle qui, il y a quelques temps, aurait fuit ce contact avec lui, maintenant, elle sentait son corps le réclamer et cela l'effrayait. Elle ne maîtrisait pas ce qu'elle ressentait et c'était l'erreur qu'elle ne voulait surtout pas faire …

« …Reste ici te reposer si tu veux. »

« Ici » ? Avec lui, là, ici, là ? Ola. Son cœur rata de nouveau un battement avant de reprendre encore plus vite. Elle sentait ses lèvres trembler légèrement, comme si elle contenait quelque chose de si gros, de si intense qu'elle en tremblait. Dans sa tête, c'était confus ; depuis la bataille, elle avait essayer de ne pas penser à lui, à tout ça, à ce qu'elle pouvait ressentir. Sa frustration de le voir sourire à une autre, le fait de s'éloigner, comme avec Arnaud il y a longtemps, devenir indésirable et se sentir rejetée, tout cela n'avait pas de sens pour elle. La tristesse et la honte qu'elle avait ressentit lors de sa crise de manque, le jour où il l'a vu tellement vulnérable et faible, ce n'était pas parce qu'elle était justement vulnérable et faible mais parce que c'était lui. Et puis depuis, plus rien. Elle avait combattue pour elle, pour Roxane, pour ceux qu'elle estimait -Plutôt qu'aimer-, et pour ne pas voir le peu d'équilibre qu'elle avait être réduit à néant.

Et là, elle se retrouvait dans ses bras. Mais elle se sentait mal, elle ne voulait pas … Alors qu'il pleurait sa copine disparue, elle se sentirait si misérable. Mais elle ne contrôlait plus vraiment ce qu'elle ressentait, c'était un putain de Maelström dans sa tête. Lentement, comme si ses bras et le reste de son corps agissait totalement indépendamment de sa tête, elle s'éloigna doucement d'André, tenant ses bras de ses deux mains, doucement et sans aucune violence. La tête baissée vers le sol, elle dit d'une voix subitement fragile et tremblotante

« Écoute … Je peux plus. Je peux plus faire semblant, m'effacer et rien dire. J'ai passé tant … Tant de temps à me demander pourquoi, pourquoi j'arrivais pas à passer à autre chose. J'pensais que c'était parce qu'on avait … Ce lien chelou, celui d'une tox' et de son dealer. Mais nan. C'est pas ça. Et là … Je sais que c'est dégueulasse, mais je peux plus me taire. »

Elle se rapprocha de nouveau, d'un petit pas, se collant presque au jeune homme, mais la tête toujours baissée.

« J'te dirais pas ça plusieurs fois. Et j'sens que je vais le regretter amèrement, mais merde. »

Elle releva subitement la tête puis, de ses bras, elle enlaça le cou d'André et l'embrassa, sans prévenir, ses yeux vairons fermés, les larmes rendant ses lèvres légèrement humides et tièdes. Son corps encore tremblant collait celui du jeune homme, et elle compensait leur différence de taille en se mettant sur la pointe des pieds. Les secondes devenaient de longues minutes dans son esprit, et lorsqu'elle retira ses lèvres, elle ajouta d'une voix minuscule et tremblante

« Je t'aime, idiot. »

Voilà, c'était dit.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 8:29


« La force de l'amour paraît dans la souffrance.  »
Mary & André


Les sentiments, c’est compliqué à comprendre, à analyser, à ressentir. A vrai dire, si l’on n’est pas directement dans le corps de la personne concernée, on ne peut comprendre le dilemme auquel elle est en proie. On peut s’approcher d’une sorte de vague compréhension, mais jamais totalement. Et de toutes les émotions dont l’être humain est capable, celle qui exacerbe ce qui s’appelle l’Amour est la plus complexe. Elle ne donne ni indice ni rien sur la personne que l’on peut aimer. Ça tombe sur le coin de la gueule, un jour, comme ça. Exactement comme pour André, là, tout de suite.

Il avait cru connaître ça avec Xia. Mais là, ce qu’il ressentait dans ses veines, sous sa peau, c’était encore plus fort. Il ne se l’expliquait pas, il ne voulait pas se l’expliquer. Tout ce qu’il souhaitait, c’était agir sur un coup de tête. Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas foncé comme un bélier avant de réfléchir et ça lui manquait. Vraiment. Être libre, se sentir tout sauf prisonnier de mouvements préprogrammés, c’était ça qu’il recherchait. Cette sensation envahissait ses os, brulait les pensées sombres et faisait battre son cœur encore et toujours plus fort. André redevenait lui-même.

En ayant Mary dans ses bras il avait commencé à le réaliser. Mais là, c’était encore autre chose. Ses yeux verts, malgré l’obscurité, avaient rencontrés leurs jumeaux vairons. Et il avait vu. Il avait compris. Il se sentait… étrange. Pa mal, pas bien, juste… étrange. Mais il ne voulait pas gommer cette impression immédiatement. André voulait la laisser perdurer. Juste un petit peu plus longtemps, pour se convaincre que ça pouvait continuer à aller et que rien ne pourrait de nouveau le coucher plus bas que terre ; comme il l’avait été avant l’arrivée de la prodige. Il ferma les yeux, appréciant le contact des lèvres de Mary sur les siennes.

Elle avait raison. Il n’aurait pas dû réagir comme ça, logiquement. En théorie, il aurait dû la repousser pour continuer à pleurer Xia. Oui mais. Justement, il ne voulait pas de ça, de ce scénario sans queue ni tête. Il avait la nette sureté qu’il ne devait pas rester davantage dans l’obscurité de sa chambre et vivre. Vivre. Vivre. Vivre. Même si ça faisait mal. Au final, ça ne le sera jamais plus que de rester solitaire. Et s’il a quelqu’un à ses côtés pour se battre aussi, alors c’était l’idéal.

André reprit sa respiration après avoir rompu le baiser. Inutile de nier, il avait aimé. Pire, il en voulait encore. Il n’était pas rassasié. Ainsi, ses mains prirent en coupe le visage de la jeune femme et à son tour, il s’autorisa une petite phrase.

« Alors reste ici. Reste avec moi. Ne pars pas. Ne me laisse pas. Ne disparais pas. Jamais. »

Car pour toi je ferais ce que je n’ai pas eu le cran de faire pour les autres et je te chercherais. Il aurait voulu ajouter ceci à son commentaire, mais finalement, l’envie fut plus forte que lui et il embrassa à son tour Mary, d’une façon moins innocente qu’elle ne l’avait fait. Puis il encadra ses hanches pour mieux la porter et la souleva, la faisant décoller sur sol. Ils prenaient maintenant appui sur ses deux jambes à lui et ce n’était pas désagréable. André se sentait brusquement revivre. Et sa chaleur, quant à elle, ne faisait que grimper.



© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 9:38

Love is like a sin my love
For the ones that feels it the most
Look at her with her eyes like a flame
She will love you like a fly will never love you, again



« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

Son cœur battait à tout rompre. Elle n'arrivait pas à calmer le flot de sentiments qu'elle ressentait dans son cœur, et sa tête elle lui criait d'arrêter. Mais non. Le mot était dit. Est-ce de l'amour ? Sincèrement, qu'est ce que cela pouvait-il être ? L'envie de le voir, de le prendre dans ses bras, de lui parler, de le voir sourire, souffrir mais prendre sur soi, et surtout cette sensation étrange qui se glisse sous ta peau pour finalement répandre un sentiment à la fois agréable et piquant. Tout, tout chez lui était agréable ; ses lèvres qu'elle avait déjà touché qui maintenant lui semblait si douce et agréable, sa peau, ses yeux, tout. C'était terrible, car elle ne voulait pas ressentir ça et en même temps elle ne pouvait plus nager à contre-courant de ses propres émotions ; il fallait mettre un pied-à-terre. Lorsqu'elle croisa le regard du jeune homme, ses joues prirent une jolie teinte rouge, et ses yeux vairons brillaient, encore légèrement humides de quelques larmes … Des larmes de joie ? Elle sentit les mains d'André sur son visage, des mains grandes et douces.

