NOUS TENTONS DE REPRENDRE LE FORUM EN MAIN. SI VOUS ÊTES INTÉRESSÉS, MANIFESTEZ VOUS. ♥️
recensement ici ; http://h-s-sup.forums-actifs.com/t1228-recensement-de-relance#13877

Partagez|

Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : Dans la Batcave

FC
▌SUPER: Smile
▌POWER: Jeunesse éternelle
▌LEVEL:
17/100  (17/100)


MessageSujet: Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm Ven 19 Sep - 3:03

Pourquoi la vie ? Parce que la mort.

Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là


Elliot n'avait absolument aucune idée de comment il en était arrivé là. Et pour être honnête, il s'en fichait pas mal. Il faisait nuit depuis déjà un moment, il n'avait pas vraiment la notion du temps. Il avait atterri dans le parc par hasard, il revenait de la pharmacie avec des anti-douleurs pour l'estomac, ça il s'en souvenait. Et il avait trouvé Serren, paisiblement avachi sur un banc, en train de s'en rouler une sans complexe en face des marmots de cinq ans. Pas très digne d'un héros tout ça.

Techniquement, il aurait dû passer son chemin, rentrer chez lui, se préparer pour son prochain boulot et avaler deux comprimés qui lui ferait oublier à quel point Brooke ne lui avait pas fait de cadeau. Enfin, il l'avait bien cherché, mais quand même. Et pourtant non. Lorsqu'il vit le jeune nord-africain sur sa route, il s'était dit que ça pouvait être sympa de s'arrêter et discuter. Ils ne s'étaient pas vu depuis longtemps, il n'avait aucune idée d'où avait pu se fourrer Serren pendant un an, c'était peut-être l'occasion de lui demander. Et puis il s'était souvenu que son pouvoir consistait à annihiler celui des autres et il avait voulu s'amuser un peu. Oui, s'amuser.

Même s'il avait l'apparence d'un homme d'une vingtaine d'années, chose convenable, ce n'était pas encore son véritable corps – enfin, celui qu'il aurait dû avoir normalement. Et il savait qu'il y avait une certaine différence entre vingt et trente ans. Alors il s'était approché, les mains dans les poches, sourire aux lèvres. Serren n'avait pas encore l'air trop défoncé, ce n'était que le début de la soirée. Et puis, en s'asseyant à côté de lui, il n'avait pas pu s'empêcher de sortir son portable pour voir à quoi il ressemblait – un vrai gosse. Finalement, il avait sorti une cigarette de son paquet pour les occasions, il ne fumait pas souvent,et l'avait allumée en attendant qu'une conversation s'entame d'elle-même entre eux. A la place, l'arabe lui avait tendu une bouteille d'alcool venant d'il ne savait où. Elliot n'avait pas refusé.

Et voilà où ils en étaient, trois heures plus tard, au beau milieu de la nuit, dans ce parc désormais délaissé par les enfants et les couples d'amoureux de tous âges. Les gens normaux étaient partis se coucher. Pas eux. Elliot s'était presque enfilé toute la bouteille à lui tout seul, il avait encore conscience de ses gestes, mais se sentait tout euphorique. Il aurait presque chanté sa joie. Son accent britannique d'habitude imperceptible était désormais bien plus marqué et il parlait en écorchant violemment certains de ses mots. Dans le même temps, il s'amusait beaucoup à s'éloigner et se rapprocher de Serren, juste pour changer d'apparence. C'était ridicule, mais qu'est-ce qu'il riait. Cette situation n'avait aucun sens, ils avaient du se raconter des imbécillités toute la soirée, il ne s'en souvenait déjà plus. En plus l'autre avait enchaîné les roulées, et pas forcément qu'avec du tabac, mais Elliot n'y avait pas vraiment fait attention.

- Ah mais, sérieusement, t'étais où l'année dernière ? J'ai toujours pas compris.