« Alors reste ici. Reste avec moi. Ne pars pas. Ne me laisse pas. Ne disparais pas. Jamais. »

Étonnamment, il ne la rejetait pas. Elle ne comprit pas tout de suite pourquoi ; lui qui semblait si triste, si blessé dans son cœur par la disparition de Xia, maintenant il la regardait droit dans les yeux, comme s'il n'y avait rien d'autre qui comptait, là, maintenant. Et elle le sentait, elle sentait une vague … Une vague d'amour qui envahissait son cœur et son âme, un amour sincère, violent mais aussi fort, très fort. Pourquoi n'avait-elle pas ressentit ça lorsqu'il était avec Xia ? Ou même, pourquoi ? Pourquoi elle, pourquoi pas une autre ? Et malgré tout, elle jeta au feu toutes ces questions débiles qui lui pourrissaient la vie depuis trop longtemps.

Puis, de nouveau, elle sentit les lèvres d'André contre les siennes, mais avec plus de force et surtout beaucoup moins de pudeur que celui de Mary. Elle avait l'impression de manquer d'air, et en même temps elle préférerait mourir d'asphyxie plutôt que d'interrompre ce baiser. D'un coup, elle sentit ses jambes quitter le sol, les mains du jeune homme sur ses hanches la fit frissonner légèrement. Elle n'avait jamais connu ce genre de sensation ; bien sûr elle était loin d'être pure et innocente, surtout au vu de son passif, mais pour elle, l'amour comme le sexe étaient étroitement liés à l'argent. Pas à quelque chose qui se partage ou qui se ressent vraiment. Elle resserra ses jambes autour d'André, comme si elle avait peur de le lâcher -Et dans un sens, c'était le cas-. Redonnant encore plus de force à son baiser, elle accentua son étreinte autour du cou du jeune homme, oubliant tout ce qui se passait autour d'eux.

Elle interrompit de nouveau ce baiser, puis réfugia sa tête dans le cou d'André, son souffle chaud passait entre son cou et son épaule, la jeune fille haletait légèrement. Enfouie, elle versa de nouveau quelques larmes puis elle dit d'une voix étouffée

« Je suis venue te chercher, pour rien au monde je ne voudrais te quitter. »

Puis, retirant sa tête du coup du jeune homme, elle lâcha son étreinte autour de son cou et retira de ses deux mains son tee-shirt, devenu un peu trop encombrant pour elle. Rougissante comme si elle n'avait jamais été nue devant un homme -Haha-, elle fuit un peu le regard du jeune homme. Son ventre, son dos et ses bras étaient couvert de cicatrices plus ou moins grandes, plus ou moins marquées, et certaines semblaient très très anciennes. Ce corps, qu'elle avait maintes fois exposés, cette fois-ci, la rendait un peu honteuse et confuse ; elle était loin d'être un de ces canons de beauté que l'on voit dans le mannequinat.

« Pardon … J'ai encore pas mal de cicatrices … »

Dit-elle d'une voix un peu timide -Une nouveauté chez elle-, avant de reprendre là où elle avait interrompu le langoureux baiser. C'était étrange, mais tout lui semblait si agréable à l'instant ; et d'ailleurs elle remarqua comme un léger goût sucré dans la bouche du jeune homme. Oui oui, c'était vraiment le moment pour ce genre de chose. Puis, un peu plus fébrilement, elle retira le tee-shirt du jeune homme, le jetant au hasard sans même lui accorder un regard, avant de se coller de nouveau contre lui, avec sa peau devenu chaude et légèrement moite qui se mélangeait avec celle du jeune Russianov.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Dim 28 Sep - 10:06

[WARNING! ICI LE RP PREND RÉELLEMENT UNE TOURNURE +18. SI VOUS NE SOUHAITEZ PAS LIRE, FERMEZ LA PAGE. NI MARYLINE NI MOI NE POURRONS ÊTRE TENUS POUR RESPONSABLES CAR VOUS AUREZ ÉTÉ PRÉVENUS ♥]


Noche di amore...


« La force de l'amour paraît dans la souffrance.  »
Mary & André


André n’était pas un saint, ni même un exemple. Pour personne. Pas même pour lui. Et si cette question d’éthique avait chatouillé sa conscience il y a peu de temps, maintenant, il n’y avait plus qu’un néant instinctif et vraiment délivrant qui s’exaltait dans sa chaire. Le Russianov ne comptait pas tout couper là, en si bon chemin, alors qu’il était en bonne voie pour tout oublier et tout recommencer. Briser pour mieux reconstruire. Et en passant par le désir charnel, le tout était annihilé. Il ne se posait plus de questions mais irradiait d’un fort sentiment malgré tout, qu’il ne chercha pas à décrypter. Pas maintenant. Pas alors que Mary était avec lui.

C’était étrange à dire, mais André sentait que c’était précisément ce dont il avait eu envie pendant tout ce temps où il ne l’avait pas vue. Pourtant, il s’était déjà sentit très bien en faisant l’amour à Xia, bien sûr. Mais là, c’était encore différent ; comme si c’était d’un niveau… tout autre. Inégalable. Son souffle se perd dans la gorge de sa partenaire, il ferme les yeux, profite de ses sensations qui lui font tellement de bien. C’est sa nouvelle drogue, apparemment. Et il a bien envie de ne pas arrêter sa consommation de sitôt.

André avait toujours été un amateur des femmes. Il les aimait, oui, mais auparavant, ce n’avait jamais été que pour des coups d’un soir et rien de plus. Il prenait, il repartait, parfois même sans dire au revoir ou sans donner son nom, ni rien. Heureusement qu’il se protégeait car sinon il aurait déjà pu se retrouver père sans le savoir. Dieu merci il avait un minima de plombs dans la tête, ce garçon. Quoi qu’il en soit, s’il avait appris l’estime de sa partenaire avec la métisse, ici il sentait que c’était encore quelque chose. Comme nouveau et inédit, pour lui. Et si tout à l’heure, l’inconnu lui faisait peur, présentement il avait tout simplement envie de l’explorer à en perdre la raison. Si Mary était là, il pensait que tout irait bien. Il voulait se raccrocher à cette pensée, à cette possibilité. A cette opportunité de démolir pour être mieux après.

Ils avaient tous les deux des choses horribles dans leurs passifs mais là, ce n’était pas du sexe fait et utilisé uniquement pour faire ‘joli’, pour se ‘détendre’ et puis basta, qui était à prévoir. Non, c’était quelque chose de plus fort, qu’André lui-même n’avait jamais connu. Et ça le dévorait d’en sentir davantage. Alors, lorsque sa compagne s’excusa de son corps, il ne comprit pas. Il la trouvait belle, lui. Le regard des autres, il s’en foutait royalement.

« Qu’est-ce que tu racontes ? »

Il vint ensuite mordiller le cou de la jeune femme avant de se laisser tomber avec elle sur le lit, ne cherchant même pas à défier la gravité. Son souffle était chaud, encore et toujours, alors qu’il expirait sur le derme de son ancienne ‘cliente’. Il l’embrassa encore, savourant le fait de n’être plus que torse nu, contre elle. C’était agréable, cette sensation de peau contre peau. Ça ne lui avait jamais fait ça, auparavant.

« спасибо »

Un simple ‘merci’ en langue slave. Parce qu’elle lui avait dit qu’elle ne le laisserait pas et qu’elle ne réalisait sans doute pas tout ce que ça représentait pour lui. André était prêt à tout recommencer. Tout. Absolument tout. Et si elle était près de lui, surtout maintenant, il se sentait capable d’y parvenir.

Un frisson exquis lui dévora la colonne vertébrale alors qu’il mordillait la clavicule de l’américaine, laissant ses mains, plus tendres qu’elles ne l’avaient jamais été avec qui que ce soit, voguer sur les courbes qui leurs étaient offertes. Des caresses emplies d’une douceur qu’il ignorait posséder se diffusait sur la peau de Mary, visitant ses hanches, faisant des aller-retours entre l’intérieur et l’extérieur du haut de ses jambes, sans brusquer ou forcer.

Pour la première fois depuis très longtemps, André voulait détendre sa partenaire, la faire se sentir ‘bien’ avec lui. C’était un peu nouveau pour lui, il ne savait pas comment s’y prendre. Mais ça lui plaisait malgré tout.


© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Lun 29 Sep - 3:20

[Note : PEGI +18 :3]

Love is like a sin my love
For the ones that feels it the most
Look at her with her eyes like a flame
She will love you like a fly will never love you, again



« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

« Qu’est-ce que tu racontes ? »

Sait pas. Sur le coup, comme ça, elle s'excusait de sa piètre apparence. Est-ce un résidu de son passif ? Après tout, elle a toujours vécu et pensé ainsi ; il fallait être plaisante si elle voulait manger à la fin du mois. Pourtant elle ne se sentait pas « belle », ni vraiment désirable -Paradoxalement-, mais juste assez différente pour attirer les clients. Mais c'était tellement peu comparable ; là où certains ne cherchaient qu'un plaisir éphémère et rapide, ce qui se passait entre elle et André et même juste dans sa tête lui semblait inconnu et au fond … Elle avait un peu peur. C'était comme un renouveau, un recommencement : bien sûr son passé ne s'effacera jamais, mais c'est comme si tout ces hommes, tout ces visages s’estompaient doucement pour laisser place à l'inconnu, un inconnu dans lequel elle plongeait sans trop réfléchir. Les gestes doux et agréables sur son corps, le pouls du Russianov sur son corps, sur sa peau et son regard -A la fois doux et plein d'envie-, tout la rendait folle et son corps réagissait sans même qu'elle ait l'impression de pouvoir le contrôler.

La sensation des lèvres d'André dans son cou lui arracha un léger frémissement et un petit gémissement presque mignon, un peu timide et mal assumé, mais naturel. Elle resserra ses bras autour de son cou, savourant de nouveau un baiser passionné et de moins en moins contrôlé. De ses grands yeux varions, elle le regardait avec un air gêné, un air qui lui donnait presque un visage mignon. Elle regardait son sourire, puis elle passa la main sur son torse, touchant du bout des doigts la cicatrice de Fenrir. Cette cicatrice, elle l'avait déjà vu plusieurs fois, mais elle avait toujours eu peur de la toucher, parce qu'au fond, c'était effrayant de se dire que qu'il y avait derrière cette « simple » cicatrice un loup gigantesque, une espèce de Dieu un petit peu féroce -Si peu-. Mais en même temps, cela faisait partit d'André, et ça ne la dérangeait plus vraiment dans l'immédiat.

« спасибо »

Mary ne comprenait pas vraiment ; c'était sûrement du russe -Faudrait qu'elle s'y mettre tiens-, mais au vu du regard du jeune homme, elle ressentit un peu ce qu'il voulait dire. En faite, la situation lui paraissait encore plus étrange à cause de son don ; les sentiments d'André faisaient écho aux siens, comme s'ils se répondaient parfaitement, mais surtout c'est qu'elle ressentait tout à la fois. Elle tenta du mieux qu'elle le pu de contrôler son pouvoir, mais rien n'y faisait, son cerveau pataugeait totalement dans du coton. Puis elle sentait les mains du Russianov parcourir son corps avec une tendresse telle qu'elle versa une larme ; non pas de tristesse, bien sûr, mais plutôt de joie et surtout parce qu'elle se sentait tellement bien, à cet instant. Comme si sa vie, aussi misérable qu'elle avait été, était loin, si loin qu'elle n'y pensait même plus.

Ce corps dont elle avait honte, ce corps qu'elle cachait en permanence à l'école, c'était ce corps que l'homme qu'elle aimait aimait en retour, caressait avec douceur et en même temps une envie dévorante. C'était elle, telle qu'elle était, avec ses imperfections et ses blessures. Et ce qu'elle ressentait, là, maintenant, était un sentiment tout nouveau : le bonheur. Elle sentait ses mains sur sa poitrine, son ventre, puis de plus en plus bas, la faisant rougir comme jamais. Elle-même profita de ce moment pour parcourir le corps d'André, un peu maladroitement mais avec la même tendresse que lui, passant sa main sur son dos, le creux de ses reins, avant de la poser avec douceur sur son visage qu'elle embrassait encore et encore.

Doucement, elle déboutonna le peu de vêtement qui restait sur la peau du Russianov, à savoir son pantalon. Elle se releva un peu pour le retirer plus facilement, avec un sourire toujours gêné. C'était amusant de la voir ainsi, si fragile, si douce et si calme. Elle en profita ensuite pour inverser les rôles, se mettant au-dessus de lui, parcourant sa peau nu de baisers volés, ses mains au creux des siennes. Puis, prenant appuie avec ses genoux, elle redressa son torse afin de retirer son soutiens-gorge, dernier rempart sur son propre torse. Sa poitrine -Seul avantage pour elle- ainsi découverte la fit légèrement frissonner de nouveau. Elle était là, sur l'homme qu'elle aimait, et elle avait envie de se cacher le visage dans les mains tellement elle se sentait gênée. Mais pas la gêne honteuse, plutôt celle que l'on ressent enfant lorsqu'on part à l'aventure sans autorisation.

Au fond, ce qu'elle faisait était peut-être mal, pour elle, pour André ou Xia, mais elle n'y pensait pas. Pas là, pas maintenant. Elle se pencha de nouveau vers lui, prit une des mains d'André pour la poser sur son sein, et l'autre dans le creux de ses reins, comme une invitation silencieuse, avant de reprendre un long et langoureux baiser, laissant sa main parcourir le bas du corps du jeune homme, sans vraiment de pudeur.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Lun 29 Sep - 5:44

RAPPEL DU +18 ANS; BARREZ-VOUS CA DEVIENT CHAUD! //PAN//

If I told you what I was,
Would you turn your back on me?
And if I seem dangerous,
Would you be scared?
I get the feeling just because,
Everything I touch isn't dark enough
That this problem lies in me
http://www.youtube.com/watch?v=hhSA9H9Iaqw



« La force de l'amour paraît dans la souffrance.  »
Mary & André

La première fois qu’André était devenu un ‘homme’, au sens purement masculin du terme, il avait autour des quatorze ans. C’était la fille d’un camarade mafieux de son père qui l’avait emmené dans une chambre afin de lui faire subir les derniers outrages et ce, pour la toute première fois de sa vie. Une jolie petite blonde, au sang métissé, tout comme lui. Lucky, qu’elle s’appelait. Si, par la suite, il avait été un peu gêné en croisant le regard d’une femme en général, les testostérones avaient bien fait leur travail et l’avait façonné de manière à être ce qu’il est devenu aujourd’hui. Ou du moins ce qu’il était il y a encore peu de temps. Et s’il n’avait jamais pensé pouvoir ressentir la même chose que lors de sa première fois, il se surprenait à présent à ressentir une sorte … d’angoisse. Oui, c’était bien le terme. Et c’était d’autant plus étrange qu’il savait ce qu’il craignait. De lui faire mal. De lui faire du mal. Et il n’avait pas envie de ça. Non. Bien des pulsions bataillaient jusqu’à ses tempes, mais blesser sa partenaire, même involontairement, n’était pas dans ses objectifs. Il changeait, en bien. Il ne le voyait pas encore ni ne le comprenait parfaitement, cependant. Alors il laissait aller son instinct, tout simplement.

Les mains de Mary sur son dos le firent frissonner agréablement. De même lorsque ses doigts passèrent sur la cicatrice que la créature mythologique nordique lui avait gracieusement offerte en le parasitant, un peu plus de trois ans en arrière, maintenant. André avait cette impression d’être avec un écho de lui-même, comme si Mary savait exactement ou promener ses phalanges pour le satisfaire. Il sourit en l’embrassant encore, riant quelque peu alors qu’elle le dérobait à son dernier vêtement boutonné, son pantalon.