Il finit par arrêter ses allers et retours entre le banc et un point imaginaire à deux mètres de lui pour s’asseoir à côté de l'expatrié. Il se fichait pas mal du fait qu'il était vingt-trois heures passées, il n'avait plus rien à faire ici depuis longtemps, mais il tuait le temps, au moins. Et puis il n'avait pas envie de travailler, cette nuit.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythologique
avatar


▌LOCALISATION : L'anonymat c'est l'art de ne rien dire non ? (a)

FC
▌SUPER: Shark
▌POWER: Annihilation de pouvoir
▌LEVEL:
21/100  (21/100)


MessageSujet: Re: Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm Sam 20 Sep - 2:01

PLEASE
CAN SOMEONE TELL ME A DAMN THING
ft Elliot & Wilhelm ______
Putain la fatigue... La fatigue morale et physique qui l'accablent sont intenses. Il aurait jamais cru se sentir aussi vide et aussi peu confiant de toute sa vie. Serren déambule dans les rues de la ville, regardant tout les passants. Ceux qui le bousculent se heurte à une masse d'ennui et de lassitude. La plupart recule avant de le contourner, sous son regard d'or. Mais ils peuvent pas faire attention ? Un peu de respect dans ce monde, c'est pas possible. Serren a très peu dormi de la nuit. Pour pas dire pas du tout. Beaucoup de sujets tournent et se contournent dans sa tête, sans lui laisser le moindre répit. Dès qu'il s'assoit sur une chaise ou prend un peu de bon temps seul à seul avec lui même dans ses pensées juste histoire de se reposer, tout revient. Absolument tout. Brooke, les meurtres, la guerre, les gens, la morale, l'amour, la mort, la vie, l'avenir... Bref. C'était pas vraiment sa nuit, ni sa journée aujourd'hui. Serren ne trouve rien pour se calmer, il est toujours autant partagé entre la colère et l'ennui. Oui l'ennui. L'ennui de tout, et de rien. Il s'énerve lui-même ! Alors ce matin, blasé de n'avoir pu dormir, avec des cernes, il se décide à aller acheter un petit paquet avec une petite tête de ... De vous savez quoi.

Non mais il arrive un moment, où c'est carrément plus possible. Tout ses pensées sont toutes tournées vers les mêmes sujets tout le temps, inlassablement, il n'a aucun répit, ça lui donne même mal au crâne ! Alors quand il s'arrête au park, emmitouflé dans son manteau type flic et son bonnet sur la tête, il commence à rouler son truc tranquille. Il la roule tellement bien, qu'on dirait vraiment une cigarette, donc bon. Au pire, il peut toujours prétendre que s'en ai une. Oh et puis merde, hein. Les gens se croient protégés de tout en ce moment, ils voient le mal partout, ils n'ont confiance en personne et quand bizarrement quelqu'un se retrouve face contre terre, il n'y a jamais quelqu'un pour l'aider. Mis à part les légendes. Pff. Vu comment ils rendent hommage aux héros de leur pays pour leurs actes passés, alors là, Serren est bien content de ne pas être américain. Il allume doucement sa drogue, sans se préoccuper de quiconque autour. Il a ses dog tag si y'a besoin de montrer à qui que ce soit qu'il en a besoin. C'est bon quoi merde, c'est un joint, tout le monde en a fumé. Et je suis même sûre, moi narratrice, que vous en avez déjà fumé chez vous, en cachette, en vous cachant des flics, alors ça suffit ! Tournez vos yeux vers vos gosses, et arrêtez de faire chier le monde. Putain. L'arabe en a vraiment marre de tout le monde, il ne veut qu'une chose, rester seul, être tranquille... Il a même pas faim alors qu'il est 19 heures passé. C'est bien un gros problème. Y'a bien un gros vide en lui, pour pas qu'il bouffe...

Il est dorénavant 21h. Oui, ce con est resté sur ce banc, à réfléchir pendant trois heures, alors qu'il était défoncé. Finalement, la technique du joint, n'a pas bien marché, il plane mais c'est pas le plane genre calme ou genre serein, c'est le plane le plus horrible de toute sa vie. Il a l'impression revivre et revoir les scènes du désert, avec le sable chaud, ta tête qui hurle qu'elle a marre par une migraine... Enfin ce genre de souvenirs. Tout aurait du se passer comme ça, c'est à dire que Serren aurait du être calmé par un seul joint, mais vu que pour lui, ça ne fait pas assez effet, alors tiens. On va s'en fumer deux. Alors il recommence à rouler délicatement, tandis qu'une bande de gosse de 5 à 12 ans passe, normal. Il est 21 heure merde, c'est pas l'après midi, dans le parc y'a des gens chelou... Oui. Enfin. Serren n'est pas obligé de le prendre personnellement. Enfin bref. Il continue de rouler, laisse couler, même s'il n'avait qu'une envie c'était de ramener ces gamins chez eux. Mais, merde, il en a marre. Il veut juste être tranquille. Rien que ça. Rien que regarder le ciel qui s'assombrit et penser à autre chose qu'à ce qui lui trotte dans la tête. Il ferme les yeux en faisant tomber sa tête en arrière. La drogue lui monte à la tête, il recommence à planer, doucement...