Elle paraissait pressée. Il ne pouvait nier l’être aussi, un peu. Leurs mains liées ensemble, le voici qui se retrouve sur le dos, le matelas l’accueillant sans aucun effort. L’américaine était maintenant au-dessus de lui, ôtant son soutien-gorge. Il la dévorait du regard, la gorge nouée par ces sensations nouvelles, comme si un phénix relançait sa machine intérieure à plein régime.

André fut presque étonné de constater les agissements de sa compagne, alors qu’elle amenait ses mains là où elle voulait qu’elles soient. Mais soit, se redressant un peu, jusqu’à être assis, il se courba un peu pour déposer une brève morsure sur la clavicule de Mary. Il allait accéder à ses désirs. Malgré tout, il ne voulait pas y aller trop vite non plus, au risque de la laisser croire qu’elle n’était qu’un ‘amusement’ alors qu’il n’y avait rien de tel dans la tête du russe. Mouvant sa main là ou l’empathique l’avait mise, il vint capter l’autre versant de sa poitrine avec sa bouche, y laissant glisser ses lèvres. Vinrent les dents dans un second temps qui elles même, après quelques instants, cédèrent la place à une langue avide. La main du métis toujours posé sur les reins de l’Owens, se fit un peu plus pressante. Il avait réellement envie d’elle.

Un sursaut le prit en sentant les paumes de sa camarade sur la partie basse de son propre corps ; ça aussi, c’était très agréable. Un soupir de bien-être s’évada de sa gorge chauffée alors qu’il fut envahi d’une envie nouvelle, faire plaisir à Mary, encore plus. Et d’une tout autre façon. Aussi, s’aidant su rapport de force entre leurs deux corps qui lui donnait l’avantage, il rallongea la brune avant d’aller lui murmurer quelque chose à l’oreille, tout en lui mordillant cette dernière.

« Détends-toi. »

Il ne voulait pas lui faire ressentir la moindre douleur, quelle qu’elle puisse être. Enfin, il déposa plusieurs baisers papillons sur la poitrine puis sur l’abdomen de Candice, descendant toujours plus bas. Une fois qu’il fut arrivé à ‘destination’, il entama de succinctes approches avec quelques accolades de ses lèvres, même si cela ne dura pas longtemps, sa langue voulant à son tour se faire intrusive, pour le meilleur mais certainement pas pour le pire.



© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]


Dernière édition par André L. Russianov le Lun 29 Sep - 7:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Lun 29 Sep - 6:34

[Note : PEGI +18 :3]

T'es rayon
En soleil, nous sortons de la boîte
Je trébuche et tu tiens
Ma main contre ton sein



« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

Le rire et le sourire d'André résonnait dans la tête de Mary ; elle même souriait et laissait quelques petites rires s'échapper de sa gorge, des rires complices, des rires pour cacher un peu sa gêne d'apparaître dans un si simple appareil auprès de lui. Étrangement, elle n'avait pas froid, au contraire, sa peau était chaude et douce, légèrement humide. La main d'André sur sa poitrine lui tira de nouveau un gémissement léger, accentué lorsque ce dernier porta le sein de Mary à sa bouche. Frissons, gémissements, elle s'accrocha au jeune homme comme un naufragé s'accroche à sa bouée de sauvetage. Elle essayait de maîtriser sa petite force, car elle ne voulait pas faire quelque chose de travers ; surtout qu'elle le sait, elle a tendance parfois à être un peu trop … « Sauvage », on va dire ça. La bouche d'André sur sa poitrine lui donnait la sensation de papillon dans le ventre et le bas-ventre, mais pour autant elle voulait qu'il continue encore un peu. Son vœux fût excausé et même bien plus.

Elle se retrouva d'un coup de nouveau sur le dos, sa nudité totalement apparente dans le rayon de lumière de la fenêtre qui éclairait une partie du lit. Elle voyait clairement André, nu au-dessus d'elle, et elle le trouvait … Franchement super beau. Mais genre vraiment. Comme si le voir « au naturel » faisait sauter l'évidence à ses yeux vairons. Elle ne pu s'empêcher de mettre ses mains sur son visage, cachant un peu ses yeux car elle s'est entendue lâcher un gémissement un peu plus fort, et … C'était affreusement gênant. Elle qui, d'habitude, reste plus ou moins inexpressive et silencieuse, elle ne pouvait contrôler ses cordes vocales qui, décidément, faisaient un peu trop de bruit. Mais rapidement, ses mains quittèrent son visage pour se poser dans les cheveux d'André, sur son épaule, son dos de nouveau, bref, elle entamait un parcours long et doux sur tout son corps, son autre main toujours au niveau du bas-ventre du jeune homme, avec douceur.

Alors que le jeune homme mordillait doucement sa poitrine, elle sentit un soubresaut de la part de son amant, comme s'il réagissait soudainement à la main de sa partenaire. Mary ne put empêcher un petit rire un peu mutin plutôt que moqueur, avant de continuer plus doucement et un peu plus sensuellement, en l'accompagnant d'un doux baiser du bout des lèvres et de la langue. Étrangement, bien qu'elle désirait terriblement le jeune homme, elle prenait son temps. C'était … comme ça. Au fond, elle voulait faire durer ce moment pour que jamais, Ô jamais cela s'arrête. Elle voulait l'embrasser, l'aimer, le toucher, faire des choses pas très catholiques avec lui, et en même temps elle ne voulait pas que cela se termine. Alors elle s'accrochait, elle faisait durer, bien qu'elle haletait de plus en plus sans même s'en rendre compte.

D'un coup, le jeune homme s'approcha de son oreille, et son souffle dessus la fit de nouveau gémir

« Détends-toi.

O … Okay … »

Sa voix était tremblante et presque effacée. Et oui, soyons logique ; la demoiselle n'arrive plus à contenir ses émotions, et cela se ressent fortement sur sa voix. Elle ferma les yeux, comme pour essayer de calmer son cœur qui battait bien trop vite et bien trop fort -Il résonnait dans ses oreilles-, puis elle sentit les baisers sur sa peau, sur ses seins, sur son ventre et … D'un coup, elle poussa un petit cri, non pas de douleur mais de surprise et de plaisir, qu'elle tenta de retenir sans succès. Elle posa une de ses mains sur sa bouche, la mordant légèrement pour arrêter de faire du bruit, l'autre serrer en poing et poser sur sa poitrine au niveau de son cœur. Elle ne s'attendait pas, vraiment pas, à ce qu'André aille à l'endroit de son intimité comme ça. En faite … Cela va paraître carrément étrange, surtout avec son passif, mais c'était un plaisir qu'elle connaissait très très peu.

Généralement, les hommes, ses « clients » trouvaient ça un peu sale, et même elle n'aimait pas trop ça. Mais là, elle en redemandait, son corps se cambrait sans même qu'elle puisse le contrôler. Elle se mordait le doigt, presque jusqu'au sang, d’intense plaisir. Son autre main cherchait la tête d'André, et elle caressait amoureusement ses cheveux. Son cœur ratait presque tout ses battements, et elle se sentait terriblement fébrile. Petit à petit, ses gémissements se faisaient plus fort, plus intense, et elle les réprimaient de moins en moins. Cela dura, combien de temps elle ne sait pas, mais suffisamment pour que son désir, qu'elle pensait maîtrisé, explosa dans sa poitrine, littéralement. Elle avait maintenant très très envie de lui, mais en même temps elle avait un peu peur d'aller plus vite que ce qu'il voulait. Alors, elle posa sa main sur la joue d'André, en se redressant doucement, puis lui releva la tête comme pour lui faire comprendre qu'elle voulait qu'il revienne vers elle, vers son visage.

Puis, avec un sourire, lorsqu'elle l'embrassa de nouveau, elle le fit de nouveau basculer en se mettant sur lui, et après un baiser rehausser d'un sourire, elle commença un long chemin de baiser sur son torse, sur son ventre, puis elle descendit à son tour vers son intimité à lui. Doucement, elle descendit également ses mains, et elle s'amusait à faire un mouvement d'aller et vient sur l'aine de son amant, avec un petit sourire un peu coquin. Puis, s'approchant de son intimité, elle commença à s'amuser avec sa langue et ses doigts, bien plus détendue et un peu moins gênée … De toute manière, pour maintenant, il l'avait vu même dans la plus grande nudité. Elle agissait avec amour et passion, tendresse et douceur, sentant de ses mains le plaisir que ressentait son amant, et ça, c'était peut-être ce qui la rendait la plus fébrile.

© Lady sur Epicode


Dernière édition par Marilyne C. Owens le Lun 29 Sep - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Lun 29 Sep - 8:46

[RAPPEL DU +18 HELLYEAH]


« La force de l'amour se rencontre dans la souffrance. »Mary & André

Entendre les gémissements et les cris de Mary le motivait davantage dans sa tâche actuelle. Il y prenait lui aussi pas mal de plaisir, lequel se ressentit d’autant plus que son bas-ventre n’était maintenant plus entravé par rien. Mais il ne voulait pas brusquer l’américaine, au risque de passer pour un opportuniste que, pour le coup, il n’était clairement pas. Sa peau, de plus en plus chaude, se couvrait d’un voile humide de sueur, trahissant à combien son cœur battait – mille à l’heure, c’est l’impression qu’il avait. Son sang pulsait encore et encore et il ne savait trop pourquoi, il avait cette sensation de ressentir tout son corps, maintenant plus que jamais. Un peu comme une nouvelle peau. Une renaissance de la façon la plus simple et logique qui soit ; dans les bras d’une femme. Et pas n’importe laquelle. Maryline. Parce que c’était elle. Parce qu’elle était là, avec lui, André agissait de la sorte. Hors, il savait que si c’avait été quelqu’un d’autre, jamais les évènements n’auraient pris une telle tournure. Pourquoi ? Il ne le savait pas. Ou plutôt, l’évidence l’aveuglait tellement qu’il fallait d’abord qu’il passe par cette étape-ci pour admettre le tout, sans rechigner à oublier Xia et le reste.

Les doigts de sa partenaire voguant dans sa chevelure lui tirèrent de fins gémissements de satisfaction, à son tour. Il n’avait jamais connu ça avec personne, auparavant. Son crâne, si sensible ? Il l’apprenait maintenant. Peut-être parce que c’était justement ses doigts à elle qui caressait son cuir-chevelu que l’alchimie si particulier des amants compatibles se libérait dans son corps. Peut-être, oui. Tout ce que le métis savait, c’était qu’il se sentait irrémédiablement bien, entre ces mains. Leur contact lui donnait un sentiment d’ivresse permise, qu’il cherchait et consommait sans même vouloir modérer ses pensées à ce propos. Il se délectait du nectar que lui apportait ce qu’il était en train de faire, pendant un temps indéterminé, qu’il laissa courir comme un loup dans la neige, car c’était la chose la plus naturelle qui soit, présentement. Si bien qu’en sentant la main de Mary sur sa joue, il se laissa tout naturellement guidé et obéit silencieusement à sa compagne, sans même qu’elle n’ait à utiliser le moindre mot. Il se sentait.. en osmose.

André ne gronda pas à la nouvelle inversion des rôles, bien qu’il ne fût pas trop sûr de l’exactitude des choses que son cerveau en plein boum puisse lui faire imaginer. En sentant les baisers de Mary sur son torse, il frissonna, appréciant le contact, comme un glaçon sur un derme brulant. Il ferma les yeux mais fut surprit quelque peu lorsqu’il sentit les doigts de la jeune femme s’affairer. Un gémissement soudain lui échappa, tenant presque plus du glapissement d’un animal que d’un réel son humain. Mais ses sens étaient tous obnubilés par les actions de sa camarade, aussi, il ne s’en occupa pas davantage. Pourtant, ce qu’il ressentait dans tout son corps était, par contre, impossible à ignorer. Il avait chaud, puis froid, puis de nouveau chaud. Des mains vinrent se planquer sur ses yeux, avant d’agripper ses propre cheveux tandis qu’il haletait, le rayon de lumière lui traversant la figure.

« Ah Mary Mary Mary Mary. »

Il essayait de formuler une phrase cohérente mais il n’y parvenait pas. C’était trop fort pour lui. Le désir déjà ressentit auparavant prenait de plus en plus d’ampleur. Si André pouvait résister à Fenrir, comme cette chose inédite, il savait d’office qu’il ne pouvait rien faire. Rien du tout. Une brulure particulière – mais que pour le coup, il connaissait bien – se fit sentir au niveau de ses reins, comme s’ils étaient en feu eux-mêmes. La comparaison n’était, en soit, pas si erronée qu’elle pouvait paraitre l’être.

« Gnh ! »

Voilà, il ne pouvait plus tenir ses limites plus longtemps. De la même manière qu’elle l’avait fait auparavant, l’expatrié fit savoir à Mary qu’il souhaitait qu’elle revienne vers lui. Il voulait encore l’embrasser, se délecter d’elle, encore et encore. Il n’était plus si rassasié que cela, finalement.

« пойти »

Encore un mot de russe qui lui échappe. ‘Viens’, qu’il lui dit. Il ne peut plus museler ses envies. Et il espère qu’il en est de même pour sa partenaire.

© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Lun 29 Sep - 11:54

[Note : +18 (TOUJOURS) :3]

Si je pardonne, je m'offre encore
Je tremble et raisonne
Je reste, je cherche
Si j'oublie je donne
Ma vie, mon ombre en somme
Jamais ne m'abandonne



« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

Le drôle de gémissement que poussa son amant fit rougir encore plus Mary. Sur le coup, elle faillit s'arrêter, le cœur battant à la chamade, mais finalement elle continua, en y allant un peu plus doucement, en faisant plus attention qu'il y a quelques secondes auparavant. Il faut le dire, c'est vrai, elle se laissait emporter par l'émotion et le plaisir qu'elle ressentait, et en même temps elle avait l'impression d'être sur la même longueur d'onde que le Russianov. Elle sentait, du bout des lèvres et des doigts, les palpitations du corps du jeune homme, ses frémissements, ses moindres gestes. Dans un sens, il se trouvait dans une position très vulnérable pour un homme, et cela témoignait d'une confiance total en Mary pour se laisser ainsi « dominer » par elle. Et c'est pour cela qu'elle y mettait toute sa tendresse, comme une nouvelle déclaration d'amour qui lui hurlait au visage que jamais elle ne lui ferait du mal ; jamais elle ne le trahirait.

« Ah Mary Mary Mary Mary. »

Entendre son nom ainsi, comme une mélodie tremblotante dans la gorge d'André la fit frissonner des cervicales jusqu'au bas de sa colonne vertébrale. C'est fou, entendre son nom ainsi, par l'homme que l'on aime lui procurait une sensation folle, entre la joie, le plaisir et une forme presque de satisfaction. Ses mains se faisaient que caresses de plus en plus sensuelles et légèrement plus rapide, et sa bouche continuait les mouvements de va et vient doucement, embrassant les parties les plus intimes du jeune homme. Elle sentait qu'il s'agitait de plus en plus, et les gémissements et halètement se faisaient de plus en plus fort, c'est pour cela qu'elle ne fut qu'à moitié surprise d'entendre un gémissement bien plus fort que les autres, qui claquait dans le silence tiède de la pièce.