Puis quelqu'un s'approche. Serren sursaute et se remet droit. Il regarde son interlocuteur et plisse les yeux, un peu méfiant... Puis soudainement ce visage lui semble étrangement familier... Il ouvre un peu plus les yeux puis se rapproche :  "Elliot ?" Non c'est pas possible. Attends c'est bien lui ? Le mec se regarde dans son portable et sort une clope de son paquet en le saluant. Ah bah oui, c'est bien lui. Il s'assoit à côté de lui en appréciant sa cigarette. Hé mais il a vachement grandit depuis la dernière fois. C'est vrai quoi, les seules fois où ils se sont revus c'était dans un bar et ils ne faisaient que de se poursuivre et se saluer quand même. L'arabe ne l'avait jamais vu d'aussi près. Serren reprend une taffe de son joint avant de soupirer et d'expirer entièrement la fumée. Il n'a pas envie de parler, alors quand Elliot semble vouloir ouvrir la bouche, l'oriental sort une belle piquette de vin blanc dégueulasse pour la cuisine. Il hausse un sourcil et lui propose, ce dernier ne refuse évidemment pas.

C'est ainsi que les doux bougres ont commencés à entamer une conversation à base de connerie et de super conneries. Ils enchaînent alors les bêtises, les clopes et les joints, enfin pour Serren, et pour Elliot, il s'enquille la bouteille à lui seul. C'est bien toi, c'est bien ! L'ex-soldat rigole bien avec ce con, ça lui fait du bien de rire. Surtout après la nuit dernière. Il baille un moment, puis reprend une gaffe avant que ce con ne ressorte une connerie... Mais le plus dur pour l'arabe n'a pas été de survivre aux crampes abdominales provoqués par le rire non. Mais bien celui de survivre à... AU CHANGEMENT DE PHYSIQUE MONUMENTAL D'ELLIOT !! Mais franchement, Serren n'a jamais vu ça de toute sa vie mon dieu, pauvre Elliot il perd dix ans d'un coup là. Le jeune homme laisse carrément tomber sa clope pas encore allumer tomber sur ses genoux, en mode gros bug quand le britannique s'amuse à se rapprocher et à se rapprocher et à s'éloigner, se rapprocher, s'éloigner et voila, ça pendant dix minutes et tout en riant. Et de là est enfin parti une conversation, on va dire saine, non pas chelou, entre eux deux. Pour une fois qu'ils arrivent à se parler face àf face sans que ça finisse en jeu du chat et de la sourie dans toute la ville.

Ils sont bien restés trois bonnes heures à parler, rire, boire et fumer. Trois heures sur ce banc, sans se dire que c'était peut-être l'heure d'y aller. Ils continuent de discuter de tout et de rien. Ça fait quand même un an qu'ils ont tout deux loupés un pan entier de leur histoire. Serren ne sait pas ce qu'il est advenu d'Elliot, tout comme il ne sait pas ce qu'est advenu de Serren. Pourtant, l'arabe n'a pas envie de parler de ça. Alors avant que le jeune britannique qui continuaient à faire ses conneries d'allers-retours pour tester son apparence, aborde le sujet de manière toute à fait innocente, le jeune homme se décide de lui demander en premier. Il entre-ouvre la bouche et trop tard... "Ah mais, sérieusement, t'étais où l'année dernière ? J'ai toujours pas compris." Et merde. Voila ce qu'il voulait éviter. Il grimace un peu, mais sourit malgré tout, un peu gêné. Il se racle la gorge en se passant une main sous la nuque puis hausse les épaules. Ils en avaient déjà parlé vite fait, genre Elliot a encore une fois engagé la conversation sur ça, mais l'ex-soldat a direct répondu un truc genre, pas maintenant, mais sans lui mentir. Ou une blague, je sais plus. Enfin un truc dans le genre "je suis parti faire une croisade" et il avait directement lancé le sujet. Elliot, pourquoi tu lui reparles de ça ? Il s'était enfin changé les idées il y pensait plus... Il y pensait plus du tout, même c'était trop bien. Et non faut que tu relance le sujet.. M'enfin, là y'a plus vraiment d'options, va falloir débaler ton sac mon cher Serren. Comme tu l'as fait la nuit dernière, mais de manière moins exponentielle. "Euhh... C'est une longue histoire mec. J'ai fait la guerre d'Orient en Irak et en Afghanistan, au Pakistan aussi je crois, jusqu'en Turkie contre les talibans. " Clair, net, précis, pas besoin d'en dire plus. Il sort une cigarette de son paquet, toussant un peu pour avoir trop fumé d'un coup. ". Et toi alors ? " Il porte la cigarette à ses lèvres " Qu'est-ce que t'as foutu de ta vie pendant un an, dis moi ? Toujours à te faire courir après ? "