« Gnh ! »

Doucement, elle sentit une main sur le sommet de son crâne, puis elle se redressa. Pour une fois, et à ce moment précis, elle était fière de sa nudité. Dans le creux des mains d'André, elle se trouvait belle et attirante, elle s'aimait un peu plus, un peu comme si elle se voyait à travers ses yeux à lui. Et cela était en partie dû à son don ; elle ressentait tout ce qu'il pensait, tout ce qui faisait battre son cœur, et elle se sentait tellement bien en vivant tout ça dans sa tête. Suivant la main du jeune homme, elle s'allongea sur son torse nu, la tête à même hauteur que la sienne. Elle rougissait, non pas par ce qu'elle venait de faire, mais parce qu'elle sentait au niveau de son bas ventre « l'envie » grandissant d'André. Reprenant ses baisers, reprenant les caresses sur son visage, elle entendit d'une voix douce et un peu rauque

« пойти »

Étrangement, elle comprit ce que disait André. Comme si ce mot résonnait dans sa tête, elle comprit que l'envie se faisait un peu plus pressante. Sur son visage s'étira un grand sourire ; elle même commençait à ne plus pouvoir se retenir. Elle voulait à la fois l'embrasser, le dévorer, le sentir bien plus près d'elle, et cette envie se faisait tellement ressentir qu'elle en avait presque mal en bas du ventre. Alors, après une long baiser tendre et brûlant, elle réfugia son visage dans le cou de son amant, puis elle fit entrer ,avec une lenteur et douceur assez surprenante, André en elle. Elle ne put réprimer un bruit, croisement entre un gémissement et un petit cri. Elle n'avait pas eu mal, pas vraiment, simplement c'était comme ça ; soyons lucide, cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus connu ce genre de situation. Haletante, serrant André dans ses bras comme si elle avait peur de sombrer d'un coup, elle fit quelques mouvements de hanches lents, puis un peu plus rapide.

« Mmh … »

D'un coup, elle mordit le cou d'André. Oh, pas assez fort pour faire mal, mais assez soudainement pour surprendre. Mais la jeune fille sentait subitement son sang chauffer de plus en plus, suivant les mouvements du jeune homme avec fébrilité, son regard plongeant dans le sien. Elle ne put s'empêcher de l'embrasser de nouveau, avec une passion encore plus exacerber. Il faut le dire ; sentir l'homme qu'elle aimait en elle la submergeait un peu trop, et son cœur, collé contre la poitrine du jeune homme, lui semblait bien plus bruyant que ses propres bruits.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Lun 29 Sep - 23:46

[+18 ♥]


« La force de l'amour se rencontre dans la souffrance. »Mary & André

Et dire que rien n’aurais pu prévoir ce qui allait se passer entre eux une poignée d’heures auparavant.

Logiquement, les choses n’auraient jamais, jamais du tourner de la sorte. Mais les faits étaient là et ces deux âmes, qui venaient de se trouver –enfin- dans les ténèbres de leurs cécités, n’étaient, apparemment, pas prêtes de disparaitre de nouveau du champ de vision qu’elles possédaient respectivement. C’était très bien comme cela. Pour la première fois depuis il ne savait plus trop quand – longtemps, sans aucun doute -, André ne se sentait pas perdu. Il avait la sensation de savoir exactement ou aller, quoi faire dans la bonne direction, tout en étant un peu égaré de l’autre. Un naufragé volontaire, en somme.

Malgré tout, Mary représentait la lueur qu’il apercevait il y a peu, fébrilement. Désormais qu’il était tout près d’elle et plus encore, il se savait capable de la suivre jusqu’au bout de la nuit. Et même plus, mais pour le moment, ce genre de déclaration devrait attendre un peu. Il était bien trop accaparé tout entier par elle pour construire une phrase cohérente et faisant sens. Et puis il risquait de passer du russe au français et du français à l’anglais américain. Il y avait mieux pour se faire comprendre on en doute pas.

En sentant la délicate et douce morsure de Mary sur le derme sensible de son cou, André sursauta, expirant fortement à cet instant. Il se sentait bien, en train de s’épanouir de la meilleure façon qui soit. Les mouvements de hanches de sa partenaire lui donnait l’impression de vagues fraiches sur sa peau brulante. Un bien fou, vivifiant, revigorant. Il ne se gêna pas pour l’embrasser à peine bouche à son tour, dévorant ses lèvres dans la moindre hésitation. La tendresse n’avait pas disparue, loin de là, mais pour l’heure, une sorte de bestialité réclamait ses droits de passages, également.

Inversion des rôles, encore. A croire qu’ils passaient leur temps à cela, ces deux-là. En soit, ce n’était pas si faux que ça. De nouveau en position de force, Loukas embrassa Candice avec force avant que ses dents ne reviennent prendre d’assaut le cou de la demoiselle, s’y déposant sans douleur. Dans le même temps, ses mouvements de reins se faisaient plus prononcés et vigoureux. Il releva même, avec douceur mais fermeté, l’une des jambes de Mary, dans le souci de lui offrir encore plus de sensations. Lui avait l’impression de crouler sous l’effet bénéfique de ses ressentit et il aurait voulu qu’il en soit de même pour elle. Il s’inquiétait de son entière satisfaction.

Se redressant, une main sur le matelas à côté de la tête de la jeune femme pour prendre appui et ne pas risquer de l’écraser, il laissa sortir une simple phrase de ses lèvres avec une spontanéité qu’on ne lui connaissait pas vraiment.

« …T’es belle. »

Il lui sourit encore, accentuant ses actions alors que ses muscles se contractaient non-stop, glissant sous sa peau pleine de cicatrices. Pourtant, devant Mary, il n’avait pas honte d’être si balafré. Au contraire, il aimait qu’elle le dévore des yeux comme elle le faisait.


© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Mar 30 Sep - 5:19

[Note : +18 <3]


« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

Le sursaut d'André surprit un peu Mary, mais pour autant elle était loin de s'arrêter. Sur sa peau, sur ses hanches elle sentait les mains d'André, et sur ses lèvres elle sentait celle de son amant. Ses lèvres, humides et légèrement sucrés lui donnait la sensation de ne jamais être assez « satisfaite » des baisers de son partenaire. Et pourtant, ils lui procuraient beaucoup de plaisir, mais en même temps elle n'avait jamais envie qu'il s'arrête. C'est pour cela qu'elle « dévorait » littéralement ses lèvres, comme atteinte d'un soif impossible à satisfaire. Le long soufflement du jeune homme près de l'oreille de Mary la ravissait, et elle reprenait de plus belle ses longs mouvements de hanches sur le bas ventre du Russianov. Puis, avec une certaine force, elle se retrouva d'un coup sous le jeune homme, provoquant chez Mary un léger cri de surprise et  de plaisir. Il faut croire que, comme dans la vraie vie, c'était le jeu du dominant/dominé entre-eux, mais avec douceur et plutôt mutin.

A la morsure d'André dans son cou, elle agrippa aux épaules, accompagnant son geste de gémissements de plus en plus réguliers et de plus en plus brisé par le plaisir qui rampait sous la peau de la jeune fille. Elle sentait dans tout son corps ses mouvements, et elle s'abandonnait de plus en plus à cette sensation, maîtrisant de moins en moins ses cordes vocales. Sa voix, d'habitude si rauque, si faible et fragile devenait plus chaude, presque plus féminine, tirant plus sur les aiguës. Elle ne comprenait pas pourquoi et dans l'immédiat elle s'en foutait, complètement. Lorsqu'André releva doucement sa jambe, elle agrippa encore plus fort, ses ongles laissant une légère marque sur la peau d'André. Bien sûr son but n'était pas de faire mal, mais c'était un réflexe qu'elle ne pouvait contrôler ; et encore, il avait de la chance qu'elle n'attrape pas son dos.

Puis, elle sentit la main d'André près de son visage, et elle ouvrit un peu plus les yeux, qui étaient jusqu'à présent mi-clos. Elle voyait tout, le désir d'André, un amour débordant, et sans pouvoir l'expliquer quelques larmes coulèrent le long de ses joues, accentuées encore plus par les paroles de l'homme qu'elle aimait

« …T’es belle. »

Boum. La sincérité de ses paroles lui traverse littéralement le cœur, et ses larmes coulèrent un peu plus. Elle ne comprenait pas ; elle n'avait pas mal, elle n'était ni triste ni malheureusement, alors pourquoi pleurait-elle ? Peut-être parce que justement, elle était heureuse. Elle pleurait de bonheur, des pleurs qui, jusqu'à présent … Lui étaient inconnu. Mettant ses mains sur son visage, cachant ses yeux et en partie sa bouche, elle bredouilla comme elle pouvait

« … Je suis tellement heureuse … »

Il fallait que ça sorte. Elle ne pouvait pas le contenir plus longtemps, surtout dans ce genre de … « Situation ». Elle avait envie de lui dire qu'elle l'aimait, encore et encore, qu'elle était contente, heureuse d'être ici, avec lui, de partager ce qu'elle avait de plus intime, d'être entière avec lui et rien qu'avec lui. Mais le plaisir qu'elle ressentait monte beaucoup trop vite, et ce fût la seule chose qu'elle pu dire avec un peu de clarté. Se mordant un des doigts de sa main gauche, de l'autre elle tenait l'un des creux des reins d'André. Les mouvements se faisaient vraiment rapide, et ses propres hanches cambraient toutes seules, accentuant ce qu'elle ressentait dans son bas-ventre. A un rythme régulier, la jeune fille gémissait, se tortillait un peu, pour finalement pousser des petits halètements plutôt mignons mais significatif. Puis, elle tendit un peu les bras vers lui, comme une invitation à ce qu'il se rapproche d'elle. Elle voulait le serrer contre lui, sentir son cœur.

Et alors qu'elle regardait André droit dans les yeux, le sourire aux lèvres, elle poussa un véritable cri qu'elle ne pu retenir ; ça y est, son plaisir arrivait à son paroxysme.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Mar 30 Sep - 6:15

[+18 ~ ♥]


« La force de l'amour se rencontre dans la souffrance. »Mary & André

Il était heureux. Oui, c’était le terme exact pour définir son état à cet instant précis. Être ici, avec Mary, avait déjà réveillé chez lui un sentiment nouveau et qu’il n’avait pas encore apprivoisé, mais là, juste à ce moment précis, le noyait presque sous une mer de satisfaction. L’ambroisie des sens. A la fois il ne savait plus où donner de la tête et à la fois il se savait entièrement accaparé d’un bout à l’autre par l’américaine. Dans les yeux de sa partenaire, il lisait un plaisir impossible à ignorer. Exactement comme lui. Ils étaient synchrones l’un avec l’autre, c’était maintenant difficile à nier. Et Loukas se surprit à être pleinement touché, en plein cœur, par cet état de grâce.

Ses limites n’allaient pourtant pas tenir indéfiniment, il le sentait. Bientôt, son corps rendrait les armes. Ca le contrariait un peu tout de même, car il aurait voulu faire bien plus, mais il savait que de toute manière, il ne pourrait pas faire autrement que d’obéir aux lois de la chimie et de s’effondrer par la suite. Il s’était rarement donné avec autant de ferveur. Non, jamais, en fait. Ça lui sautait au visage maintenant mais c’était la seule fois qu’au moment de l’acte, il se sentait si… vide. C’était comme si la moindre parcelle d’énergie était utilisée dans le seul but de donner de la joie à la brunette sous lui. Et ceci ne lui déplaisait pas, bien au contraire.
Son souffle était de plus en plus irrégulier, il devait respirer par grandes goulées d’air s’il ne voulait pas asphyxié.

Cependant, quitte à choisir, entre respirer et continuer à ne faire qu’un avec Maryline, le choix était vite fait. Ce garçon, amoureux, se dissolvait totalement dans son nouvel état d’esprit. Il se fichait de tout le reste, de tout ce qui avait été. Il n’y avait plus qu’elle et encore elle. Son amour et ses actes avaient réellement réveillé chez lui une seconde nature qu’il adorait déjà. Comment la remercier, exactement ? Il faisait de son mieux pour tenter de se faire comprendre, mais ce n’était pas d’une simplicité probante, surtout lorsque l’on n’est pas habitué à ce genre de choses.

Il tiqua un peu en voyant Mary pleurer avant de se cacher le visage. Oh non, qu’elle ne se dissimule pas à son regard vert, il ne voulait pas de ça, même si les paroles précédentes de la jeune femme l’avait ravies au point qu’il en ressente un picotement particulier au creux des reins. Finalement, avant même qu’il n’eut besoin de dégager son faciès de poupée d’un genre nouveau avec la main qui tenait la jambe, elle ouvrit d’elle-même les bras pour l’inviter un peu plus près d’elle. André ne se fit pas prier pour obtempérer immédiatement. En sueur, magnifié par l’effort encore plus qu’à l’accoutumée, il rejoignit Mary, l’enlaçant à son tour en cerclant ses hanches dans de tendres mouvements.
Et, alors qu’il soupirait d’aise une fois encore, il fut balayé par une sensation qu’il pensait connaître, mais en encore plus puissante que d’habitude.

« Ah ! »

Les choses avaient suivis le cours logique qu’elles devaient respecter et maintenant, André ne bougeait plus, ayant l’impression très nette d’avoir été essoré, sinon pressé par un tank. Mais bizarrement, puisqu’il était avec Mary, il était plus heureux du résultat. Il se sentait bien. Très bien même.
Il fit un effort qui lui parut surhumain pour venir embrasser sa partenaire si particulière puis plongea dans son cou, y laissant de petites morsures amoureuses.

« Je t’aime… »

A moitié sonné par l’ivresse du désir, il avait murmuré ces mots en français, pas vraiment sur de ce qu’il était possible d’en comprendre. Tant pis.

Il caressa d’une main la chevelure de Mary, se redressant sur ses coudes, un peu chancelant. Un baiser léger sur son front fut déposé presque timidement.

« Comment tu te sens ? »

Puis il ne put contenir un bâillement qui lui en décrocha presque la mâchoire. Il se sentit quelque peu honteux.

« Hum… Désolé… »

Mais avant même qu’il ne le réalise vraiment, il était déjà paisiblement endormi, lové contre Mary que ses bras enlaçaient toujours. Sa peau aurait presque pu laisser s’évaporer quelques volutes de vapeur tant son organisme, rendu déjà chaud de base par Fenrir, avait fait son maximum.


© Lady sur Epicode

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : En squattage chez quelqu'un ~

FC
▌SUPER:
▌POWER:
▌LEVEL:
13/100  (13/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Mar 30 Sep - 7:41


« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. »Mary & André

« Ah ! »

Dans un dernier soubresaut, que Mary accompagna d'une légère morsure dans le cou d'André afin d'éviter de crier trop fort, elle sentit le jeune homme s'immobiliser sur elle doucement. Elle souffla, un peu à bout de souffle, mais avec un grand sourire sur le visage. Elle embrassa plus tendrement et « chastement » André du bout des lèvres, avant de le sentir se poser quelques secondes contre sa poitrine. D'une petite voix, elle entendit quelques mots qu'elle ne comprenait pas sur le coup

« Je t’aime… »

Mais, même si cette langue n'était pas la sienne, elle comprenait le sens de ce mot. Son cœur fit un bond ; c'est vrai qu'au fond, il ne lui avait pas encore dit les fameux « mots magiques ». Bien sûr, elle l'avait sentit dans tout ses gestes, ses regards, ses caresses, mais l'entendre de sa propre bouche lui donna un petit frisson et faisait battre son cœur presque aussi vite que pendant leur câlin. Puis, elle le vit d'un coup se poser à côté de lui, prenant appuie sur son coude. Elle se tourna vers lui, passant sa main sur son torse, l'autre sur son bras. Elle se sentait juste bien ; elle n'avait pas mal, elle n'avait plus envie de pleurer, même de bonheur. Elle avait juste envie de se blottir dans ses bras, de fermer les yeux et se laisser porter par ce moment de béatitude. La sensation de la main d'André dans ses cheveux était fort agréable et tendre. Dans un sens, elle n'était pas surprit ; l'homme qu'elle avait sous les yeux était un peu « différent ». Non, plutôt « naturel », comme s'il abandonnait sa carapace de « gros dur » un peu désagréable -Qui lui allait pas si mal au fond, haha-.

« Comment tu te sens ?