Il regarde Elliot avec un sourire en coin avant de prendre sa première taffe, il rigole. Serren tape sur l'épaule du jeune homme pour détendre l'atmosphère. Après tout, il a bien réussit à lui remonter le moral, alors... Il espère juste qu'il va enfin pouvoir passer une nuit avec un sourire sur le visage, pas à se morfondre dans le noir, alors qu'il en a peur.



hrp : tqt Elliot, ça m'a fait rire ton post était super !
coop

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mystique
avatar


▌LOCALISATION : Dans le ciel

FC
▌SUPER: Strider
▌POWER: Atmokinésie
▌LEVEL:
34/100  (34/100)


MessageSujet: Re: Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm Lun 6 Oct - 4:07

( Désolé peuple, j'étais pas très inspirée mais je ne voulais pas vous faire attendre d'avantage )

Mon travail de super-héros ne commence vraiment qu’à la tombée du jour. Sinon, je suis plus un porte-parole, une célébrité, qu’un véritable justicier. C’est souvent la nuit que les crimes occurrents. Ça fait très bande dessinée, je sais bien. Les auteurs n’ont rien inventés, c’est la réalité de la profession. J’ai donc enfilé mon costume vers vingt heures et j’ai survolé la ville pendant environ une heure. Dans les airs, mes pensées bifurquent naturellement vers Brooke avec qui j’ai une relation plus intime depuis peu. C’est fou comme les choses peuvent débouler sans prévenir. Un jour, nous étions frères et sœur. Le lendemain, amoureux. Heureusement que nous n’étions pas frères et sœurs de sang, haha. On se le disait depuis ces derniers mois sans le penser, par affection. Les cinq premières légendes, nous étions rien d’autre que cela : une famille. Mais avec la mort des trois autres membres masculins de l’équipe d’origine, la réalité était toute autre. Johan, aussi distante, sinon plus que d’habitude n’allait certainement pas me donner un sentiment fraternel assez fort pour effacer ce vide dans le manoir. Alors les appeler ‘’sœur’’, très peu pour moi. Ce serait complètement absurde. Je fais une cabriole en vol, nonchalant. Il n’y a pas grand-chose à faire ce soir. Sauf peut-être ces deux dingos assis dans le parc et qui semblent… mais oui, ils se fument des battes. Hahaha. Ça, c’est ce que j’appelle un délit qui est drôlement amusant à gérer. Je me pose donc délicatement dans l’herbe, derrière eux. Je m’approche et ne peut m’empêcher de sourire en les entendant rigoler comme des imbéciles. Ah ça. Je ne l’ai jamais vécu, être défoncé sur un banc de parc. Ma notoriété ne me l’a jamais permis. Je regrette un peu. C’est franchement rigolo. J’arrive à leur hauteur et m’arrête, embêté. Comment est-ce que je leur dis de dégager ? Je me sens un peu mal. Mais c’est la loi. Je vais y aller amicalement. Nulle raison d’être désagréable. Je prends donc un sourire et un ton compatissant.

-Salut les gars. C’est pas le meilleur endroit pour se fumer un pétard.


Je reconnais vaguement leurs visages. Je ne sais pas où je les ai vu. C’est sans importance. Je reste là, debout, les bras croisés. J’ai l’impression d’être un éducateur en garderie qui réprimande deux bambins qui se sont mis des crayons feutres dans le nez. Bref, c’est ridicule. Ridicule mais toujours hilarant. Même en me mordant les lèvres, un sourire creuse mes joues. En même temps, ce n’est pas comme s’ils avaient commis un meurtre. Y’a pire.