… Je sais pas, je me sens … Bien. C'est bizarre non ? Moi qui fait toujours la tronche, haha … »

Humour, bonne ambiance. Puis, elle se rappela qu'elle était totalement découverte et nue juste sous ses yeux, et elle se remit à rougir. C'est sur, une fois sortie du feu de l'action, elle se sentait un peu ridicule, posée ainsi comme une « French Girl » sur le lit d'André, mais cela la faisait plus rire qu'autre chose. Et soudain, un bâillement. Elle ne pu retenir un rire naturel, puis un frottement des cheveux d'André comme pour se moquer gentiment de lui.

« Hum… Désolé… »

Alors qu'elle allait répondre, elle vit le jeune homme s'endormir, un bras autour d'elle. Elle sourit, embrassa sa touffe de cheveux en bataille, puis d'une main elle chercha le drap quelques secondes, avant de la mettre sur elle et le jeune homme, afin de couvrir un peu leur nudité plus que pour se réchauffer -C'est fou comment il tenait chaud à Mary-. Puis, après quelques minutes de réflexion, elle se blottit dans ses bras, avec un petit sourire satisfait. Elle ferma les yeux, savourant encore ce qu'il venait de se passer, puis, petit à petit, sans même s'en rendre compte, elle s'endormit silencieusement, sans penser une seule seconde à quoi que ce soit d'autre qu'à lui.

***


Un léger mouvement, un petit bâillement silencieux, et un œil ouvert. Mary se redressa, les cheveux complètement en bataille, regardant autour d'elle avec une grande interrogation ; qu'est ce qu'elle faisait là déjà ? Elle se gratta un peu le crâne, comme complètement perdue, ou plutôt dans le gaze. Puis, en tournant la tête sur sa gauche, elle vit quelqu'un de dos. Intriguée, elle se pencha et … Elle vit le visage endormit d'André. D'abord, elle sourit, de façon un peu mièvre, puis, elle fit de gros yeux. Merde. Merdemerdemerde. Tout lui revenait soudainement en mémoire, comme un lendemain de cuite un peu difficile ; elle, André, sa déclaration, leur câlin, sa déclaration A LUI … Oh. Bordel. De. Merde. D'un coup, comme si quelque chose lui avait mordu la jambe, elle se glissa hors du lit le plus silencieusement et rapidement possible, ramassant ses affaires ça et là.

Bordel, qu'est ce qu'elle faisait ? Qu'est ce qu'elle allait faire ? Maintenant, elle a mit les deux pieds dedans ; clairement, son plus « gros » secret n'en était plus un. Il savait, tout. Ses sentiments, ce qu'elle ressentait pour lui depuis un moment maintenant. Et elle ne savait pas comment réagir. Une fois son pantalon remit et son soutif sur sa poitrine, elle prit quelques minutes pour s'accroupir dans un coin et faire le point. Bon. Ce qu'il avait fait, ce qu'elle avait dit, au fond elle ne regrettait rien. Mais pourtant, elle sentait la culpabilité montée en elle ; oui, André ne l'avait pas repoussé, oui, il avait l'air de ressentir la même chose qu'elle … Mais elle ne pouvait retirer de son esprit l'image d'André pleurant sur sa copine. Et d'ailleurs, officiellement, ils étaient encore ensemble. Elle déglutit difficilement ; c'était presque une tromperie dans le dos, disparue ou pas … Elle qui, d'habitude, s'en fichait, là … Elle n'arrivait pas à ne pas y penser. Et au fond, bien qu'elle l'aimait réellement … Elle n'arriverait pas à l'assumer.

La suite logique, ça serait de sortir « officiellement » ensemble. Et avec son passé, elle se voyait mal avec lui … Sans qu'on vienne l'emmerder. Et puis elle n'y connaissait rien, au couple, elle ne l'a jamais vécu, elle n'a jamais aimé jusqu'à maintenant. Alors qu'elle se prenait la tête dans son coin, elle entendit un léger grognement depuis le lit. Elle se redressa doucement, puis, après le retour du silence, elle remit son tee-shirt, reprit son manteau, et s'en alla sur la pointe des pieds, priant pour qu'il ne se réveille pas ; comment lui expliquer qu'elle préférait, pour le moment, ne plus le voir ou lui parler ? Impossible. Surtout après cette soirée. Alors elle partait, comme une lâche, chose qu'elle détestait …

Mais elle n'avait aucune autre solution.

Elle referma la porte derrière elle, partagée entre l'envie de sourire sur cette soirée et l'envie de pleurer sur sa bêtise et sa connerie.

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : A la Heroe's.

FC
▌SUPER: волк (se prononce "vok")
▌POWER: [FENRIR] Transformation en loup
▌LEVEL:
15/100  (15/100)


MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI] Mar 30 Sep - 9:54


« La force de l'amour se rencontre dans la souffrance. »Mary & André

Ce partage d’intimité lui avait énormément plut, le nier aurait été une bêtise sans nom. Il s’était endormit directement, alors qu’il aurait pourtant voulu recommencer.

Mais son corps, cette fois, avait déjà été rudement éprouvé auparavant et il ‘n’avait pu lutter contre l’endorphine qui s’était diffusée en lui, sans même lui laisser le choix de la suite des évènements. Et il dormit rudement bien ; pour la première fois depuis très longtemps. Un sommeil son rêve, profond et réparateur, qui lui permit au moins de gommer les cernes sous ses yeux, lui donnant tout de suite bien meilleure mine.
Pourtant, lorsqu’il commença à émerger, la journée touchait à sa fin – le soleil déclinait – et son premier réflexe fut de mouvoir ses bras pour les ramener contre lui, d’abord persuadé que Mary s’y trouvait toujours. Oh, personne ? Fort bien, elle devait surement être à côté de lui, dans le lit. Alors, il fit glisser ses paumes sur le matelas, conservant les yeux fermés. Mais il dut les rouvrir en constatant qu’il n’y avait pas plus de monde ici qu’au creux de ses bras.

Totalement prit dans l’incompréhension, André se redressa, prenant position assise sur le rebord de son lit. Son regard vert parcouru la pièce, vide d’une quelconque autre âme que la sienne – si l’on excluait Fenrir, bien entendu. Mary était partie. Tout simplement. Comme les autres. André se prit la tête entre les mains, une douleur sciante le prenant au cœur. Il avait mal. Vraiment.

Cependant, plutôt que de se laisser abattre, il se dit qu’il préférait voir ça plus en profondeur un peu plus tard, lorsqu’il aurait fait le tri dans ses pensées. Aussi, se faisant violence, il se rhabilla un minimum, ouvrit ses volets et entreprit l’aération de sa chambre – qu’il partageait autrefois avec trois personnes – ainsi qu’un brin de ménage. Ca l’occupa suffisamment pour qu’il ne pense plus à l’américaine pendant une heure entière. Mais elle revint avec la violence d’un boomerang dans son crâne, dès lors qu’il eut posé son chiffon. Ou était-elle ? Que pouvait-elle faire ? Etait-elle seule ? Avait-elle seulement été sincère avec lui ? André préféra ne pas trop y penser.

En désespoir de cause, et pour éviter de trop penser, il se changea et parti faire un jogging autour de la ville. Cela faisait longtemps, maintenant, qu’il n’avait plus couru de la sorte. Et pour une fois que ce n’était pas pour se battre ou sauver sa peau, ça faisait du bien.

Il se mit à pleuvoir, mais Loukas continua de courir. La température fraiche des gouttes ne le dérangeait pas, au contraire. Et puis, l’aspect pratique de ce temps-ci, c’était qu’il pouvait masquer n’importe quoi sur un visage. Oui, n’importe quoi.



© Lady sur Epicode


MANGE LE GIF FEELZ POUR LA FIN //PAN//

Rp terminé ♥

✤✤✤

Et le rêve s'est évanouit.мама•••


[center]Passionate love

Nemesis
QC de Brooke Vaughan & Spark & Lulu Victoria.
/! JE NE PRENDS PLUS D'RPs SUR CE COMPTE POUR LE MOMENT /![/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI]

Revenir en haut Aller en bas

« Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Le campus :: Extérieur :: Studios & bungalows :: Bungalow de Jonathan & Jena & André & Anja-