-Et le parc est fermé. Donc techniquement, même si vous seriez en train de jouer à la marelle, faudrait dégager.

Le grand Strider qui gère une aire de jeu. Hahaha. On aura tout vu.

✤✤✤

SLG TEAM:
 

Y'A DE L'AMOUR...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prodige
avatar


▌LOCALISATION : Dans la Batcave

FC
▌SUPER: Smile
▌POWER: Jeunesse éternelle
▌LEVEL:
17/100  (17/100)


MessageSujet: Re: Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm Sam 11 Oct - 6:57



Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là


Elliot se mordit la lèvre. Bon, encore une fois, il aurait peut-être dû se taire. C'est une manie chez lui de toujours poser les mauvaises questions, même quad il ne veut pas faire de mal. Il sent un léger malaise chez Serren, et ça se transmet chez lui. Il est bourré, certes, mais pas assez défoncé pour ne pas ressentir ça. Il écoute la courte histoire résumée. Eh beh. C'était pas la joie tout ça. La guerre. Mis à part celle qu'il maintenait contre le monde entier parce qu'il avait un sacré problème au niveau des relations sociales, Elliot ne la connaissait pas. Il était bien incapable de comprendre ce que cela signifiait. Mais dans le même temps, là, il ne veut pas savoir. Il est trop à l'ouest pour compatir et pour réagir. Il se contente donc de hausser les épaules, comme si c'était la fatalité.

- Oh, dure année.

Ouais, ça sera son unique commentaire. Il ne sait pas quoi dire d'autre. Même s'il n'avait pas été soul il n'aurait pas trouvé mieux, de toute façon. Il laisse échapper un soupire avant de répondre à la question de l'arabe.

- Ouais non, c'est moi qui ai couru après quelqu'un cette fois. Et au final, ça n'a servi à rien. J'étais en Angleterre.

Il s'allume une nouvelle cigarette. Il devrait arrêter ça. Allier le tabac avec l'alcool ne lui faisait jamais du bien. Mais il s'en foutait. Son cœur avait connu pire, il résisterait, il résistait toujours. Mais au diable cette morosité. Il n'en avait pas besoin, pas encore une fois. Il se remet à sourire, puis même à rire en songeant à une belle connerie, encore une. Il s'apprête à la lancer, tout fier de l'effet qu'elle va faire, mais il n'en a pas le temps. Apparition. Un type en costume vient de débarquer devant eux. Attendez, mais d'où il sort ? Oh bordel. Mais c'est pas n'importe quel type en costume, en fait, c'est LE type en costume de la ville, et même du pays. Elliot reste un instant la bouche ouverte, encore chaud pour balancer sa vanne, mais il ne le fera pas et sa bouche le referme. Il toise le héros en fronçant les sourcils.

- Eh, mais c'est l'idole de la ville, le survivant de l'apocalypse, le grand Strider en personne qui vient s'occuper de nous ! Je pensais que les Légendes avaient plus important à faire que de gérer deux mecs qui essayent de se remonter le moral.

Elliot n'avait concrètement jamais rencontré le leader des Légendes, et ça ne lui manquait pas du tout. De tout ce qu'il en avait entendu, rien ne lui plaisait en lui. Alors le voir en face pour la première fois ne lui donna pas envie d'avoir un autographe. L'alcool qu'il a dans les veines n'arrange pas son caractère de chien. Il prend le ton de voix du héros comme condescend, et son sourire comme moqueur. Non mais, d'où il se permettait de les juger comme ça ? Oh pardon, c'est vrai. Monsieur est une icône respectée et respectable, tout le contraire du britannique, en soit. Cette pensée l'énerve. Il s'énerve tout seul, cet imbécile.

- Et si on a pas envie de bouger, c'est grave ? Tu vas nous envoyer en prison pour ça ? Histoire d’augmenter encore un peu ta côte de popularité.

Il tire une latte de sa cigarette et lance un regard à Serren. Pourvu que l'arabe soit assez défoncé pour ne pas le contredire, où ça ferait vraiment con. Déjà qu'il était loin d'être crédible avec sa bouteille de vin vide dans une main, si en plus il se faisait lâcher par son compère, ça serait la fin des haricots.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm

Revenir en haut Aller en bas

Que quelqu'un m'explique comment on en est arrivé là || Serren & Wilhelm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: Parc-